Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Kekedi : Extrance
 Publié le 17/02/21  -  5 commentaires  -  788 caractères  -  117 lectures    Autres textes du même auteur

Je propose ici un texte qui parle de la relation que j’ai avec l’écriture depuis plusieurs années, et plus généralement la création. Le fait que l’inspiration arrive de manière épisodique, mais assez impérieuse aussi. Le fait qu’elle reste très brouillée avant de se construire peu à peu. Le fait qu’elle entame ensuite sa vie par des échanges alors initiés au gré des aléas des vies de chacun.


Extrance



Dans mes nuits sans sommeil
Voguent sur les vagues
Des sentiments agités
Et pourtant soyeux,
Telles des écumes en semis.

À l’éveil qui viendra
En lueur fragile, je sais,
En toute splendeur, après,
Éclatera en mon sang
Une éphémère respiration.

Des jours, des nuits,
Jamais ne rougissent
Ces éclats de jais et lazuli
Qui pénètrent mes pensées,
Là, pour les écrire à jamais.

Extase exquise des vers,
Qui déposés sur tes lèvres
Naissent en lumière diaphane,
Subtile rosée d’une aube,
Ici, pour les vivre demain.

Puis, en l’immortelle nuit
La vie surgit en regain,
De fragments parfois unis,
En enfance, en adolescence,
Dans l’estran de leurs âmes.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Gemini   
7/2/2021
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Mot un peu compliqué comme titre, et exergue un peu long qui fait plus explication de texte que clé de lecture.

Pourtant on distingue nettement l'inspiration durant les trois premières strophes. Il est vrai qu'à partir de la quatrième intervient (surgie de nulle part) une personne supplémentaire "vers... déposés sur tes lèvres" en lecteur des "éclats de jais", mots du narrateur.
J'ai bien aimé l'idée que ce lecteur (j'imagine plutôt une lectrice) puisse faire naître ces mots, comme une mère délivre un enfant. Immaculée Conception.

Le dernier quintil m'est plus obscur. En relisant l'exergue, je me suis rendu compte que la dernière phrase aussi était bien vague.
L'idée que durant " l'immortelle nuit (la mort ?) un regain de vie surgit dans (à ?) l'estran des âmes" m'a laissé perplexe.
J'aurais mieux vu, après cette "extrance" (naissance), la joie ou la fierté des parents s'échangeant un tendre baiser. Ou l'image d'une expiration après l'inspiration. C'est peut-être ce qui a été voulu, mais je l'ai mal appréhendé.
Dommage pour du libre, catégorie qui, sans contrainte formelle, oblige la poésie à signifier.

Ce n’est pas que le texte en manque ; il y a assez de "vagues", "écume", "estran", des "lueur", "lumière", "jour, nuit", "aube" et des "jais", "(lapis) lazuli", "rosée" pour se rendre compte qu’elle est bien là, mais je n’ai pas trouvé dans cette dernière strophe sa puissance révélatrice.
Ma lecture seulement.

Comme dit en exergue, la création est quelque chose de complexe. Une recherche d’équilibre jamais facile à trouver.

   papipoete   
17/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Kekedi
dans mes nuits sans sommeil, bien que pas là ( mais t'es où ? ) auprès de moi, toujours je te vois ; et tes lèvres me dessinent toujours le même joyau, ton sourire...
NB je vous avouerai que toute votre oeuvre n'a pas coulé en évidence, mais ça et là tant de belles lignes la parent, que c'est un réel plaisir de vous lire !
Si la 4e strophe est ma préférée, je trouve redondant " extase exquise ", ne croyez-vous pas ?
je suis comme devant un tableau de maître, qui m'embrouille les neurones, mais ses couleurs sont si belles que...

   Provencao   
18/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Bienvenue Kekedi.


J'ai aimé cette emersion du "dans mes nuits sans sommeil", qui s'impose avec une clarté quasi-hallucinogène, entérinant la joie de pensée dans l"'extrance" et raconte le face-à-face heureux entre un lecteur et un poète qui l'aiguillonne et l'emmène.

Au plaisir de vous lire

Cordialement

   Vincente   
18/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Me sentant en fraternité avec le narrateur dans son expressivité à la fois très personnelle, confidente mais aussi ouverte à l'extériorité, à l'entente et à l'entendement, j'ai eu un réel plaisir à faire quelques pas avec ces vers aux pieds libres.

L'exergue raconte peut-être trop ce que l'on est invité à découvrir, il y a là comme un déni d'initié proposé, c'est dommage à mon sens de tant dévoiler, même si ce qui s'y dit est précis, bien écrit et agréable à entendre, à apprécier.

J'ai bien aimé l'opposition des deux vers qui se complètent et s'équilibrent : "… / Des sentiments agités / Et pourtant soyeux /…".
J'ai beaucoup aimé ces trois ci avec leur belle image des "vers sur tes lèvres" : "Extase exquise des vers, / Qui déposés sur tes lèvres / Naissent en lumière diaphane,". "Extase exquise" qui réaffirme ici une volonté d'externisation de l'expérience sensorielle évoquée dans cette écriture nocturne sous hallucinations, une "création" extravertie que signale en amont le néologisme du titre, "Extrance".

Cependant, j'ai un peu moins senti la deuxième strophe, peut-être trop "explicative. De même la dernière me paraît plutôt généraliste, manquant de singularité, à part dans la jolie expression du dernier vers : "Dans l'estran de leurs âmes".

   Capry   
3/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Joli poème pour parler de l'inspiration. Oui, comme un souffle pour certains l'inspiration s'impose et doit se poser sans plus attendre, d'autres se cassent la tête à construire des rimes qui guident qui éclairent, qui montrent le chemin... Et puis il y a les hors pistes, les barroudeurs, les bohémiens qui taillent leur route quoiqu'il en coûte. On ressent des mots impérieux qu'il ne faut pas laisser s'échapper, une mélodie intérieure qui ne laisse l'âme en paix qu'une fois l'avoir bordée, couchée sur le papier... J'adore le thème de l'inspiration, vos mots sont "soyeux" (pour reprendre votre terme), vibration, vivants tout simplement. Votre texte est comme une poésie de la vie. Ces mots qui ne demandent qu'à être exprimés, livrés au grand jour.

"Extase exquise des vers,
Qui déposés sur tes lèvres"

Cet art peut devenir oratoire, il ajoutera encore plus de beauté au texte écrit et publié.
Cet écrit, je le ressens comme l'intimité du narrateur inquiet de laisser s'échapper des mots de toute beauté.
La poésie vous réserve de belles insomnies créatrices.
J'apprécie ce poème.


Oniris Copyright © 2007-2020