Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Jeser : Fruit de pensées orientées
 Publié le 29/07/07  -  2 commentaires  -  970 caractères  -  67 lectures    Autres textes du même auteur

Écrit en septembre 1999 pour fêter les 75 ans de mon ami André, médecin retraité, que la mort vient hélas de me retirer. Merci de prononcer les mots « Spencer » et « Sir » à l’Anglaise pour des raisons purement phonétiques. « Spencer » est d'ailleurs un magasin anglais qu'il fréquenta de manière assidue.


Fruit de pensées orientées



Poire médicale :

Cinq ans déjà que l’«Hippocrate»,
Se priva d’un meilleur atout.
S’il n’a jamais soigné ma chatte,
Il a toujours guéri ma toux !


Pensée délicate :

Dans la lignée des Lespagnard,
Tous courageux, jamais bravaches,
Il fut toujours, fameux gaillard,
Pour me soigner jamais bras vache.


Pensée profonde :

Sans cesse, il peut nous étonner,
Sort de bons mots, avec esprit.
Que devons-nous lui décerner ?
Est-ce accessit ou est-ce Prix ?


Pensée gourmande :

Il est toujours bonne fourchette,
Courtise encor’ les restaurants.
Pour tester le verre et l’assiette,
Il a dix nez, il reste au rang.


Pensée z’émue :

Grâce au sirop marqué Spencer,
Mon cher ami, mon guérisseur,
Honorons ton anniversaire.
Buvons, chantons, sois gai, ris Sir.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   kicks   
3/8/2007
Je reconnais bien là André. Maintenant, tu pourrais lui en consacré une pour son épitaphe. Qu'en penses-tu ? Gros bisous. Christine

   Anonyme   
29/5/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Je trouve par instant la rime un peu forcée, malgré plusieurs relecture, ce texte n'est pas toujours fluide, ce qui me gêne aussi, je n'ai pas ressenti dans cet écrit, l'amitié qui vous unissez à cet homme, bien sûr vous en faites un portrait flatteur mais trop succinct à mon goût, j'aurais aimé aussi des mots qui le rendent plus attachant.

Cependant l'écrit demeure bienveillant à son égard, mais ne m'a procuré d'émotion.


Oniris Copyright © 2007-2019