Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Kirmas : Notre épopée
 Publié le 21/01/19  -  7 commentaires  -  1769 caractères  -  121 lectures    Autres textes du même auteur

Un jour je partirai sur un petit navire...


Notre épopée



Un jour je partirai sur un petit navire
Trouver un horizon libéré des montagnes
Délivré des cités et des tristes campagnes
Pour affronter les flots sans penser à l’av’nir

Dans un port délabré je trouv’rai des gaillards
Peut-être assez bourrés pour vouloir m’escorter
On travers’ra les mers sur un rafiot flingué
Ressemblant trait pour trait à un grand corbillard

On décamp’ra de nuit après deux ou trois bocks
Tenant plus sur nos pieds et criant sur les docks

« Larguons les amarres et hissons la grand-voile
Sous l’argent de la lune et celui des étoiles
Oublions cette terre où règne la misère
Et gagnons l’océan où règnent les mystères »

On cherch’ra les trésors délaissés des pirates
Sur quelque îlot paumé au milieu des étocs
On brav’ra les monstres des légendes sinoques
Après s’être saoulés à du mauvais picrate

Quand l’éclair jaillira dans le ciel embrumé
Quand la foudre fendra l’horizon ténébreux
On chant’ra des péans pour remercier les dieux
De nous avoir offert une pareille épopée

Mais lorsqu’on terminera notre dernier tonneau
On rentrera au port comme on sort du bistrot

« Frappons les amarres, affalons la grand-voile
Sous l’argent de la lune et celui des étoiles
Oublions l’océan où règne la misère
Et gagnons une auberge où régnera la bière »

On r’partira peut-être après cinq ou cent bocks
Tenant plus sur nos pieds et criant sur les docks

« Larguons les amarres et hissons la grand-voile
Sous l’argent de la lune et celui des étoiles
Oublions cette terre où règne la misère
Et gagnons l’océan où règnent les mystères »


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   LenineBosquet   
21/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour, c'est une reprise d'un texte que j'avais déjà lu ici, que j'avais apprécié d'ailleurs. Il est aujourd'hui plus long, avec un " refrain " en plus et couplets. J'aime bien le fond, j'aime quand y'a de l'aventure en mer et des tonneaux de bière.
Je regrette toutefois l'absence de ponctuation, les élisions en général ne me gênent pas mais j'ai la sensation que dans votre texte elles sont là pour retomber sur vos 12 pieds.

   Corto   
21/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dès la fin du premier quatrain je chantais "Hisse et Ho; Santiaano..."
Au nom de toutes les montagnes que j'aime tant je proteste contre le second vers.
Avec les "trésors délaissés des pirates" je suis retombé dans mes lectures d'enfance.
Frappé du mal de mer je suis rentré "au port comme on sort du bistrot"
Par principe de vie j'ai approuvé "Larguons les amarres et hissons la grand-voile."
C'est dire que si j'avais la musique je chantonnerais du matin au soir...
Merci pour ce voyage.

   papipoete   
21/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Kirmas
je ne suis pas musicien ( bien que j'aime toute musique ! ), mais je lis votre texte en chantant, car ses vers se prêtent au chant aussi bien que sur les flots, le bateau de leur capitaine !
Et j'embarque avec vous, la gouaille aux lèvres, mais pas sûr que mon estomac supporte la " croisière " !
En tous cas, l'équipage qui n'a peur de rien, prend la mer pour trouver un monde meilleur, mais sais bien que plusieurs tours du monde, ne seraient pas de trop pour apercevoir le " pays de cocagne " .
Il y avait bien l'Ile de Port Royal...mais la mer la but comme un tonneau de bière !
Je ne pense pas que " corbillard " et " bière " soient complices, mais je trouve ce détail rigolo !
Une chanson ( avec ma partition ) très entraînante et savoureuse sous ses bonnes assonances !

   PIZZICATO   
21/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Qui n'a pas rêvé, au moins une fois, enfant ou même adulte, de partir sur un " petit navire " pour aller chercher " les trésors délaissés des pirates ", loin " des cités et des tristes campagnes."

" Larguons les amarres et hissons la grand-voile " le temps d'une illusion...
Il faudra juste une petite mise en musique genre Alan Stivell et c'est tout bon !

   Vincente   
22/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Le thème gaillard et en même temps rêveur est bien sympathique. Après dans chaque strophe, on parcourt la pensée débridée et gentiment subversive d'un tout jeune adolescent en quête de sensations, mais l'ambition, toute sympathique qu'elle soit, ne m'a pas emporté.
Je crois que ce qui m'a gêné c'est une distorsion concernant l'imaginaire du narrateur. Assez flagrante par exemple dans la deuxième strophe. Je me sentais dans la première strophe en compagnie d'un enfant rêveur et je l'entends exprimer une pensée de jeune adulte rebelle avec "sur un rafiot flingué / Ressemblant trait pour trait à un grand corbillard" ou "Oublions l’océan où règne la misère / Et gagnons une auberge où régnera la bière ».
En fait, je me retrouve plutôt dans un conte pour adulte, mais alors il m'apparaît un peu "gentillet", dans un registre délibérément enfantin, convoquant l'enfant qui dors en chacun de nous, il m'aurait fait gentiment rêvé.

   lucilius   
23/1/2019
 a aimé ce texte 
Pas
Je ne trouve pas le titre "notre épopée" très approprié dans la mesure où le texte commence par "un jour je partirai sur un petit navire…". Passer du "je" au "nous" après quelques strophes déstabilise la position du narrateur et fragilise son nouvel engagement.
Ensuite, il y a trop d'allusions à l'ivrognerie pour que cette épopée maritime puisse transmettre un écho favorable à la quête de nouveaux horizons. Je ne partage absolument pas cette épopée.

   INGOA   
31/1/2019
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Chanson de marin égal chanson d'ivrogne ? C'est un peu le message que laisse passer cette chanson qui initialement, tente d'expliquer le choix du narrateur. Si je peux adhérer sans problèmes à cette première partie, je trouve un peu trop allusives et répétitives les images de beuveries qui ne correspondent absolument pas à celles d'un milieu que je peux me vanter de connaître sous toutes ses formes.
Une chanson à boire, peut-être, mais sûrement pas en caricaturant outrageusement la difficile vie des gens de mer.


Oniris Copyright © 2007-2019