Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
jerodebloc : Dusty guy
 Publié le 30/06/07  -  3 commentaires  -  2427 caractères  -  125 lectures    Autres textes du même auteur

C'est rock, rebelle, anarchiste aussi. c'est bon? à vous de juger...


Dusty guy



Mes bottes aux pieds je prends mon vieux sac
De chez toi je dois disparaître
J’espère que tu sais que je t’aime
Dans la folle tempête je dois courir
Loin je porterai le drapeau noir
T’ai-je déjà dit mon vrai nom
Ils m’appellent tous l’homme de poussière

Hé l’homme de poussière, descends dans l’sud
Hé l’homme de poussière, viens donc te battre
Hé l’homme de poussière, viens donc et tue
Hé l’homme de poussière viens donc et meurs

L’autre nuit la police est venue
Je les ai vus alors me chercher
Caché dans le noir tel un vieux rat
Je pleurais, prostré dans un coin
Ils savent pour le sang sur mes mains
Ils ont trouvé l’endroit où je vis
Je dois donc très vite te quitter

Hé l’homme de poussière, descends dans l’sud
Hé l’homme de poussière, viens donc te battre
Hé l’homme de poussière, viens donc et tue
Hé l’homme de poussière viens donc et meurs

À nouveau sur la route, je dois courir
Demain dans une autre ville
Je changerai mon nom et t’oublierai
Contre la loi je dois exister
La liberté ou la mort reste le seul choix
La mort je l’ai donnée, la liberté je la prends
Je ne suis qu’une âme noire en armes

Hé l’homme de poussière, descends dans l’sud
Hé l’homme de poussière, viens donc te battre
Hé l’homme de poussière, viens donc et tue
Hé l’homme de poussière viens donc et meurs

Plus jeune, j’étais perdu, enragé
Contre les règles j’aimais me battre
Le broyeur de lois les attira
Ils remontèrent ma piste, pour me parler
Ils parlaient vraiment bien, trop bien
Arguments et armes bien affûtés
Ils firent de moi un vrai guerrier

Hé l’homme de poussière, descends dans l’sud
Hé l’homme de poussière, viens donc te battre
Hé l’homme de poussière, viens donc et tue
Hé l’homme de poussière viens donc et meurs

J’ai tué mon premier homme en avril
J’ai mis mon flingue sur sa tête blonde
J’ai logé ma balle dans son cerveau
J’ai aimé le voir s’écrouler
Il est mort sans voir sa femme
J’ai écrit ces mots sur son corps
“Premier acte de sang pour la liberté”

Hey dusty guy come down in south
Hey dusty guy come down and fight
Hey dusty guy come down and kill
Hey dusty guy come down and die


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Maëlle   
2/2/2008
Assez noir, on s'attend à entendre la guitare en fond. Pour moi, il y a une strophe de trop, mais le refrain final vient tout à fait dans la tonalité

   Anonyme   
2/1/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
C'est un peu long pas assez cassant par rapport au thème. Je regrette les nombreuses inversions alors que le texte est sans rime.

   Anonyme   
27/5/2016
Un texte qui fait froid dans le dos, je m'interroge quand je lis ce genre d'écrit, il n'est pas possible de rester indifférent, qu'est-ce qui peut faire que " l'homme devient un loup pour l'homme ". Quand et comment arrive cette "cruauté" effrayante en l'homme pour le faire devenir comme vous l'écrivez "Je ne suis qu'une âme noir en armes"

"La liberté ou la mort reste le seul choix
La mort je l’ai donnée, la liberté je la prends"

Frappante aussi ces deux strophes :

"Plus jeune, j’étais perdu, enragé
Contre les règles j’aimais me battre
Le broyeur de lois les attira
Ils remontèrent ma piste, pour me parler
Ils parlaient vraiment bien, trop bien
Arguments et armes bien affûtés
Ils firent de moi un vrai guerrier"

Et

"J’ai tué mon premier homme en avril
J’ai mis mon flingue sur sa tête blonde
J’ai logé ma balle dans son cerveau
J’ai aimé le voir s’écrouler
Il est mort sans voir sa femme
J’ai écrit ces mots sur son corps
“Premier acte de sang pour la liberté”

Un texte auquel je ne mettrai aucune appréciation, cela me paraît impensable, trop d'idées à débattre ...


Oniris Copyright © 2007-2020