Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Joss :  Robocratie
 Publié le 22/03/17  -  6 commentaires  -  680 caractères  -  122 lectures    Autres textes du même auteur

“Le futur a été créé pour être changé.”
Paulo Coelho


Robocratie



Nous sommes les machines
Et nous voilà debout
Sur les quatre pattes motrices
De chimpanzés de fer,
Dressés à rouler

Nos toutes dernières voitures singes
Quadrupèdes modernes et horodatés
Filent sur le sol caoutchouc de nos voies rapides,
Avec en dedans cette soif de carburant plasma
Qui dévore les circuits numériques
De leur mécanique pétrochimiesque

En passant, nos véhicules mammifères
Saluent les arbres mous de nos villes automates,
Aux tomates
Ultraviolettes

Nous avons dompté l'animal,
Imposé nos empreintes
Digitales
Et enfin donné une âme
Au métal.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pouet   
27/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bjr,

Très sympathique texte traitant avec humour et légèreté d'un thème qui l'est beaucoup moins.

Retournement de situation, l'Homme dompte le singe, le robot-singe dompte l'Homme.

Bien trouvé "pétrochimiesque".

Dernière strophe très efficace.

Très bonne lecture.

Pouet

   Leverbal   
28/2/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Si j'ai bien compris l'intention de l'auteur, l'idée principale est la prise de pouvoir des voitures sur les hommes, avec une inversion complète des rôles.
Les pronoms brouillent malheureusement beaucoup les pistes et j'ai dû m'y reprendre à 4 ou 5 fois avant de renoncer à comprendre qui parle dans le 1er paragraphe et qui dans le second.
Le jeu de mot avec tomates me semble déplacé vu la teneur du reste. Il y a par ailleurs d'autres images qui ne fonctionnent pas car elles ne sont pas assez abouties, comme les empreintes digitales des machines (?) ou les besoins en pétrole des voitures singes (?)
Je pense que ce texte assez court mérite un retravail.

Leverbal

   Proseuse   
3/3/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Ha! je ne dois pas être sensible à la robocratie et du coup le poème ne me fait pas vraiment rêver malgré l' incipit qui voudrait nous inciter à inventer un autre demain , votre poème enfonce tant "le clou " qu' il ne laisse pas beaucoup de place à l' espérance et à l' imaginaire !
bon, ceci étant j' ai tout de même bien aimé ma lecture
merci à vous et à vous relre bientôt

   PIZZICATO   
22/3/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Même s'il ne faut pas le prendre au premier degré, le parallèle voiture / singe ne me plaît pas.
Certes la robotisation s'est beaucoup installée dans notre société actuelle ; la voiture en bénéficie largement et ceci semble bien nous convenir...
Mais l'humour est présent dans ce texte dont le fond ne me séduit pas plus que ça.

   Anonyme   
22/3/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Joss,

Après un tigre dans le moteur, voilà un chimpanzé désanthropomorphisé en 4x4 à transmission intégrale. Ce qui me choque d’emblée c’est que le chimpanzé, la moitié du temps est un bipède. Asseyez-le sur les genoux d’une bimbo et comptez en secondes le temps qu’il met pour lui faire des papouilles. C’est un knuckle-walker qui s’appuie juste un peu sur les phalanges de ses mains pour marcher. On est donc assez loin d’une gomme de pneu, à moins que votre bolide du futur ne démarre au feu en faisant décoller ses pneus avant. En vérité le chimpanzé ne devient vraiment quadrupède que pour la levrette. Exactement comme chez nous.

Et puis je ne comprends pas trop le symbole du singe, puisqu’il continue d’être dressé à rouler. Si c’est juste d’avoir soif de carburant et de saluer les tomates ultraviolettes, on aurait pu tout aussi bien choisir un tarsier décervelé. En plus, on avait les phares. http://www.interestingfunfacts.com/files/2012/04/tarsier.jpg

Le texte est trop banalement réaliste et la métaphore trop convenue :

« Quadrupèdes modernes et horodatés
Filent sur le sol caoutchouc de nos voies rapides,
Avec en dedans cette soif de carburant plasma »

Le mot-valise « pétrochimiesque » est plutôt marrant mais ne transporte aucun slip de rechange.
Vous êtes sûr que le pétrole sera encore le sang du futur ?
Pour finir, le « enfin donné une âme au métal » ne m’est d’aucun soulagement.

Ludi
moniteur d’auto-école déprimé

   Queribus   
25/3/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Joss,

Texte drôle et plein d'humour même si le sujet, au départ, ne s'y prête guère. Le tout est traité dans une écriture"moderne" mais facilement compréhensible dès la première lecture. Au final, j'ai bien aimé ma lecture.

Bien à vous.


Oniris Copyright © 2007-2018