Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
jensairien : Maman j'ai peur
 Publié le 08/01/08  -  8 commentaires  -  675 caractères  -  163 lectures    Autres textes du même auteur

Encore un poème pour les marchands de kleenex.


Maman j'ai peur



Maman j’ai peur
Tous ces gens, que me veulent-ils
Et moi,
Quand je me regarde dans la glace
Quand je croise ce regard d’étranger
Inconnu familier
Que me veut-il ? Et que veut-il ?
Il ne le dit pas
Il répond à mon regard
Plus étonné que moi
Qui résonne
Dans le pays de mon cerveau
Comme un drôle d’oiseau
Tombé de son perchoir

Maman j’ai peur
Je vais leur montrer
Je vais me montrer
Je vais descendre l’échelle
Je ne vais plus tomber
Je ferai comme la Tour Eiffel
J’essuierai les regards moqueurs
On finira par s’habituer à moi
Je serai un monument
Maman


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   plume   
8/1/2008
J'en ai les larmes aux yeux... On dirait presque du Rimbaud, mais ça n'en est pas ...

   jensairien   
10/1/2008
Ah mais non, c'est Rimbaud qui faisait du Jensairien. Je crois qu'ensuite il est allé vendre des larmes en Afrique.

   Anonyme   
17/1/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Maman cela m'effraie un peu
Et tu le sais
Ce moi que tu as fait
Nous l'ignorons tout deux

Entre angoisse et espoir, appel à la compréhension, une maman sait tout, une maman peut tout...

   clementine   
17/1/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Maman toute puissante, maman idole, maman soignante, maman rassurante, mais jamais ( ou avec de grandes difficultés ) maman femme pour le fils.
N'est-ce pas, messieurs les garçons?
Maman, comment tu m'as fait, j'suis pas beau, comme le chante avec justesse et talent, monsieur Souchon.
Comme d'habitude, monsieur Jensairien, j'adhère et j'adore votre manière si vivante et étonnante de dire les choses.

   fisoag   
21/1/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
j'ai bien aimé cette poésie. L'enfant ne peut grandir et prendre confiance en lui que s'il peut confier à sa mère ses frayeurs. L'atmosphère enfantine du poème est bien rendue.
Ce pourrait être une comptine de cours d'école.
Juste deux bricoles qui m'ont gênées: J'aurais dit "descendre de l'échelle" et l'avant dernier vers: "on finira par s'habituer à moi"casse un peu le rytme .
Mais ce n'est que mon avis.

   Bidis   
22/1/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je ne voudrais pas trop en rajouter question de laisser l'auteur conserver un minimum de modestie quand même ! Mais, à mon avis, c'est très bon...

   scorpionne   
30/1/2008
Finalement, quand on se fait noter, on s'interesse à celui qui a posé son avis.
Alors j'ai commencé à visiter tes textes par celui-ci. .Tes mots me touchent, énormément et simplement.

   Anonyme   
31/12/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voilà un poème qui me parle vraiment.
Simple et profond, émouvant avec des images étonnantes mais
tout de suite accessibles, comme évidentes (la tour Eiffel)
C'est fort.


Oniris Copyright © 2007-2020