Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
kobane : La voix de l'ami
 Publié le 22/12/09  -  15 commentaires  -  820 caractères  -  356 lectures    Autres textes du même auteur

Un moment de déprime, un appel téléphonique ramène le personnage à la vie.


La voix de l'ami



Une voix brusquement vient d’éclairer ma nuit
Éveillant dans mon cœur le souvenir, si proche
Et pourtant si lointain, d’un passé qui me fuit.
Contre ma volonté, celle-ci m’en rapproche.

L’obscurité profonde où j’errais sans rien voir
Et qui m’enveloppait, tout à coup, se déchire,
Une faible lueur me redonne l’espoir,
Me tire d’un coma qui m’empêchait d’écrire.

Par manque d’habitude à certain sentiment
Les mots auront perdu, certes, leur éloquence,
L’aptitude à pouvoir s’exprimer librement,
Pour être si longtemps restés dans le silence.

L’amitié reste encor vivace au fond d’un cœur
Dont la mémoire est grande et jamais rien n’oublie
Surtout quand il s’agit de moments de bonheur.
Oui, ce soir une voix m’a redonné la vie.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
22/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Sur la forme le poème est impeccable et les sonorités plutôt feutrées.
Elles s'accordent tout à fait au sujet.
Le narrateur sort-il effectivement du coma, ou n'est-ce qu'une métaphore ?
L'auteur laisse planer le doute et c'est très bien ainsi.

Quelques réserves: le troisième quatrain m'apparait un peu prosaïque et une cheville ("oui") affaiblit un peu la chute, c'est dommage.

Mais c'est tout de même un bon poème

   shanne   
22/12/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
J'aime, c'est doux peut être comme la voix qui vient déchirer ce silence. J'imagine bien ce moment où les mots restent au fond de le gorge, dans le noir et pourtant un rayon de lumière surgit, le corps réagit, sort du coma
Merci à vous et bravo

   Eric-Paul   
22/12/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Kobane,

J'adore cette poésie sur l'amitié.

Ce coup de fil que l'on n'attend plus et qui vient vous arracher à cette "hibernation sentimentale ( ou amicale)"
Cette voix familière que le coeur n'oublie pas et qui dès les premières tonalités entendues ranime les liens du passé.
J'aime la douceur de ton poème, j'aime également que cette voix ne ramène aucun fantôme... laissant ouvertes toutes les portes d'un futur sans nostalgie.

La seule chose que je changerais dans ce poème ... c'est son titre qui manque un peu de poésie .. ou de promesses.

   lotus   
22/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Cette voix qu'on n'attend plus...cet échange improbable qui rend le souffle à tous les possibles est fort bien exprimé ici avec des mots simples. De beaux vers et une musicalité vraiment agréable.
Un texte qui touche tous ceux qui ont connu cette attente.

   Anonyme   
22/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour kobane... Je suppose qu'il s'agit ici d'un coma poétique, le syndrome de la page blanche qui se prolonge au delà de l'acceptable. La prosodie est parfaitement respectée et j'aime ce cheminement qui ramène à la vie, ne serait-elle que littéraire.
Deux termes m'ont un peu dérangé car pas très poétiques, "par manque d'habitude" et le "surtout" de l'avant-dernier vers... Il y a sans doute d'autres solutions, mais je n'ai rien à proposer qui me vienne à l'esprit. Agréable lecture d'un très bon texte.
Amicalement. Alex

   domi   
23/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
un joli texte, simple de vérité
les deux envois du '"Et" aux vers 3 et 6 me gênent (un de trop)
"qui m'empêchait d'écrire", "par manque d'habitude" : trop explicites à mon goût...
j'aime la simplicité, mais j'aurais tout de même apprécié un peu plus de recherche dans le choix des mots... mais c'est bien écrit cependant, et plein d'émotions quand on songe que l'auteur avait perdu le gout de vivre et d'écrire (d'où cette maladresse, cette retenue, peut-être?) et l'a réellement retrouvé après ce coup de fil...
merci

   Capricorne   
23/12/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Cette voix qui réveille l'envie et l'inspiration, n'est-elle pas celle de la muse empruntant un moyen moderne de communication?
J'ai beaucoup aimé l'obscurité latente dans laquelle l'auteur est plongé, et puis et l'éveil de son regard sur la lumière poétique. J'ai pris un grand plaisir à me laisser entraîner au fil de ces quatrains si bien écrit.
Merci Kobane

   bulle   
23/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime cette expression fluide, qui coule simplement, sans fioritures, en attache aux sentiments..
Chaque bonheur vécu touche l'éternité..

Un texte prenant, très touchant, comme j'aime en ressentir..

J'ai buté par contre sur "sans rien voir" (j'aurais entendu "sans ne rien voir)..

Ma lecture fut heureuse..

   Brisemarine   
23/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce poème de facture classique est bien mené: forme impeccable, jolies rimes, Toutefois, sur le plan de la poéticité, ce bel écrit pèche quelque peu: des expressions comme " par manque d'habitude", "l'aptitude à…", " surtout quand il s'agit" pourraient être évitées. Pour le fond, j'ai bien apprécié l'angle de traitement du thème de l'amitié: associée à la muse, la voix d'un ami délivre de l'angoisse, redonne le goût de vivre et l'envie d'écrire. J'ai aimé ma lecture, moi qui suis fan de la poésie classique. Merci

   wancyrs   
24/12/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Salut Kobane.

Je ne m'y connais sûrement pas assez en classification de catégorie de poésie, mais j'aurais vu ce texte en poésie en prose. pour moi, c'est beaucoup plus une narration, le même fil qui est suivi de bout en bout, et si ça n'avait été la subtilité avec laquelle la scission s'est faite en vers à telle enseigne qu'on obtienne ces rimes, je ne l'aurais pas vu en classique.

En plus, scindé en strophe ainsi, le texte perd en puissance. Selon moi, c'est un texte qui doit se lire d'une traite pour faire effet. le sujet pourtant, celui de l'amitié, est assez fort.

C'est mon opinion.

Bonne continuation

Wancyrs

   pieralun   
25/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un très joli texte Kobane à la musicalité parfaite. De la poésie par endroits, quelques passages moins poétiques et un ou deux clichés:
_ je ne m'explique pas: " contre ma volonté ", je ne perçois pas le sens dans le contexte et l'expréssion est prosaique

_"L’obscurité profonde où j’errais sans rien voir"...presque un pléonasme
_ "Me tire d’un coma " n'est pas poétique....peut-être "Me chasse d'un sommeil"
_ le " certes" et le "surtout" donnent l'impression d'être là pour les 12 pieds de l'alexandrin......peut-être "cette belle éloquence"

Ces appréciations ne concernent ne que moi et n'ont aucune valeur didactique

   Lariviere   
28/12/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Une poésie qui tient la route, mais un peu trop narrative à mon gout...

J'aurais aimé voir plus d'images...

J'aime les images...

Ce texte a un fond, plutôt joliment présenté d'ailleurs... J'aurais aimé que ce texte est aussi un ciel... Un ciel peut être un peu plus vivant et coloré pour que mes yeux myopes puissent l'apercevoir...

Au plaisir de te lire !...

   Anonyme   
30/12/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Du point de vue de la prosodie, c'est plutôt bien fait, à l'exception peut-être de la rime trop facile : proche/rapproche, mais une fois de temps en temps, ça passe.
C'est fluide, mais pour moi, toujours trop prosaïque. Ce défaut culmine dans un vers comme :

"L’aptitude à pouvoir s’exprimer librement,"

   Damy   
14/4/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
Une voix céleste? Qui donnerait à penser, après l'avoir entendue, que l'on va lire une oeuvre inspirée.
Mais l'on reste dans la narration du phénomène.

Alors peut-être le prélude à d'autres écrits plus imaginatifs, plus imaginaires?

   Anonyme   
25/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Il suffit de peu de choses parfois pour nous faire remonter à la surface. Oh ! combien je comprends vos mots, pour avoir été sortie de ma noirceur, par la présence soutenue d'un ami, qui a su trouver les mots au moment opportun. C'est une chance inouïe d'avoir à ses côtés une telle présence.

Tout au long de votre écrit, l'on suit votre profonde détresse, vous en parlez avec les mots du cœur, sans fioritures, c''est ce qui donne ce côté très émouvant à votre écrit.

Le fond comme la forme, me conviennent, ils sont le reflet d'un écrit spontané, qui retranscrit une émotion vraie, c'est touchant.


Oniris Copyright © 2007-2020