Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Jeser : Un choix musical difficile
 Publié le 11/08/07  -  3 commentaires  -  1567 caractères  -  31 lectures    Autres textes du même auteur

Le 28 mai 1995 pour les 6 ans de ma petite-fille Nathalie. Elle s'est finalement décidée pour le violon.


Un choix musical difficile



Tu peux jouer des Flûtes, aimer mieux, ce faisant,
Jouer les filles de l’air... sur le même instrument.
Tu peux vouloir aussi, prendre la Contrebasse,
Quoique pour un tel cas, ta taille semble basse.
Moins compliqué serait, d’épingler le Tambour,
Mais il ne suffit pas de taper comme un sourd.
Tu en souhaites plus ? Voilà, je te les donne...
Le Violon, l’Alto, les Orgues, le Trombone
Le Hautbois, le Tuba, le fier Bandonéon;
Et aussi son cousin, le gros Accordéon...
En train de seriner un petit air musette
Pour mieux accompagner, un solo de Trompette.
Si parmi tout ceci, tu ne peux décider,
Tu as le choix encor’... des possibilités.
Le Triangle d’abord, le Banjo la Guitare,
Le Saxo, le Clairon, le Cor et la Cithare.
Il y a le Basson, voire un harmonica
Le bugle, les Timbales, et puis l’Ocarina.
J’en oublie, c’est certain... Tiens, je pense à la Viole,
Qui dans les jours anciens, donnait les airs frivoles.
Un joli Piccolo, grignoté quelquefois,
Donne bien du plaisir, quand on entend sa voix.
La lyre de jadis, Tambourin, Clarinette,
Et si tu veux mener, la fameuse... Baguette.

Reste, bien entendu, le « Roi » des instruments,
Qui n’est pas le Piston, puisqu’il n’est pas à vent.
D’une sonorité, à nulle autre pareille
Chaque fois qu’il résonne, il nous fait des merveilles.
Si donc il a des cordes, un clavier, des marteaux,
Harpe n’est pas son nom, voici... Le Piano.




 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
11/8/2007
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Et on entend tout l'orchestre...

Une belle symphonie de mots, bravo!

Dommage que les efforts faits sur le rythme syllabique échouent ici et là (plusieurs fois 13 syllabes au lieu de 12).

Le rythme en musique ne pardonne pas
en poèsie non plus :)

Mais au delà de ces petites erreurs l'ensemble est joliet et de bonne tenue

Merci pour la sonate

   Jeser   
18/8/2007
Je tiens tout d'abord à remercier Emrys_83 pour le commentaire donné. J'apprécie les critiques constructives qui m'aident à progresser.
Cependant, je m'étonne qu'il puisse compter 13 pieds où je n'en compte que 12. Je crois savoir que la dernière syllabe d'un vers féminin ne compte pas.
Il me suffit de relire l'Art poétique de Boileau ou Corneille, Ronsard et tous les poètes étudiés au cours de Français pour me confirmer dans cette prise de position.
Cependant, il est possible qe je commette des erreurs par méconnaissance, oubli ou encore omission. Dans ce cas, tout en présentant des excuses aux puristes, je lui demande de me les montrer.

   Anonyme   
28/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bien attendrissant poème, qui joliment fait l'énumération des instruments de musique, de quoi avec le choix pour s'offrir de grands moments de plaisirs, mais après un apprentissage qui se veut assidu et exigeant, j'en sais quelque chose, j'ai appris le piano, mais cela en vaut la peine.

En effet il y a quelques petites erreurs du au (e) au pluriel qui se prononce, mais rien de bien méchant "Si donc il a des cordes, un clavier, des marteaux," ici le "es" ne peut être élidé. La poésie comme la musique a ses règles.

Poème très plaisant et charmant à lire.


Oniris Copyright © 2007-2022