Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Jeser : Le résultat
 Publié le 18/08/07  -  4 commentaires  -  1441 caractères  -  47 lectures    Autres textes du même auteur

De la difficulté d’être constant…


Le résultat



Il a voulu, un jour, écrire une chanson
Qui fasse dire aux gens : Que cet esprit est bon !
Le verbe recherché, coulant en harmonie,
Nous offre élégamment un couplet plein de vie.

Il fallut déchanter ! Ce n’est pas mince affaire
Que de plaquer l’accord sur des mots réfractaires.
Il croyait pourtant bien les rendre plus dociles,
Ils restèrent vainqueurs. Il devint infertile.

D’aucuns avaient sorti ce qu’il voulait écrire,
Existait-t-il encore un moyen de le dire ?
Cent mille mots trouvés dans tout bon dictionnaire,
Auraient dû cependant, ici, le satisfaire.

Il eut beau se creuser, la tête, les méninges,
Il n’en sortait pas plus, que du cerveau d’un singe.
Sa machine à penser connaissait une panne,
Le laissant tout penaud, là, devant la scribanne.

Les mots se bousculaient, mais rien de transcendant,
Malgré sa volonté n’en sortait cependant.
Sa plume était inerte et regardait le ciel,
Sans encre désormais, privée de l’essentiel.

L’éternelle blancheur d’une page brouillon,
Qui devait refléter son imagination,
Transforma le poète en lascar endormi.
Préférant, à sa plume, celles qu’on trouve au lit.

La musicalité, le charme du langage,
Furent vite oubliés, perdus dans les nuages.
Plutôt que de laisser à la postérité
Des vers inoubliables, il préféra rêver.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   TITEFEE   
18/8/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
la peur de la page blanche... un puit dans lequel tout écrivain ou rimailleur tombe inévitablement...

mais moi j'ai aimé et je ne compte jamais les pieds....
http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/leresultatdeJeser.mp3

   guanaco   
20/8/2007
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Je n'ai pas compté les pieds (il ne vaut mieux pas, n'est-ce pas Jeser? ;) )
Bravo mon cher! Tu parviens à décrire un phénomène que tu ne connais apparemment pas.
Je souhaite que toutes tes pages blanches provoquent en nous le même ..."RESULTAT"

   Bidis   
23/8/2007
L'exactitude ou non du nombre de pieds n'a aucune importance quand le rythme est là.
Il y a là non seulement une belle musique, de la profondeur dans le propos mais encore, carrément, une de ces phrases qu'on dit "d'auteur" :
"Transforma le poète en lascar endormi.
Préférant, à sa plume, celles qu’on trouve au lit."
Magnifique !

   Anonyme   
17/4/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Superbe texte, fluide, plaisant, d'une belle harmonie, qui sonne nette et claire.

Belle aisance dans cette plume qui nous trace parfois la difficulté ressentie à vouloir créer et de se trouver dans l'impasse. Quand les mots ne veulent pas "plier", rien n'y fait, c'est indéniable, il faut pour un instant renoncer, demain sera peut-être plus fertile. Mais tout cela vous le décrivez mieux que je ne saurai le faire, votre plume est maître en la matière.

Le fond, la forme, magistral, un poème qu'il est très agréable de lire et de relire, pour mieux en apprécier toutes les petites subtilités.


Oniris Copyright © 2007-2020