Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
karminator : Je suis Nelligan
 Publié le 20/04/08  -  5 commentaires  -  1045 caractères  -  74 lectures    Autres textes du même auteur

Hommage à « Romance du vin » de Émile Nelligan. J'essaie d'aller un peu plus loin que de dire que je suis triste, sans avoir la prétention d'être aussi bon en images que lui. En même temps, je dis merci à une amie à moi qui m'a dit que je lui faisais penser à Nelligan.


Je suis Nelligan



Je suis gai, je suis si gai,
Avec ma coupe de vin,
Avec mes ailes d'été,
Je ne marche plus, bien !

Je bois à la loufoqu'rie,
Les cheveux par les grands vents,
Je suis gai, je suis joli,
J'entre dans un nouveau temps.

Le même rêve, récurrent,
Empli de désirs argent,
Me fait vénérer l'art,
Boire du vin, tard le soir.

Et en ce beau soir de mai,
Je me sens tellement gai,
Tellement mal, détesté,
Tout comme Émile, interné.

Je suis gai, je suis si gai,
Je suis seul et isolé,
Mais, peut-être, un beau jour,
Quelqu'un lira mes amours.

Je suis gai, je suis si gai,
Ma tête se perd, et mes pieds
Se butent sur des cailloux,
Me font tomber à genoux.

Je suis si gai, je suis tellement gai,
Et même si je ne suis pas si beau
Et même si je ne sais où aller,
Je n'ai plus peur d'éclater en sanglots.

- - - - -

Hommage à Romance du vin, de Émile Nelligan


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
20/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Karminator,

J'ai enchainé la lecture de la "Romance du vin" à celle-ci, j'en ai bien aimé la petite musique, la façon dont la folie est illustrée et le clin d'oeil de la fin de ton poême à celui auquel il rend hommage.

   Anonyme   
20/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
je suis gai répète ce poème à chaque strophe. Une gaieté qui conduit à la folie.Je ne connais pas Nelligan encore moins cette romance. Ce que je peux dire c'est que ton poème à de la personnalité et que sa lecture est fort agréable

   clementine   
20/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime beaucoup ton poème, le fond me plaît et la musique en est très agréable.
J'ai particulièrement apprécié la dernière strophe.

   karminator   
20/4/2008
Le poème original de Nelligan se terminait avec «Oh! Si gai, que j'ai peur d'éclater en sanglots»

c'est pourquoi le mien se termine comme il se termine, pour montrer une certaine évolution dans les émotions.

   Anonyme   
11/1/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Je connais les poèmes de Emile Nelligan. Peut-être irais-je lire ce poème plus tard, pour le moment je me contente de lire le vôtre qui est dès plus intéressant.

J'ai ressenti, lorsque je vous ai lu votre présence profonde, en ces mots évocateurs, qui ne trichent pas, plutôt rare, vous n'utilisez pas ici d'artifices.

Je vous ai lu et relu, je trouve votre poème fort bien écrit, tant par le fond que par la forme, l'ensemble est soigné, impressionnant de justesse dans son phrasé. Les mots glissent subtilement et viennent vous chercher.

C'est un très bel hommage, bien sûr, mais pour moi, ce n'est pas là l'essentiel que j'en retiendrai, je garde le plaisir d'un poème savamment écrit, très touchant, d'une simplicité raffinée.


Oniris Copyright © 2007-2020