Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Jean-Luc : L'escale
 Publié le 27/01/12  -  7 commentaires  -  1626 caractères  -  127 lectures    Autres textes du même auteur

Brève rencontre.


L'escale



J'ai jeté mon sac sur le quai.
Dans les ports,
Les histoires commencent toujours de la même façon,
Car tous les quais sont identiques.
Je hais les ports, immobiles caveaux.
Les escales me sont supplices que j'oublie seulement
Dans les bras d'une femme.

Cette femme que dans chaque port je retrouverai,
Toujours différente,
Mais toujours la même,
Comme ce quai.

Dès que je rentrerai dans le bar elle me reconnaîtra,
Car c'est moi qu'elle attend.
Elle me sourira,
M'offrira à boire,
Trop.
Me prendra par le bras,
Me racontera des histoires,
Des mensonges, que je croirai.

Il faut toujours croire les mensonges des femmes,
Des fois ce n'en sont pas.
Et peut-être ce soir,
Est-ce moi qu'elle attend,
vraiment.

C'est elle que j'aimerai cette nuit.
Dans sa chambre, au chaud,
Blotti entre ses bras,
Loin des bruits du bar,
Loin des bruits du port,
Nous essaierons d'oublier le temps,
Passé et à venir.

Nous nous aimerons doucement,
avec tendresse, en prenant le temps.

Nous avons en commun cette solitude à effacer.

Ma bouche a dévoré son corps en entier.
Pas une parcelle ne fut négligée.
Je connais le goût, le parfum du moindre de ses plis,
De tous ses creux,
De tous ses vallons.

De tous ses secrets.

Mais ce matin
Dans le vent qui rugit,
Il ne me reste que celui que m'ont laissé,
plus salé que les vagues qui s'écrasent sur le pont,
ses larmes.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
28/1/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↓
La proposition "les escales me sont un supplice" semble suggérer qu'on a affaire à un bouffeur de milles. En tout cas, elle m'apparait comme la cheville du texte en soulignant les rapports difficiles du narrateur avec la terre et les hommes via les femmes.
Cette fuite en avant en s'accrochant aux branches laisse supposer toute une histoire antérieure qu"on ne peut qu'imaginer. Ce n'est pas déplaisant, mais je trouve que le costume du marin porte plus de mystère que le texte lui-même.
J'ai bien aimé le changement de temps: présent, futur, passé, dans le déroulement du récit.
J'ai regretté que le seul effet poétique soit l'image des larmes salées comme les vagues.

   Anonyme   
27/1/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une escale tout en douceur, sans vulgarité, sur un thème souvent chanté, écrit. Un rythme, un thème tout en crescendo, pour une passion, un oubli, en corps à corps. Un plus, pour la larme de fin au goût de recommencement.

   Charivari   
27/1/2012
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour.

Difficile de commenter ce texte sans se souvenir de votre dernier texte sur oniris, "je hais les ports de la Baltique", qui m'avait beaucoup plu... Même thème, même manière de parler, simple et directe...

Cependant, je trouve celui-ci vraiment moins bon... Le marin qui a une femme dans chaque port, on est vraiment trop dans le stéréotype, là, et il n'y a pas réellement de bons mots à se mettre sous la dent.

Je ne trouve pas le texte spécialement poétique, si ce n'est la mise en page, pour moi c'est de la prose... Il n'y a guère que les deux derniers "vers" que j'ai vraiment appréciés, que je trouve réellement poétiques.

   funambule   
27/1/2012
Ce texte, désolé de faire la relation, me semble une transposition du précédent que j'ai lu de vous... et dont l'aspect mystérieux m'avait séduit; aspect disparu ici et laissant mon imaginaire... en rade. Je suppose qu'ils sont "à lier", chose difficile à commenter ici. La clarté de l'ensemble ôte à l'ambiance et bride l'imaginaire. Une "proésie" intéressante... Je m'abstiendrais de "l'évaluer" (désolé) car j'ai du mal à la dissocier du texte précédent qui parasiterait mon appréciation... même si l’atmosphère reste intéressante.

   brabant   
27/1/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Jean-Luc,


Une fois n'est pas coutume (quand cela m'arrive je le spécifie) j'ai lu les autres coms avant de faire le mien. Comme d'autres j'ai trouvé "Je hais les ports de la Baltique" bien supérieur à celui-ci qui est bien lisse par rapport à celui-là.

J'ai cherché la désespérance, j'ai cherché les odeurs... J'ai trouvé une ritournelle où le matelot allant de port en port identique, de femme en femme de passage, ne va à rien qui l'attache et donne une impression de monotonie répétitive. lol :)

Au second degré et sans ironie, je dirais que son port, c'est la mer et reprenant le mot de Renaud, que :
"C'est pas l'homme qui prend la mer
C'est la mer qui prend l'homme".

La conclusion de votre poème qui prend à mon avis le texte à contrepied, mais c'est sans doute voulu, m'a bien plu :
"Mais ce matin
Dans le vent qui rugit,
Il ne me reste que celui que m'ont laissé,
plus salé que ses vagues qui s'écrasent sur le pont,
ses larmes."

Il y a donc quelqu'un qui aime humainement dans ce poème, je m'étais bien dit que les femmes, même menteuses, ne mentent pas.
Lol... :D : Je reformule : les femmes ne mentent jamais.

   Garnement   
31/1/2012
 a aimé ce texte 
Un peu
Sans être déplaisant, ce poème souffre de plusieurs défauts :
Peut être pour commencer celui de jouer sur le vieux cliché du marin qui a une femme dans chaque port. La métaphore commence à être usée.
Après, il y a des répétitions, rien d'affreux mais à la première lecture, c'est déjà agaçant : "port", "femme", "pont"... Parfois ces mots sont même très rapprochés.
Parfois un manque d"originalité dans les formules : "Dans les bras d'une femme" / "blotti entre ses bras" "Nous essaierons d'oublier le temps" enfin c'est assez diffus, en fait, mais constant, il y a quelque chose de déjà vu dans le fond mais aussi la formulation.
Des tournures inélégantes : "Pas une parcelle ne fut négligée" , "cette femme que dans chaque port je retrouverai"

C'est dommage parce qu'il y a quand même un élan joli, quelque chose de calme, mélancolique et assez vivant, une atmosphère, parce que malgré tout, l'analogie du marin et de l'éternel amant parle d'elle même..
Il ne manque pas grand chose pour rendre ça bon. Un petit retravail sur les formules, une petite nouveauté dans le fond, un peu plus de finesse dans le traitement du sujet.

   Anonyme   
27/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"La femme" remède à la solitude, elle trompe pour un moment seulement, cette illusion qui fait se sentir encore plus "après". Mais peu importe, il faut bien passer le temps "comme on peut".

Il semble au premier abord y avoir rien de nouveau dans "L'escale", vous avez raison sur ce point "les histoires commencent toujours de la même façon", ce qui m'interpelle ici c'est la tonalité que vous y mettez pour me la vivre, le réaliste de votre vocabulaire, avec une petite pointe d'humour, me plaît. Le texte est très expressif, très dynamique.

J'en ai aimé le fond, tout comme la forme, l'ensemble élabore un écrit fluide, rythmé, très plaisant à lire, et qui laisse poindre un certain vécu parlant.


Oniris Copyright © 2007-2019