Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
jensairien : Comptine pour les enfants de passage
 Publié le 27/10/07  -  7 commentaires  -  776 caractères  -  138 lectures    Autres textes du même auteur

Un petit poème qui tourne en rond.


Comptine pour les enfants de passage



Il y avait dans l’eau
Une petite fille en robe bleue
La tête renversée
Qui flottait de ci, de là
Entre les joncs, les nénuphars

Et pourquoi tout cela ?
Pour une note d’école
Zéro tout rond en mathématiques
Parents crise d’hystériques
Colère éthylique

Bon bon bon
Je vais de l’autre côté
De la rive tout court
Je vais
À la dérive

Et plouf ! fait-elle
Des ronds bien ronds académiques
Dans l’eau mélange aquatique
D’hydrogène, d’oxygène et de bulles de poissons

Alors voilà pourquoi elle flotte
La petite fille triste
Pour un petit zéro un petit rond
En mathématiques elle s’est vengée
Et fait de grands cercles concentriques !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   clementine   
28/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
C'est perturbant cette "chronique "sur une réalité impossible à comprendre et à accepter.
Merci d'en avoir parlé.

   Anonyme   
30/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Il y de tout dans ce poème teinté de noir, une ironie mordante, un humour grinçant, une réalité insupportable.

   nico84   
31/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Tout peut partir d'un rien ...

Les choses les plus ignobles des choses les plus begnines, ce poéme le démontre, trés touchant !

   marogne   
19/1/2008
Un vrai plaisir. Triste sans doute, mais on pourrait imaginer la même situation pour beaucoup d'autres raisons. Relativiser pour ne pas tomber dans l'absurde, c'est ce à quoi pousse cette poésie. Ou alors écrire, écrire l'absurde pour ne pas y sombrer.

Belle mélodie sur la base du cercle, du zéro, du vide in fine, de ce concept qui aura du attendre des millénaires pour émerger.

   Anonyme   
24/6/2008
un zéro, un gros coup de blues, un désespoir, et hop, plus de petite fille. Un désespoir menant à une décision irréfléchie et définitive. C' est insuportable, mais vrai, et pas que pour les enfants.

   Flupke   
2/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J’aime beaucoup le jeu sur les rapports d’analogie et aussi le thème.
La beauté s’allie bien à la tristesse et de ce fait, c’est très agréable à lire. Bravo.

   Anonyme   
28/6/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
le ton se veut à la fois ironique et sensible. le poème ne sombre pas dans le larmoyant ou le sordide. une autre façon très originale de traiter de la maltraitance aboutissant à une fin atroce.
et j'ose dire que j'aime beaucoup le côté esthétique pour exprimer ce conte macabre, un peu comme certains films de Tim Burton. il y a de la beauté grâce au choix des mots mais n'enlève en rien le drame qu'ils dénoncent.


Oniris Copyright © 2007-2019