Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Groscoco : Respawn
 Publié le 17/02/21  -  14 commentaires  -  1243 caractères  -  267 lectures    Autres textes du même auteur

Ce texte s'adresse à mes amis gamers.


Respawn



Je ressens pas la mitraille
tue-moi
que je te ghost le restant de ta vie
je veux te voir
godlike
devant l’écran
ou derrière
dedans
je sais pu
player robotique
qui vise la tête religieusement
qui préshot les coins parfaitement
qui bait-kill pénard
comme dans le vrai jeu, le seul.

Je vais respawn
et mettre fin à ton killing spree
t’auras beau camper comme un dieu
m’a te trouver
pis te sniper dans le cœur
d’une balle de lumière solide
à travers les milliers de pixels de ton écran.

Tu vas rouvrir les yeux
dans un meilleur monde
hors des circuits numériques
beaucoup plus près de la vérité
que tu souhaiterais cacher
tu es sensible
ton cœur frétille
à chaque respawn.

Le vrai jeu dehors
a les meilleurs graphiques possibles
juste des fois le gameplay est à chier bin raide
faut tu grinds des longs bouts
t’as pas de pouvoir spéciaux
tu vieillis, tu grossis
mais t’auras jamais pareille définition
jamais autant de subquests
pis jamais autant récompenses
comme la mort
qui va peut-être un jour
te faire respawn
GG.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Dugenou   
17/2/2021
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Groscoco,

J'avais lu ce texte en EL, mais n'avais pas osé commenter.

Pour quelqu'un qui ne passe pas sa vie sur Counter Strike, ou même un MMORPG, quel casse tête que tout ce jargon ! Même moi je m'y perds...

Je n'ai en réalité rien compris à votre texte : bêtises de geeks, billevesées aux yeux d'un profane. En gros : je vais renaître dans le jeu et te frag ?

Je le redis : bêtises de geek !

Dugenou.

Edit : non, sérieusement, j'ai vraiment rien compris. Désolé, je ne joue plus depuis longtemps.

   papipoete   
17/2/2021
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
bonjour Groscoco
La vie est ainsi faite que l'on peut, pour ne pas s'ennuyer, jouer à tuer des ennemis ( façon Tarantino ) avec chair et sang giclant de tous côtés.
Certes, quand nous étions enfants, nous jouions au " gendarme et au voleur " ou à " Thierry la Fronde "... mais ça ne saignait pas de partout !
NB ce poème, puisque c'en est un, me fait aimer le Bescherelle et la pèche à la ligne ; à quand un " Birkenau-game " où l'on dézinguerait des " gens en pyjama rayé " tentant de s'enfuir ?
je reconnais avoir lu 3 lignes de cette oeuvre, puis abdiquai !

   Vincente   
17/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je trouve l'exercice "intéressant". N'étant pas familier avec le vocabulaire de ce monde de gamers, pas "pratiquant" ce genre de combat digital, mais spectateur de la jeune génération qui s'y plonge à corps perdu (heureusement ce n'est qu'un jeu donc au sens figuré… enfin c'est ce qu'on se figure mais celui qui y est investit le prend souvent très au sérieux…), j'ai été bien intrigué par la proposition.

Bon l'écriture est assez brute, reconnaissons-le. Mais là n'est pas vraiment le propos, car la plongée émotionnelle est tout-de-même prenante, de fait "comme si l'on y était" dans ces faits, mais "protégé" par le verre de l'écran ; maigre protection mais qui semble pourtant suffire. Non ce que j'ai surtout apprécié c'est que ce texte tente de mettre des mots sur un univers étonnant pour le néophyte et qui, s'il n'oublie pas les mots dans sa mouture redéfinissante, prétendrait s'en passer pour ne profiter que de l'image et de ses formes prégnantes. En poésie aussi, l'image est convoquée, souvent envahissante, également pour dépasser, redessiner le réel à la convenance de l'expérience questionnante ou redéfinissante ; l'intention de ce mariage iconoclaste est donc intéressante.
Dans ce texte l'opération est à mon sens assez réussie, surtout par le fait qu'à partir du milieu du poème, le narrateur s'extrait du champ exclusivement numérique, et "voit" le voyant à œillères, ce gamer prit dans son trip ludique et cependant mortifère. J'ai trouvé nécessaire et salutaire de produire ce hors-champ et d'avouer l'inquiétude de se réfugier hors du "vrai jeu dehors". Le nez dans l'écran pour un temps soit, mais après… car "t'a pas de pouvoir spéciaux…". J'ai bien aimé ce jeu de dupe pour peu que l'on n'en soit pas dupe.

   Lebarde   
17/2/2021
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Puisque je suis parti, non bien sûr, je n’aime pas, ni le sujet ni l'écriture qui n’a pas besoin de règles ni de Littré pour exister.
Mais il y a aussi cela sur Oniris et pourquoi ne pas l’accepter!
Enfin rien ne m’oblige à le lire et le commenter.

   Edgard   
17/2/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vraiment pas mal ce défi par jeu interposé. Je trouve le langage et la forme vraiment adaptés, le rythme sympa. …mais dis-donc Grococo, tu aurais pu mettre quelques notes pour traduire le vocabulaire « gamer »… ! Ça m’aurait fait gagner du temps ! Mais j’ai été étonné de trouver tout ce vocab sur le net aussi facilement.
Finalement l’originalité me plait aussi. Cette manière de dire si directe, imagée. Et nous restons dans le cadre du jeu. Une violence de jeu. On comprend mieux ceux qui disent que les jeux vidéo ne créent pas la violence. C’est une violence de conte de fées, comme elle existe depuis qu’on écrit.
Je suis aussi allé voir « Fée loup », c’est vraiment très original et d’une écriture vivante colorée.
Bravo.
J’espère que tu es aussi bon au jeu qu’en écriture.

   Cristale   
17/2/2021
"Ce texte s'adresse à mes amis gamers"

Bon alors je sors parce que je ne fais pas partie de ce cercle. Ils sont nombreux vos amis gamers sur Oniris ? Perso j'en connais 1 mais je ne sais pas s'il a vu l'invitation.

Sans aucune maîtrise de la technique "gamer", je ne m'immiscerai pas plus longtemps sans manettes sur ce terrain inconnu.

La poésie a de multiple visage mais là, elle porte un masque bien trop large et rigide pour que je perçoive une quelconque expression qui influerait sur ma sensibilité.

Désolée.

Edit : "chansons et slams" ah je n'avais pas vu la catégorie ! Alors mettez-moi la musique...

   hersen   
17/2/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Tout le fantasme du jeu, le rôle que l'on prend, mais au final, t'as qu'une vie, mec !

Je trouve excellent ce poème par sa manière de nous forcer dans un monde que pour ma part je ne connais pas. Est-ce pour autant que je dois passer devant et l'ignorer ? Justement non.
Il y a ici une très grande expressivité,
"Je ressens pas la mitraille
tue-moi
que je te ghost le restant de ta vie..."
et un rythme qui soutient tout à fait le jeu se déroulant.

"pis te snipper le coeur
d'une balle de lumière solide
à travers les milliers de pixels de ton écran"

On le fait même sans adhérer à un jeu, parfois.

Un jeu revêt toujours une vérité.

Merci beaucoup pour ce texte qui n'hésite pas, qui m'apporte une vision de ce que je ne connais pas, donc, c'est comme une immersion.
Belle découverte, très bon traitement.

   Bellini   
17/2/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Ah merci Groscoco, grâce à vous je comprends le gouffre qui me sépare d’une publication sur le site. J’avais besoin de votre poème pour effacer la déception qui m’étreint trop souvent ces temps-ci à la lecture des textes proposés.

Ça doit être jouissif, dans une Killing spree, de se faire éliminer au milieu de la nuit par un chihuahua karatéka, et de découvrir au petit matin son texte en parution sur Oniris. Gloire à Dieu qui sait alterner pour nous, pauvres humains, le Tartare et les Champs-Elysées dans la foulée.

Mon passage préféré c’est :
devant l’écran
ou derrière
dedans
je sais pu

Quelle belle idée, comme diraient les piteux poètes classiques, que cette harmonie imitative (ils aiment bien se la péter). Pensez donc, Je sais pu à la place de Je sais plus. C’est moi qui en peux pu tellement c’est difficile de résister à cette génialissime régression du langage.

Et puis je kiffe à mort l’alternance des euphonies et des cacophonies, le jeu subtil des nouveaux mots qu’on apprend dorénavant dès le CP : Respawn, je te ghost, godlike, bref je vais arrêter de me faire du bien, je crois que je vais pas pouvoir reprendre le volant.

Heureusement, vous semblez régulier dans vos publications. Dire qu’il me faudra attendre un mois pour le prochain… Pas de blague, vous revenez, hein ?
Bellini

   ANIMAL   
17/2/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Surprenant. Le vocabulaire paraît réservé aux initiés mais il n'en est rien. Très facile à déchiffrer dans le contexte si on a un peu pratiqué les jeux vidéos et l'anglais. Même si ce texte ne s'adresse nommément pas aux profanes, on se laisse vite prendre au jeu, c'est le cas de le dire. Je fus fan du désuet "Tank attack" et je peux comprendre l'ambiance électrique de cette chanson que j'imagine sur un rythme de rap.

Eh oui, quand on est accro aux jeux vidéos, on perd ou on gagne, on massacre, on meurt, on ressuscite autant de fois que nécessaire et la partie continue. Mais la réalité vous rattrape un jour ou l'autre et là, on s'aperçoit qu'en vrai on n'a qu'une seule vie. On devient vieux et gras du bide devant son écran. Et pas de respawn en perspective.

J'ai bien aimé ce texte atypique, plein de dynamisme et assez cynique. Il me manque l'interprétation musicale qui devra être à la hauteur du rythme.

   Corto   
17/2/2021
Bienvenue aux gamers mais...
Tout cela me ramène au dernier déjeuner avec mon petit-fils durant lequel je me suis fait traduire des expressions d'initiés sur Minecraft et autres jeux.
Bien sûr j'ai tout oublié: ça fait drôle de voir qu'il y a tout un langage qui passionne les gamers qui se sont familiarisés avec ce monde.
Je vais vite chercher mon dictionnaire (pas le Littré !)

Bonne partie.

   Queribus   
19/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Pour un profane, j'avoue qu'il y a de quoi rester perplexe devant un tel texte; il faut toutefois vivre avec son temps et les mots employé sont ceux qu'emploient en effet les gamers; je trouve l'ensemble plutôt bien troussé et tout à fait cohérent pour quelqu'un qui connait. Naturellement, j'entends les cris d'horreur des puristes, enfin ne nous attardons pas sur ça. J'ai trouvé votre écriture originale, intéressante, pleine de nouveautés et de surprises, donc bilan plutôt positif. Bien entendu et comme toujours, la musique, la voix du (des) chanteur(s), les arrangement, la prise de son, etc feront la différence.
Je vous souhaite de trouver tous les gens qui sauront mettre votre écrit en valeur.

Bien à vous.

   BlaseSaintLuc   
20/2/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
bravo , la gageur est énorme , faire de la poésie avec le langage des gamers , tout en racontant une histoire , moral de la vraie vie pour le gost player .

plutôt réussit ,même si la poétique est un peu difficile à rendre c'est quand même pas mal !

extrêmement dans son époque , le classique n'est pas menacé une seconde , mais prend un petit coup de vieux quand même ...

le message est joliment délivré , il y à du panache la dedans.

   Kodiak   
4/3/2021
 a aimé ce texte 
Pas
Dans son genre, ce poème est plutôt réussi, on ne peut pas dire qu'il n'y ait pas de travail là derrière, je suis même prêt à parier qu'il y en a beaucoup. C'est bien construit et le style, bien qu'abscons, est cohérent

Mais je ne vais pas mentir : it's not my cup of tea, if you see what I mean. Peut-être parce que je ne connais pas bien cet univers, peut-être aussi parce que je ne le trouve pas hyper intéressant, j'avoue.

Quoi qu'il en soit, puisque le but est de donner une appréciation, je serai franc : no respawn for me after reading this poem, but I hope the author will survive after reading my comment !

   Groscoco   
8/3/2021
Discussions sur l'œuvre et éclaircissements sur le champs lexicale et les expressions si certains le désirent.

http://www.oniris.be/forum/respawn-discussion-t29033s0.html#forumpost402276


Oniris Copyright © 2007-2020