Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
jhc : Les amants réunis [concours]
 Publié le 27/10/17  -  8 commentaires  -  2088 caractères  -  107 lectures    Autres textes du même auteur

Les amants réunis.


Les amants réunis [concours]



Ce texte est une participation au concours n°23 : Un monument
(informations sur ce concours).





Ils se tiennent la main
réfugiés dans l’atrium
sous le regard des dieux
loin du tumulte du port
du vent de l’iode des voiles
où l’écume blanche efface
encor la trace du ressac.

Le soleil brûle
sa peau diaphane
éblouit ses yeux pers
éclaircit ses cheveux châtains
c’est sûr qu’elle est un peu fatale…
les étoiles font le destin.
Elle l’a rencontré hier
à la grande fête
villa du joaillier
le théâtre a donné
des tirades de l’Iliade
cris rires éclats de voix
couverts de poils de chèvres
au son de la double flûte
un peu de poésie…
Ici tout se finit
par une tarentelle.

Scintillement des oliviers
la chaleur écrase les vignes.
Lui c’est un véritable napolitain
le cœur grec et la tête romaine
il aime sa gorge espagnole
sa cambrure italienne
la méditerranée
chaloupe sur
sa hanche
il la regarde
elle essuie sa paupière
c’est un matin qui fera date
ils rêvent des temps à venir
de ses bras à son cou
ce monde est beau
rempli d’espoir…

Quel est ce vilain nuage ?
Pensif il serre les mâchoires
elle avait l’expression sereine
du marbre des statues antiques
dans cette colonie animée
où les ateliers d’artisans
sont remplis de débris
de pièces détachées
et de fragments
dépareillés.

Attention
au chien qui veille !
Main dans la main
leur couche de fumées soufrées
de ruines de cendres et de boue
de nuit épaisse.

Réunis
côte à côte
dans un écrin de suie
ils ont prononcé leurs noms
d’écho sourd inerte et sombre
il y a de ça vingt siècles et des poussières…
Ce jour-là… Ce jour-là… le Vésuve.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Bidis   
20/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Le dernier vers renvoie au lieu où l'on peut voir ces "Amants réunis", mais alors le titre résout l'énigme.
Peu importe. Il s'agit d'une interprétation de ce qu'a pu être la dernière journée de deux amoureux avant la catastrophe de Pompéi. D'autres (des spécialistes) parlent d'un couple homosexuel...
Et puis, il ne s'agit pas d'un monument mais de "statues".
Ou alors j'ai tout faux.
Je suis quand même impatiente de lire les autres commentaires, savoir ce qu'il en est.
Du point de vue poétique, quand il y a tant de liberté dans la forme et que l'on n'est pas contraint par la rime, je ne trouve rien de très remarquable.

   fried   
27/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien
La belle cité de Pompéi réanimée par un amour.
j'aime beaucoup
"il aime sa gorge espagnole
sa cambrure italienne
la méditerranée
chaloupe sur
sa hanche"
J'ai passé un journée à me promener dans cette citée, on ressent effectivement qu'elle s'est figée mais qu'elle fourmillait de vie.

   vb   
27/10/2017
Je ne jugerai pas de la poésie. Je ne suis pas assez compétent. J'aimerais cependant souligner de nombreux anachronismes. J'ai l'impression que l'auteur confond la méditerranée antique et celle des Temps Modernes. L'Espagne, la Grèce et l'Italie sont des nations qui se sont développées au plus tôt au Moyen Âge. La tarantelle? Est-ce une danse que l'on dansait en -70? Je n'en suis pas très sûr.

   papipoete   
27/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour,
Au pied du Vésuve était Pompéi, ville prospère où l'on s'aimait, chantait, dansait tels ces amants enlacés, quand le volcan antra en éruption .
NB insensiblement, alors que la douceur coule pour ces amoureux, l'auteur nous tire par la main pour nous montrer comme ils s'aiment, ne se doutent de rien ... Elle dont la gorge affriole le beau napolitain, essuie sa paupière, geste prémonitoire !
L'ultime strophe nous renvoie vers " Notre Dame de Paris ", Esméralda et Quasimodo, comme à Pompéi, amants unis à jamais .
" couverts de poils de chèvre ", ce vers m'est étrange !
Dans ce texte libre, l'auteur parle de monument au sujet de couple d'amants ou bien du site de Pompéi ?

   PIZZICATO   
27/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Le titre et le dernier vers nous orientent à penser aux Amants de Pompeï. Homme/femme, homme/homme, femme/femme ? Peu importe ; étreinte statufiée par la nature.

Une idylle imaginée et romancée par l'auteur pour les besoins de la poésie.
Peut-on assimiler ces "Amants de Pompei " à un monument ?

   David   
1/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Je ne suis pas sûr de deviner le monument, il me semble qu'il reste dans les ruines de Pompéi une stèle avec le célèbre avertissement "cave canem". Le poème raconte poétiquement une histoire romantique, des vers courts où sont semés de nombreuses suspensions font un rythme langoureux. Même le drame, la mort de la plupart des gens, semble belle dans ce contexte.

   ladymuse   
5/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Attention
au chien qui veille !
Main dans la main
leur couche de fumées soufrées
de ruines de cendres et de boue
de nuit épaisse."

J'aime particulièrement cette strophe et cette cascade de vers courts qui fait oublier quelques images un peu banales.

Le monument pour moi, c'est le Vésuve

   virgo34   
18/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah ! Si les cours d'Histoire étaient aussi poétiques !


Oniris Copyright © 2007-2017