Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Jeser : Le péril jeûne !
 Publié le 16/09/07  -  6 commentaires  -  1237 caractères  -  39 lectures    Autres textes du même auteur

Nous invitons un ami dans un restaurant chinois pour fêter son demi siècle d'existence.


Le péril jeûne !



Ce n’est pas bien chinois, couper un siècle en deux.
Faut-il aller chercher le cadeau littéraire,
Ou bien, par appétit, choisir un culinaire,
Pour t’aider à doubler... cap aussi douloureux ?

Nous avons donc opté pour ce restaurant-ci,
Et nous l’avons choisi, croyant bien te connaître.
Chez toi, la volonté n’est pas tant de paraître,
Tu voteras plutôt pour un ventre rempli.

Pas de n’importe quoi, tu voudras du meilleur,
Nous avons deviné, reconnu tes envies.
Deviens donc Mandarin, pour ce moment de vie,
Ce qui remplit ton bol est notre ambassadeur.

Ici, l’usage veut qu’on mange sans fourchettes,
Peut-être diras-tu… Ils se sont échinés,
Je me dois, en retour, de ne pas décliner,
Pour leur faire plaisir, l’usage des baguettes.

Bientôt tu conviendras que ces deux bouts de bois,
Amènent à ton nez un surcroît de senteurs,
Tapissent le palais d’incroyables saveurs,
Titillent les papilles et les mettent en émoi.

Si tu soupires d’aise en te déboutonnant,
Nous avons réussi notre petit pari,
Celui d’aider un peu, un bon, un vieil ami,
À pouvoir digérer… le choc des cinquante ans .


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Bidis   
16/9/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Amusant.
Et cela donne envie d'une petite soirée restaurant chinois...

   Anonyme   
16/9/2007
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Un poète c’est avant tout un artiste qui a un moi plus sensible, une connaissance aigue du monde et des hommes, qui essaye de créer un nouvel univers reprenant la signification grecque de la poésie, poien en grec signifiant créer. Cette création s’accompagne d’une modification de la réalité, d’une expression dans une langue originale, inhabituel, plus esthétique, pour forcer le lecteur à réagir, face à lui et face au monde. La poésie est souvent plus impression que compréhension, le poète jouant plus sur la sensibilité que sur la raison.

   Couette   
17/9/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
GENIALE, la chute! et le reste pas mal . Poème qui se lit bien. un poème se doit d'être écrit simplement et c'est le cas.

   TITEFEE   
27/9/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'étais là derrière le ficus à vous voir déguster les nems et autres délices chinois....

alors Jeser, tu n'y coupes pas, je t'ai enregistré l'ambiance
http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/leperiljeuneJESER.mp3

   Nat   
2/10/2007
Sympathique et convivial. Le style aurait gagné à être davantage travaillé. J'aime bien la fin qui tombe comme un cheveu...sur la soupe (aux chamignons noirs?)!

   Anonyme   
24/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je me suis laissée guider par le titre "Le péril jeûne !", jolie trouvaille, qui mène à un texte bien écrit, un moment de partage entre amis, j'attache beaucoup d'importance à l'amitié. Sentiment singulier. Ici tout est traité avec simplicité, générosité.

J'ai aimé le fond comme la forme, vous nous avez fait partager ce moment heureux, un anniversaire, de plus celui d'un ami. La strophe qui a le plus retenu mon attention est celle-ci :

"Bientôt tu conviendras que ces deux bouts de bois,
Amènent à ton nez un surcroît de senteurs,
Tapissent le palais d’incroyables saveurs,
Titillent les papilles et les mettent en émoi."


Oniris Copyright © 2007-2019