Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
josy : Dans la nuit sans pudeur...
 Publié le 10/06/18  -  9 commentaires  -  652 caractères  -  193 lectures    Autres textes du même auteur

Je t'adore à l’égal de la voûte nocturne,
Ô vase de tristesse, ô grande taciturne,
Et t'aime d'autant plus, belle, que tu me fuis,
Et que tu me parais, ornements de mes nuits,
Plus ironiquement accumuler les lieues
Qui séparent mes bras des immensités bleues.
Charles Baudelaire


Dans la nuit sans pudeur...



L'eau est vivante
Et mes nuits sont humaines
Le monde se heurte à toi
En ses rondeurs splendides.
Quand la vague déferle
En mon sein d'enfant
Qui respire
Je te rêve,
Et les mots enfermés
Dans ma bouche
Périssent avant d'avoir été.

Tout n’est que longs gémissements
Pour ma mélancolie
Seule
Ma certitude a la courbe de tes paupières
Et le goût du sel de la mer

Le jasmin retient ta transparence
Je vois clair dans la nuit sans pudeur
En chair de langue et de prunelles
Où on cultive l'éternité

Dans le sommeil en imitant la mort.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   BlaseSaintLuc   
25/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
un poème "baudelairien" , à n'en pas douter , et moi j'aime Baudelaire,
les esprits chagrins verront , une imitation , moi je vois une inspiration à la manière de ... juste un doute sur la forme du poème, construction des phrases, ponctuation.

   Eclaircie   
2/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

J'ai été surprise de trouver un exergue en rimes classiques pour un texte en poésie libre.
C'est tout à l'honneur de l'auteur qui offre à lire dans des styles différents.
J'apprécie beaucoup l'entame du texte :
"L'eau est vivante
et mes nuits sont humaines
Le monde se heurte à toi
En ses rondeurs splendides..."

"Les mots enfermés
dans ma bouche
périssent",
me semble un peu plus convenu.

Un petit détail, le "Où on" de l'avant dernier vers heurte l'oreille.

Le texte évoque en de bons termes la mélancolie, globalement, la présence d'images entraînent le lecteur à suivre la voie tracée par le narrateur.

Merci du partage,
Éclaircie

   papipoete   
10/6/2018
bonjour josy
madame ou monsieur ?
J'aimerais pouvoir suivre le chemin de votre mélancolie, mais le sens profond de vos vers ne me vient pas à l'esprit !
Seule la seconde strophe me fait un dessin, et puis je me perd juste après !
Je ne puis noter, non pas que j'aime ou non ( les amateurs goûteront la subtilité de votre plume ), mais l'écriture en étant délicate, ne mérite pas de " moins " .

   Gabrielle   
10/6/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ce poème se présente comme un hommage rendu à Charles Baudelaire et à son travail d'écriture.

La mélancolie est reine.

L'auteure sait faire ressentir les émotions à travers sa jolie plume.


Merci pour ce bon moment de lecture.

Bien à vous.


G. Michel

   Lulu   
10/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Josy,

J'ai bien aimé les mots mis en exergue, étant aussi une lectrice de Beaudelaire que j'aime beaucoup.

Le titre m'a interpellée, et le texte m'a beaucoup plu, même si je n'ai pas tout saisi. L'ensemble fonctionne bien de part les impressions évoquées et qu'il suscite. C'est, pour moi, comme un chamboulement d'impressions diverses dans la relation à l'autre, avec ce mot "mélancolie" auquel je ne m'attendais pas, mais qui précise les choses.

Dans la forme, j'ai aimé le choix des vers libres et quelques vers précis, comme "L'eau est vivante / Et mes nuits sont humaines / Le monde se heurte à toi / En ses rondeurs splendides." Ou encore : "Ma certitude a la courbe de tes paupières / Et le goût du sel de la mer"... Ce sont des images singulières, qui n'appartiennent qu'à vous, et en ce sens, je trouve qu'elles ont une certaine grâce.

La dernière strophe est également très belle.

Mon bémol, c'est peut-être de n'avoir pas compris la logique de la ponctuation. Elle est discrète, ce qui n'est pas un reproche en soi, mais irrégulière. Personnellement, soit je l'aurais utilisé d'un bout à l'autre du poème, soit je l'aurais complètement omise.

Ainsi, comme vous avez mis un point, j'aurais aussi peut-être détaché une strophe après les quatre premiers vers.

Voilà, bonne continuation.

   Anonyme   
10/6/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je radote, je radote, mais la ponctuation n'est pas une utopie. Ici encore elle fait défaut. Au lecteur donc de se débrouiller pour trouver le bon rythme et pouvoir de son mieux apprécier le sens de l'écrit.

Après plusieurs lectures, je finis enfin par apprivoiser ce "Dans la nuit sans pudeur", et c'est par petites touches que le ressenti me vient, en provoquant la venue d'images émotionnelles expressives.

Je retiendrai ces deux phrases :

" L'eau est vivante
Et mes nuits sont humaines "

   PIZZICATO   
10/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
je n'ai pas bien perçu le sens de certaines images, pour exprimer la mélancolie due à l'absence (?), non plus que celui du titre.
" Le jasmin retient ta transparence "
"Le monde se heurte à toi
En ses rondeurs splendides ".

Par contre, j'ai apprécié ce passage :
" Tout n’est que longs gémissements
Pour ma mélancolie
Seule
Ma certitude a la courbe de tes paupières
Et le goût du sel de la mer ".

   eskisse   
9/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une écriture originale quoiqu' énigmatique, de la douceur, des images singulières mais belles.

"Je vois clair dans la nuit sans pudeur
En chair de langue et de prunelles
Où on cultive l'éternité."

Mais, petit, détail, moi aussi j'aurais écrit " où l'on" pour la sonorité.

Merci pour ce partage.

   Yavanna   
15/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'aime énormément.
Selon ma sensibilité, on est ici dans la pure poésie, celle des images qui s'entremêlent et parlent à notre "cerveau droit" sans passer par l'analyse et le besoin de sens précis, de compréhension.

Bien sûr un sens se fait jour, mais qui à mon avis doit être un peu différent pour chacun, et c'est très bien ainsi. Quand on offre un texte, on laisse le lecteur libre de le ressentir et de le vivre comme ça lui chante. Et pour chanter... celui-ci chante merveilleusement.

Merci pour cette belle lecture matinale !


Oniris Copyright © 2007-2018