Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
JulieM : En soldes
 Publié le 22/10/16  -  16 commentaires  -  1502 caractères  -  171 lectures    Autres textes du même auteur

Amoncellement d'objets improbables, à cinq balles, trouvés chez "Farfouille", une surréa-liste à la mode prés verts.


En soldes




Un amour sauvage et discret
comme une puce sur un chien
sans collier.

Un regard debout
accroché au dos
de l’Aigle de mer.

Une cascade de pleurs
transformée en fleurs.

Une amitié sur un fil d’araignée
toujours recommencée.

L’univers chaviré
par une étoile naissante
ou deux
pour le prix d’une
pour un pas de deux.

Un cœur usé
juste bon à
fr(ém)ire.

Quelques mots recyclés
avec style
d’auteurs oubliés.

Une vengeance congelée
à réchauffer doucement.

Un bât blessé qui
plus jamais ne sera joug.

Lit de trèfles à trois
feuilles
joliment (s)tressés.

Un traité de pets
jamais utilisé
enfermé dans son écrin.

Une belle musique
pas encore écrite avec son encrier
son papier et quelques clés.

Des souvenirs de personne
trouvés dans un grenier.

Un jodhpur odorant
à l’air cavalier
sans le cheval.

Des pas lourds dans
la boue d’un jour
glauque
taille quarante-cinq.

Une buée de paroles
dites
dans une nuit de glace.

Un petit désir inassouvi
encore frais
sur son lit de brise
à consumer de suite.

Aucun article ne sera repris ou échangé.
À l’achat de trois articles, vous recevez

Un set de glaçons fondus
.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Alcyon   
4/10/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour

voilà les deux "strophes préférées"

Un amour sauvage et discret
comme une puce sur un chien
sans collier.

Une amitié sur un fil d’araignée
toujours recommencée.

dans l'ensemble j'ai trouvé cela amusant
mais sans vraiment accrocher
je pense qu'un peu plus court il aurait été plus percutant

   Proseuse   
5/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Merci pour ce poème amusant!
y a pas mal de choses qui me tentent dans vos soldes !
Les trois dernières propositions par exemple .. !je serais bien preneuse ! :-)
en revanche, les parenthèses pour (s)tressés ou pour fr(ém) ire me dérangent un peu , je sais, faut faire un choix et parfois c' est difficile ( ça m' est arrivé !) surtout que pour la deuxième parenthèse cela vous oblige à faire une faute ( frémir) sans "e" final !
enfin, ce n' est pas bien grave l' ensemble du poème m' a bien plu !
merci

   Raoul   
7/10/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'aime bien le tutti frutti, mais là, je trouve que c'est un peu trop composé (même si le balancement à la lecture n'est pas désagréable). À ce propos, je conseille une lecture à rebours ou dans le désordre car cela fait ressortir le farfelu du texte.
Je ne suis pas certain que le découpage en "vers" très courts (et centrés… même si la ref à la présentation d'un menu gastro.) soit très pertinente, je trouve que du coup, la mise en forme prend le dessus sur les jeux du langage, le plaisir des glissades…
Comme dans toutes mises en bouches, il y en a de meilleures que d'autres, plus bourratives - de multiples adjectifs -, moins souriantes…
Dans l'ensemble quelques facilités sont un peu trop voyantes. Pour moi, l'Idée est surtout à l'
" Aucun article ne sera repris ou échangé.
A l'achat de trois articles, vous recevez

Un set de glaçons fondus"
Dommage, simplement, qu'il arrive si tard.

   Marite   
22/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très plaisant ce petit tour parmi vos "soldes". Voici les trois articles choisis :
" Une amitié sur un fil d’araignée
toujours recommencée.
...
Une belle musique
pas encore écrite avec son encrier
son papier et quelques clés.
...
Une buée de paroles
dites
dans une nuit de glace."

Aurai-je le droit au " set de glaçons fondus" ?
En fait j'ai tout apprécié dans ce méli-mélo admirablement mis en mots.

   Anonyme   
22/10/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
J'ai trouvé cela vraiment génial, plus je vous lis et plus les mots se font entendre. Bravo pour toutes ses trouvailles, ce "En soldes", en regorgent, je tourne et je retourne vers "elles", je n'arrive pas à me décider, parce que au fil de mes lectures, je leurs trouve un petit quelque chose à chacune qui me séduit, me tente, le choix s'avère vraiment bien difficile.

Je vois de la réflexion dans ces petites parenthèses, judicieuses, qui font leur effet.

Que dire encore, sous son air de rien, bien sympathique, se cache tant et tant de ce que l'on peut trouver dans une vie, avec ses joies et ses peines surtout ...

Je vais essayer de faire mes trois achats, mais j'abandonne bien volontiers ce "un jet de glaçons fondus", qui m'a bien amusé :

1 article - " Des souvenirs de personne trouvés dans un grenier."

2ème article - "Une cascade de pleurs transformée en fleurs."

3ème article - "Un cœur usé juste bon à fr(ém)ire."


Mille bravos pour cet écrit, dont le fond comme la forme, font de sa lecture, un vrai plaisir enchanteur, avec ce petit côté original et atypique.

   Vincente   
22/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour JulieM,

On chine plaisamment dans ce texte, rebondissant d'une strophe à l'autre, d'une image à l'autre, d'une étincelle à l'autre. Parce que chacune excite notre plaisir d'avoir fait une trouvaille autant que notre désir d'aller trouver la suivante.
Le "problème" dans ce poème, c'est que l'on a peu de répit puisque chacune dans son genre est intéressante. Celles qui fusionnent le concret et le plus pur abstrait "Un amour sauvage et discret / comme une puce sur un chien" (d'ailleurs, un bémol exception, le "sans collier" en troisième vers me semble dispensable), celles qui n'auraient pas dû se rencontrer "Une amitié sur un fil d’araignée / toujours recommencée." ou "L’univers chaviré / par une étoile naissante / ou deux / pour le prix d’une / pour un pas de deux." , celles qui s'opposent en se valorisant "Une vengeance congelée / à réchauffer doucement.", etc... Pour finir par celui qui a vraisemblablement initié ce poème :
"Un petit désir inassouvi
encore frais
sur son lit de brise
à consumer de suite."
C'est surréaliste, mais très parlant pour nos réalités.

   Brume   
22/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour JulieM

Et bien je viens ici faire mes courses car je suis très intéressée par
"Une cascade de pleurs
Transformée en fleurs"
Et
"Une buée de paroles
Dites
Dans une nuit de glace"

C'est plein d'entrain, original, tout en légèreté et en émotion.
C'est décalé (mais pas tant que ça) sans être tarabiscote.
Rien à dire sur la forme, je n'ai jamais compris en quoi une mise en page centrale peut être dérangeant pour certains commentateurs du site. Franchement ça ne gêne pas.

   Lulu   
22/10/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour JulieM,

je n'ai pas trop accroché à l'ensemble, ayant trouvé que les strophes étaient très inégales dans leur composition et/ou leur intérêt...

Ainsi, par exemple, je n'ai pas du tout aimé la première strophe que j'ai lu pourtant plusieurs fois... Je l'ai trouvée absurde (sans doute était-ce un but en soi ?) et peu fluide à la première lecture. Pourquoi "sans collier" m'étais-je demandée ? Evidemment, il n'y a pas de réponse. On sent que ces mots ont suivi le flux de l'inspiration.

En revanche, j'ai beaucoup aimé ces mots :
"Un regard debout
accroché au dos
de l’Aigle de mer."
Là aussi je me suis attardée, mais pour le plaisir de contempler en me disant que la suite allait peut-être être du même acabit. Mais mon sentiment est en définitive partagé au fil du texte.

Je ne remets pas du tout en cause l'écriture dont j'ai aimé le rythme et le côté amusé. Je trouve simplement que certaines images sont moins parlantes et moins intéressantes que d'autres.

Pour lire ce texte (ayant été gênée par le centrage de la composition), je l'ai mis sur Word sans le centrage... Cela a été plus facile à lire, et cela m'a permis de mieux mesurer le rythme que vous avez voulu insuffler à ce texte par les différents retours à la ligne.

Ce que je n'ai guère aimé :
"Un cœur usé
juste bon à
fr(ém)ire."
J'ai trouvé cela trop compliqué à lire... Je préfère la simplicité ! Mais cela n'engage que mes goûts.

De même :
"Un traité de pets
jamais utilisé
enfermé dans son écrin."
Là non plus, je n'ai pas adhéré. Le côté loufoque de la chose ne m'a pas permis de percevoir de poésie ici.

Je ne vais pas tout relever, mais il se trouve que plus je lis plus je reste en dehors, faute d'y être sensible. Peut-être qu'un texte un peu moins long m'aurait moins dérangée, par ailleurs.

Bonne continuation.

   Anonyme   
22/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai chiné parmi tous ces " soldes"; des 'articles' intéressants comme
"' Une cascade de pleurs
transformée en fleurs. "

" Une amitié sur un fil d’araignée
toujours recommencée. "

" Des pas lourds dans
la boue d’un jour
glauque
taille quarante-cinq." celui que je préfère.
L'idée n'est pas nouvelle mais bien menée ici.

   MissNeko   
22/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
À la première lecture je n ai pas du tout aimé. J ai passé mon chemin puis je suis revenue et j ai apprécié ! On pourrait terminer par "et un raton laveur ".
Une surealiste sympathique et poétique ( sauf le traité de pets que je n ai trouvé ni très heureux ni à sa place dans la liste.

A vous relire

   Vincendix   
22/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour JulieM
L’idée est bonne, mais cet inventaire à la Prévert mériterait quelques modifications pour être plus présentable.

Pour la première strophe, il faudrait attacher le « collier » sur la même ligne que le « chien ».
La troisième, remplacer « transformée en fleurs » par « qui se transforme en fleurs »
La quatrième, remplacer « recommencée » par « renouvelée »
La cinquième, supprimer le dernier vers qui reprend le mot « deux »
La sixième, remplacer « juste bon » par « qui peut encore »
La septième, ajouter « un » ou « le » entre « avec » et « style »
La dixième, mettre « un » devant lit et pourquoi pas remplacer « trois » par « quatre »
La quatorzième, remplacer « à l’air cavalier’ par à « l’allure cavalière »
La seizième, remplacer « dites » par « exhalées ».
Bien entendu, ce ne sont que des suggestions découlant de mon ressenti

Parmi les strophes que je n’ai pas citées, je retiens particulièrement l’avant-dernière, elle sort nettement du lot, c’est pour moi la plus réussie.

   Johannes   
23/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème plaisant à lire, que je classerais pour ma part, mentalement, dans la catégorie "marché aux puces", c'est à dire où les éléments les plus disparates sont réunis sans qu'il n'y ait véritablement de lien entre eux (un peu comme "Zone" d'Apollinaire). Mais ici, c'est clairement voulu et cette appréciation n'est donc nullement négative.
D'une manière générale, je n'aime pas trop que l'on place des parenthèses dans les mots pour leur donner un double sens. Mais ceci n'est évidemment que l'expression d'un goût personnel et non un jugement objectif.

   mina   
24/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
De belles trouvailles dans ces soldes très poétiques.
J'achète la vengeance congelée, le traité de pets , et la belle musique , ( pas celle des pets;))

   plumette   
24/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Julie M

j'ai bien aimé l'idée de ce catalogue insolite d'articles soldés mais dans sa réalisation, je le trouve inégal.
Fallait-il donner une forme d'unité ou de cohérence à ce catalogue pour en faciliter la lecture? C'est une suggestion car j'ai parfois été dérangée par certains voisinages: le lit de trèfles et les pets, les souvenirs et le jodhpur...
les parenthèses de fr(ém)ire et de (s)tressés ne m'ont rien apporté.
Ce texte est quand même globalement plaisant!

Plumette

   Pouet   
24/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bjr,

C'est assez marrant, j'aime beaucoup la fin.
Je regrette que le "traité de pets" ne soit pas utilisé et enfermé dans son écrin, il faut penser à aérer...

Je vais acheter :

"Des pas lourds dans
la boue d’un jour
glauque
taille quarante-cinq."

Ainsi que:

"Un petit désir inassouvi
encore frais
sur son lit de brise
à consumer de suite."

Vous me faites un prix?

   Curwwod   
29/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Et ben, ça me plait, cette façon déjantée de faire du Prévert en associant astucieusement des éléments improbables qui sont cependant très porteuses de sens :
Un amour sauvage et discret
comme une puce sur un chien
sans collier.
Une amitié sur un fil d’araignée
toujours recommencée.
L’univers chaviré
par une étoile naissante
ou deux
pour le prix d’une
pour un pas de deux..."

Je ne peux pas tout citer.
Certains me diront "Mais ce n'est pas poétique!" M'en fous! cette façon de rapprocher des terme aussi disparates me plait beaucoup.


Oniris Copyright © 2007-2020