Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
jackplacid : Le Temps
 Publié le 25/06/13  -  11 commentaires  -  1468 caractères  -  350 lectures    Autres textes du même auteur

Et si monsieur le Temps pouvait nous parler ?


Le Temps



Je flâne sur vos pauvres vies
Bannies de votre paradis perdu
Où je n'existais pas.

Je suis né dans la pomme et vous m'avez voulu.
Je suis l'ami de Dieu, son compagnon de route,
J'ai vu tous vos aïeux voyager dans mes soutes.

Vous me connaissez bien sans jamais m'avoir vu.
Vous caressez ma joue quand vos enfants grandissent,
Vous croyez me toucher quand vos tempes blanchissent,

Je souffle les bougies de votre solitude
Et fige sur vos fronts des rides d'inquiétude.

Je n'aime que les absents, les rêveurs, les poètes,
Car seuls ceux-là ont su arracher de leur tête
Les aiguilles gercées de mes cadrans polaires.

Vous êtes tous mendiants sans vos pauvres boussoles,
Vous voulez tous m'avoir mais vos montres sont molles,
Je réponds tac au tac à vos tics éphémères.

Je suis le vent léger qui passe sur les fous ;
Si je veux je suis lourd et fais peser l’absence,
Si je veux dans vos cœurs je raccourcis l'enfance,
Vous croyez m'échapper mais je reste avec vous !

Je me ris de vos dieux, de vos rois, de vos reines,
Dans mon éternité, je vous remarque à peine
Car je me suis marié à l'espace éternel
Comme la corde à l'arc, bandante et chanterelle.

Et l'eau, petite sœur liquide,
S'écoule doucement
Dedans mon cœur-clepsydre,
Qui bat au firmament
Je suis…

Le Temps.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pimpette   
27/6/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément
jJ suis incapable de commenter mais j'aime tout...
A la lecture la poésie coule de haut en bas sans effort comme le champagne dans les flûtes empilées et,heureux, on se régale rien que de les regarder!
UN vrai poète cet auteur là, pas de doute!
ENCORE!

""""Le temps, tout le consume et l'amour seul l'emploie"
Paul Claudel"""

Je viens de découvrir cette phrase qui m'a sauté au visage et que j'ai d'ailleurs prise comme signature

   troupi   
26/6/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément
éternel sujet vu et revu, qui n'a pas écrit sur le temps ? et j'en reste comme Pimpette, je ne veux rien commenter juste dire que rarement un poème m'a autant touché.

   brabant   
26/6/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour JackPlacid,


Des vers qui emportent le coeur et la raison, c'est-à-dire l'assentiment, l'adhésion :
"Vous caressez ma joue quand vos enfants grandissent"
Oh le traître !
"Vous croyez me toucher quand vos tempes blanchissent"
Déjà quand elles grisonnent hein, après... il est minuit Docteur Schweitzer... Il est temps de se barrer au Pôle si on veut encore profiter de la nuit...
"Car ceux-là seuls ont su arracher de leur tête
Les aiguilles gercées de mes cadrans polaires."
Dali le premier avec ses montres molles ;) et absent et rêveur et poète ! A sa façon...
"Je me ris de vos dieux, de vos rois, de vos reines"
Bien fait pour eux Na ! Emportés eux-aussi Là !

Bravo aussi pour la pomme et donc les montres molles !


J'aime moins :
-"Si je veux je...
Si je veux... je..." [Si je le veux... ?]
- le "coeur-clepsydre" trop convenu/attendu/prévisible/bateau (Mais oui ! lol), de même que les "bougies de solitude" et les "rides d'inquiétude" auparavant.

En revanche la corde à l'arc, "bandante et chanterelle" est propre à étourdir de son fracas les trompettes de Jéricho !

Malgré donc quelques réserves j'exceptionnalise :)))

   Anonyme   
26/6/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
et bien le Temps est comme je l'ai toujours imaginé: antipathique. excepté pour ceux-là où le ton me semble très affectif:

"Je n'aime que les absents, les rêveurs, les poètes,
Car seuls ceux-là ont su arracher de leur tête
Les aiguilles gercées de mes cadrans polaires."

petit bémol: " Mon cœur-clepsydre" écorche l'élocution.

pas de commentaire constructif, j'ai été happé par l'histoire et touché par l'angoisse.

   Morfale   
9/7/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Certaines phrases sont un peu convenues, c’est vrai (par exemple : « vous me connaissez bien sans jamais m’avoir vu » ou « fais peser l’absence »), mais l’ensemble est agréable à lire. Fluide.

« Vous êtes tous des mendiants sans vos pauvres boussoles » : très juste !
« Si je veux dans vos cœurs je raccourcis l’enfance ». Beau aussi.

Si je pouvais émettre une petite suggestion (trois fois rien), peut-être que, pour donner toute sa force à la dernière phrase, le titre pourrait être un peu plus « paraphrasé » ? Moins « tac au tac » ? Parce que, même si ce n’est pas une devinette, c’est écrit tout comme, alors peut-être que le Temps pourrait n’être nommé qu’à la fin ? C’est un détail, bien sûr, mais…


(Et l’opposition entre « Je suis l’ami de Dieu » et « Je me ris de vos dieux » m’a un peu surpris : on ne parle pas du même, ok, mais pourquoi le dieu à la pomme ne serait-il pas l’un des dieux de « vous » ? Si le Temps a son propre dieu, alors je n’ai pas compris qui était cette pomme (pardon, je joue un peu à l’abrutie, mais je m’interroge)).

   Anonyme   
15/7/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément
Poème magnifique et très touchant.
Le temps est un sujet qui revient très souvent, et ce poème trouve les mots juste pour décrire le temps qui passe mais qu'on ne pourra jamais maîtriser, seulement continuer de le voir, et le sentir s'écouler...

   Anonyme   
15/7/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour jackplacid

Merci pour ce temps qui n'a pas été perdu.
Pour moi le seul bémol à ce poème qui balance autant que les aiguilles sur le cadran d'une montre, c'est la fin, ce Je suis... le temps.
J'aurais juste préféré un tic-tac tout aussi explicite que cette dernière ligne qui fait passer le tout pour une devinette.
Très joli en tout cas, et très juste avec quelque chose de majestueux aussi, et de mélancolique.
Merci beaucoup

   CharlesJosephin   
21/7/2013
Commentaire modéré

   Luz   
8/8/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
J'ai un peu de retard à la lecture, le temps m'avait quelque peu accaparé. J'essayais d'écrire un poème sur le thème du temps.
Lisant le vôtre l'ébauche du mien est parti immédiatement à la poubelle.
Vous avait écrit un texte exceptionnel, que je suis bien incapable de commenter. J'aime le tout et par dessus tout la 5ème strophe. C'est tellement évident de perfection que l'on croirait qu'un poème est simple à écrire.
Bravo.
Luz

   matcauth   
9/8/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,

c'est vraiment très beau, cela touche le plus grand nombre, des amateurs de poésie jusqu'à ceux qui n'y connaissent rien.

Je l'ai perçu comme un voyage, une perspective assez éloignée... comment expliquer ? oui, c'est ça, l'impression de voyager dans les confins... du temps.

Cela apporte plein d'émotions, pas mal de nostalgie et de tristesse, mais en tout cas cela réveille la petite conscience du temps qui passe.

   placebo   
17/8/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
En fait, j'ai un problème avec ce temps : il se dit se moquer de nous, et pourtant il ne parle que de nous. Où est le temps de l'univers, les endroits où le temps n'existe pas ? Quel besoin a-t-il de se pencher sur notre pauvre planète pour dévisager notre pauvre espèce ?

Ainsi, le début ne me parle pas, entre charade et références bibliques, même si on sent déjà les images pointer, "voyager dans mes soutes" me plaît par exemple.

La suite me convient davantage, quelques références sympas (les montres molles) et justement, le temps est source de création, l'espèce humaine ne se limite pas aux fous, aux rois et à ceux en quête de boussole.

En fait, je trouve ce temps un peu pathétique, il fait penser aux empereurs dans leurs palais qui se consolent de leur solitude en se rappelant qu'ils dirigent le monde.

La lecture est assez fluide même si certains quatrains font un peu plasmodie et "dedans mon cœur" me semble cheville et assez laid. Le temps, c'est aussi celui de la musique :)

Bonne continuation,
placebo

   Tilikum   
19/9/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Moi, j'aime beaucoup ce texte. Je le trouve parsemé de véritables perles, comme la joue de votre enfant, les montres molles, je vous remarque à peine... A mon sens, la majorité du poème porte ces quelques éclairs brillants de talent. Je suspecte qu'avec un tout petit peu plus de travail, je l'aurais trouvé parfait! Cela m'encourage à lire les suivants. Un gros bémol: la fin. Inutile, scolaire, qui casse tout le rythme. A bientôt!


Oniris Copyright © 2007-2018