Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
ikran : Je suis un crépuscule et les flots sentent bon quand la ville éclatée traverse les années
 Publié le 12/06/15  -  7 commentaires  -  1381 caractères  -  211 lectures    Autres textes du même auteur

Écrire ceci fut une expérience intéressante.


Je suis un crépuscule et les flots sentent bon quand la ville éclatée traverse les années



Loin de l’aube crevée sous l’effet du ciel bleu
Je suis un crépuscule au travers de tes yeux,
Ligneux comme un baiser bavé d’un amour long,
Sur la vitre au soleil dans les trains qui s’en vont, je suis

Les ponts verbeux d’extase où le ruiné défère
L’alcoolisme parmi les riens cerclés d’oiseaux,
Pareils aux soirs giclés de pluriels réverbères,
Et les flots sentent bon comme dans un tombeau ;

À l’envol des tombeaux sur un endroit du quai,
Quand la ville éclatée jouit ses lueurs molles
Pareille aux gréements chieurs flingués dans les rigoles,
Sur les murs abrutis, valsant sur les cyprès.

Par ces murs engrossés d’yeux lourds vers les gréements,
Sur des marées d’eau crues pourléchées des lilas,
Pareils aux lendemains et dans mille ans déjà,
Aux soleils qui s’en vont vers la nuit doucement,

Vers la nuit, justement, pendue vers d’autres Moi,
Aux soleils incluant de mêmes vies ratées,
Là vers des chantiers mus en d’ignobles charniers
En monceaux : la cité toute bouffie d’éclats.

D’immondes sensations traversant les années,
Mais que vaut la raison d’un cerveau qui s’enfuit,
Si ce n’est ni la mort ni la vie ni moi ni
Rien du tout. D’ailleurs, vois. Ce siècle est massacré.

Oui. Massacré !

Massacré !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
19/5/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
D’immondes sensations traversant les années,
Mais que vaut la raison d’un cerveau qui s’enfuit,
Si ce n’est ni la mort ni la vie ni moi ni
Rien du tout. D’ailleurs, vois. Ce siècle est massacré.

c'est vraiment l'impression que m'a laissé votre texte

trop de métaphores qui me sont incompréhensibles

ce texte est trop surchargé

mais comme il est très bien écrit

je l'ai bien aimé

   RB   
29/5/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'aime le ton somptueusement sombre, le côté débauché, cette sorte de laisser-aller aux mots crus, bavés comme ce baiserdu troisième vers. J'ai bien aimé cette colère et ce désespoir. Pourquoi toujours écrire des petites choses sympas alors que l'on a tant à exprimer du sombre ? Surtout que vous le faites bien....
"Mais que vaut la raison d’un cerveau qui s’enfuit,
Si ce n’est ni la mort ni la vie ni moi ni
Rien du tout. "

(j'aurais mis un point d'interrogation là... puisque vous ponctuez...).

A vous lire vite.

   Anonyme   
12/6/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↓
De très belles images dans votre poème, déjà le titre long est très poétique, il laisse une nuée dans le cerveau du lecteur que je suis.

Mais je trouve que l’insistance sur le côté aqueux ou liquide via : bavé, giclés, marées d’eau crues pourléchées, etc. plombent un peu le texte.

Pareil pour :

« Et les flots sentent bon comme dans un tombeau ;
À l’envol des tombeaux sur un endroit du quai, »

La répétition de tombeau et aussi l’agréable odeur des flots comme dans un tombeau…me laissent...de marbre…

Enfin les « gréements chieurs flingués dans les rigoles, »

Tout ça grève le texte, comme une petite surenchère ‘gratuite’, dommage car il y a des pépites à côté, est-ce voulu ? Sans doute.

Mais où ça mène, je ne sais pas. Au siècle massacré ? Alors je ne vois pas bien la transition entre le côté un peu intimiste – en tout cas personnel – du début : « Je suis »…à la généralité qu’implique d’une certaine façon la référence au siècle.

Vous dites que ce texte est une expérience intéressante, j’en suis certain, sa lecture l’est aussi, et donc à vous relire, peut-être dans un texte un peu plus retenu – notez bien que ce ne sont pas les termes que j’ai relevés qui me gênent c’est juste les nuances qu’ils apportent à l’ensemble et qui me semblent dommageables à l’unité que laissait entendre le très beau titre.

Salut cordial

C.

   Anonyme   
12/6/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
A première vue ça paraissait plutôt compliqué (je parle du titre, bien entendu), mais finalement ce poème est une apothéose, entre guillemets. Une apothéose de sons et de couleurs, d'aubes et de crépuscules, de lueurs molles et de tombeaux, de marées d'eau crues et de soleils qui s'en vont vers la nuit, mais aussi d'ignobles charniers qui font qu'au final ce siècle (lequel ?) est massacré, oui, massacré !

Massacré (3 fois).

Sublime !

   Beaufond   
15/6/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Lorsque la mer aura ouvert son dernier trésor, il faudra bien lui rendre ce poème.
Ces vers brûlent les poumons comme les vents marins — il y a bien sûr une fulgurance rimbaldienne, une façon surréaliste d'agencer les mots, mais tout cela dans la pleine harmonie des images. L'on croit comprendre parce que l'on voit le poème, mais il faut passer outre ces sensations pour entendre la voix nouvelle de ce poème.

   Lariviere   
22/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime bien ce texte. C'est fort. C'est bien construit. Ca parle. Ca hurle, même, sur le fond, mais paisiblement sur la forme... J'adore la modernité de l'écriture et la force des images. Celles-ci sont originales, singulières, mais évocatrices, très impactantes et chose agréable, offerte en beauté sans se renier dans l'air du temps. Oui, c'est "moderne"... et au bon sens du terme.

Ce poème, s'en est un, s'inscrit dans le présent, sans renier son histoire. Il y a un certain recul par rapport à la poésie et une certaine maturité d'écriture et d'intentions. Sur le fond, rien à dire. Je partage cette vision désenchantée (ou pas?) et "lucide" de la cité. Sur la forme, rien à redire. Pour l'entame, le contre-rejet entre deux strophes est audacieux. (vers 4-5 ; fin de première strophe et début de la deuxième), mais ça le fait malgré tout. Sinon, sur la fin, malgré la "théâtralité" de l'effet, je trouve la réalisation vraiment bonne.

Bien sur, j'adore le titre, qui a attiré ma lecture comme l'horizon gluant épaissi d'un sirop rouge dans une bouteille en plastique attire les insectes de nuit... J'ai aimé trouvé le contre-poison du poison dans l'essence de ce poème...

En espérant que ce commentaire puisse être utile à l'auteur, je lui dit bravo et lui souhaite une bonne continuation !

   Pouet   
27/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Convaincu par le dernier texte de l'auteur, je suis parti en quête d'autres poèmes et j'avoue que celui-ci ne me déçois pas.

Une très belle écriture, du rythme, des images et métaphores comme je les aime.

Une première strophe qui attire, vraiment bien. Le reste suit, c'est encore une fois assez bluffant de qualité.

Même toute petite réserve mais ce n'est que goût personnel, les répétitions ou reprises d'un mot du dernier vers d'une strophe pour entamer la suivante, ce n'est pas trop ma tasse de thé.

Mais quel souffle!

Franchement, j'attends avec impatience d'autres poèmes de cette trempe. Je suis assez rarement dithyrambique mais là j'avoue que...

Bravo!


Oniris Copyright © 2007-2019