Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Mandragore : Mélancolie
 Publié le 16/02/21  -  14 commentaires  -  463 caractères  -  195 lectures    Autres textes du même auteur

Poème libre.


Mélancolie



Dans ce puits des soupirs
Écoute les voix assourdies

Résonance de la cascade endormie
D'où s'écoule le rituel des sorcières

Dissimulées par la brume
Magie des pierres bleues

Dansent les menhirs
Suspendus dans le vide mystérieux

Aux confins de cette forêt altière
Les arbres aux feuilles couleur d'automne

Doux reflet d'une pâle lueur jaune
Diffusant une douce lumière d'amertume


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Gemini   
6/2/2021
 a aimé ce texte 
Un peu
Le titre fait craindre une énième élégie avec son lot de pathos et de roulement de larmes, mais, surprise, à part l’évocation de l’automne (saison dédiée à cette humeur) et l’inévitable "amertume" on se retrouve tout simplement dans une forêt un peu mystérieuse à la croisée des mythes et des légendes. Une Brocéliande réinventée ?

Atmosphère étrange dans laquelle s’entendent des sons feutrés : (voix assourdies, mélopée d’un rituel de sorcières), se devinent dans la brume des pierres bleues magiques, émergent des danses de menhirs (!) flottants dans le vide et, au loin, flamboie dans les doux reflets d’automne, une douce lumière.

Voilà. C’est ce que j’ai traduit de ce texte. Je n’ai, par contre, pas ressenti son mystère à la lecture.

Je ne sais pas si la découpe en distiques avait pour but de créer des touches d’ambiance ou de créer un rythme haletant, mais en ce qui me concerne, ni l’un ni l’autre n’a fait effet.
Le dernier de ces distiques est d’ailleurs si mal formulé qu’il gâche toute ambiance possible.

Désolé. Il m’aurait fallu plus et mieux pour que cette "Mélancolie" m'atteigne.

   placebo   
16/2/2021
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Mandragore, le pseudo va bien avec le texte :)

J’ai préféré les strophes 3-4-5. Pas convaincu par la répétition "doux reflet" / "douce lumière".

Le travail sur les sons induit une sorte de transe, de glissement d’un mot à l’autre et d’une strophe à l’autre comme un sortilège, c’est bienvenu.

Sur le sens, les images et les adjectifs, je pense que le texte pourrait aller plus loin.

Bonne continuation,
placebo

   Zeste   
16/2/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
De prime abord, une ambiance médiévale, peut-être les mots ? Et je ne saurai vous expliquer cette vague impression qui fait renaître des souvenirs collectés sur les bancs des écoles d’autrefois (allusion aux supports des cours qu’étaient les grandes et belles images accrochées au tableau et qui laissaient rêveur les enfants que nous étions : l’automne, un château fort etc…). Le rythme épouse bien le titre ; une lecture hors du temps !

   papipoete   
16/2/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Mandragore
j'aime d'emblée ce poème car il ne tue pas les songes, ceux que l'on fait tout éveillé !
J'ai mis ma tête sous la margelle d'un puits, j'ai entendu des voix qui ne se chamaillaient pas
j'ai porté à mon oreille un coquillage, et sacs et ressacs des vagues y retentissaient
j'ai caressé le fut d'un vieux arbre, et sa ramure s'ébroua
NB la poésie libre ici encore fait des prodiges, et l'on serait tenter d'interpeler un alexandrin, et lui dire " t'as vu, moi aussi je sais dire les choses... ! "
ces petits distiques me charment tout-à-fait

   Capry   
16/2/2021
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Hommage à la poésie libre où l'on doit laisser flotter notre esprit, s'ouvrir au mystique. Certains mots en appellent d'autres par l'évocation qu'ils suscitent.
De quelle Mélancolie s'agit-il ? Celle de ne pouvoir entrer dans cet univers mystique ?
Il y a un monde latent, préservé par les éléments naturels eux-mêmes.
Je suis entrée dans ce poème sans difficultés mais j'aurais aimé continuer ma lecture, je reste sur ma faim...

   Kekedi   
16/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Merci pour cette proposition de voyage dans le merveilleux. C’est ainsi que je ressens votre poème. Seriez vous en errance dans la Broceliande ?
Dominique

   Provencao   
17/2/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bienvenue Mandragore.

Je savoure la parole du contemplatif,du spirituel libre.

" Résonance de la cascade endormie
D'où s'écoule le rituel des sorcières "


Cette liberté se pose dans votre poésie dans la pertinence et la réalité des résonances , avec vos mots justes .

Merci pour cet enchantement.
Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Mandragore   
17/2/2021
Modéré : Commentaire de l'auteur sous son texte (si besoin, ouvrir un sujet dans "Discussion sur les récits").

   Mandragore   
17/2/2021
Modéré : Commentaire de l'auteur sous son texte.

   Robot   
17/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Un spleen qui s'épanche dans les lieux que fréquentaient Merlin et Viviane.
Retour sur les hauteurs d'Avallon peut être, au pays des légendes arthuriennes.

Est-ce l'effet d'une promenade sur l'imagination. C'est ainsi que je ressens ce poème baigné d'un halo spirituel.

   Edgard   
17/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↓
On pourrait faire quelques jolis haïkus avec quelques vers de ce poème.
Quand on se dit cela en lisant, c’est qu’on aurait envie de quelques élagages… par exemple dans les quatre derniers vers, qui semblent un peu répétitifs, un peu plus denses, par rapport à la légèreté à la spontanéité des premiers. Atmosphère !
J’aime bien ces sorcières et ces menhirs ; ce côté enfantin et contes de fées.
A la prochaine

   Arsinor   
17/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Comme je disais d'une autre succession de diptyque récemment sur Oniris, les miniatures de ce type sont le minimum qu'il faut offrir au lecteur francophone en guise de haiku, car on ne peut rien dire avec un haiku en français. "Pierres" fait doublon avec "menhirs", la strophe des menhirs suspendus est sûrement l'image la plus réussie. Petit dièse pour l'hypallage : "coule le rituel" puisque ce sont les cascatelles qui coulent. La Forêt de Brocéliande peut-être. Le projet est réalisé, ne rajoutez rien... mais projet modeste, qui justifie ma note.

   sauvage   
18/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Mandragore,

j'aime la simplicité et le fond du poème, l'évocation du sonore, l'emploi du distique.

J'aime celui-ci particulièrement : "Dansent les menhirs /Suspendus dans le vide mystérieux"

Dommage que ma dernière impression soit moins heureuse ici : "Doux reflet d'une pâle lueur jaune /Diffusant une douce lumière d'amertume". Répétition trop rapprochée doux / douce, l'image moyennement bien amenée de la "pâle lueur jaune".

De même, l'ensemble est assez court et je reste un peu sur ma faim malgré un bon début. J'y vois un potentiel de développement.

Bonne continuation !

sauvage

   BlaseSaintLuc   
20/2/2021
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Brocéliande ou est tu ? brumes dans la lande, levées vous !

belles idées , la matière est bien là, c'est l'exploitation du terrain qui ne l'est pas , la friche ne favorise pas la pousse des belles fleurs de bretagne.

cassiope ,gentiane, hortensia , campanule ,camélia, fougère , bruyère

du parfum que diable dans cette "mélancolie" .

après tout la mandragore ,cela pousse au pieds des pendus !

pour résumé cela mérité PLUS ,


Oniris Copyright © 2007-2020