Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Labrisse : Mon Eau
 Publié le 09/03/13  -  9 commentaires  -  594 caractères  -  299 lectures    Autres textes du même auteur

À Melle Odile F…


Mon Eau



Là, sur mes lèvres, reposé,
Je n’ose
Agacer de trop longs baisers
L’Osmose…
Au bout de ma langue effleurée…
Hypnose ?

Ton rire, passereau gourmand,
De fièvre,
Mordille, suave et plaisant,
À lèvre,
Telle une bordure océane,
Orfèvre.

Sans yeux sur nous deux abolis,
Sans murs,
Montée de frissons interdits,
Et Purs,
J’achèverai ta Poésie,
Chat Murr…

Sur tes paupières absorbées,
Mi-closes
Éphémères et recherchées,
Je pose,
Tout amour, Eau de mon été…
En prose.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   rosebud   
23/2/2013
 a aimé ce texte 
Pas
on dirait un puzzle qu'on vient de disloquer et qu'il faut recomposer. De ce point de vue, c'est assez réussi.
De ce point de vue seulement, parce cet éparpillement agace rapidement. Il doit y avoir des pièces qui manquent, ou peut-être l'auteur a malicieusement mélangé deux jeux - bref je ne m'en sors pas et comme en plus je mélange l'avers de revers du vers : "Chat Murr..." (il faudra m'expliquer), j'abandonne!

   leni   
9/3/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce texte me fait penser au Canon de Pachelbel Ce sont deux poèmes entrelacés Un poème a huit pieds sa réplique en a deux On peut les lire séparément C'est fort joliment construit L'amour est suggéré en mots simples Et les mots chantent en crescendo D'abord : je n'ose agacer trop de baisers...en suite:montée de frissons interdits...et je pose tout amour C'est un poème tendresse C'est un poème délicatesse C'est l'air du temps oui le parfum : l'Eau de mon été...C'est superbe je le répète superbe de simplicité Merci
Dans Chat Mur de Hoffman(surréaliste 1821) deux textes s'entrelacent!!!!

   socque   
9/3/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est vrai que cette alternance d'octosyllabes et de dissyllabes a quelque chose de liquide, m'évoque un frais ru murmurant, un filet ténu d'eau... De ce point de vue, je trouve la forme en bonne adéquation avec le sujet (sujet qui, disons-le, ne me passionne pas au départ ; sa déclinaison me paraît un poil mièvre).
Joli, les frissons "interdits et purs" ! Dans l'ensemble, j'aime cette ambiance d'innocente perversité, très "vert paradis des amours enfantines" ; en revanche, je trouve dommage cette débauche de majuscules de majesté (déjà qu'il y en a un max, mécaniquement, avec les vers courts), selon moi elle alourdit un propos léger, fluide.

Pourquoi rimer partout (même en rimes pauvres) sauf avec "océane" ?

Au final, un poème que je trouve plaisant, tendre, mais parfois un peu engoncé dans ses bonnes intentions.

   Anonyme   
9/3/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
J'ai eu besoin de plusieurs lecture pour bien m'imprégner de ce poème.
D'abord, la ponctuation m'a parfois désarçonnée. Il est manifeste qu'elle a ici une très grande importance pour même comprendre le sens exact de vos vers.
Donc, de prime abord je n'ai pas été vraiment touchée et puis au fil de mes lectures, le rythme est venu et vraiment, je trouve ce texte très beau.

" Là, sur mes lèvres, reposé,
Je n’ose
Agacer de trop longs baisers
L’Osmose…"
C'est simplement magistral.

" Sans yeux sur nous deux abolis,
Sans murs,
Montée de frissons interdits,
Et Purs,
J’achèverai ta Poésie,
Chat Murr…"

Ici, dans le premier vers, il me manque une petite ponctuation pour que la lecture soit parfaite.
Une virgule après " nous" ou bien après " deux "

" Chat Murr..." m'échappe complètement.

" Sur tes paupières absorbées,
Mi-closes
Éphémères et recherchées,
Je pose,
Tout amour, Eau de mon été…
En prose. "

Et pour finir, je mettrai bien un point après amour.
Nous avons ici besoin de nous poser car c'est fort et fort bien trouvé !


Je vous offre une excellence pour ce très beau poème.

   Anonyme   
9/3/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime bien cette façon de décrire une étreinte. Un poème empreint d'une sensualité élégante.

" Sur tes paupières absorbées,
Mi-closes
Éphémères et recherchées,
Je pose,
Tout amour, Eau de mon été… " délicate image d'une femme allanguie.

   Pouet   
13/3/2013
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai bien aimé le rythme de ce petit poème bien balancé.
Sympathique la comparaison du rire avec le passereau.
"Tout amour, eau de mon été" me plait aussi.
En revanche pour "Chat Murr", une explication? La suite de la poésie de l'amour mais... Pas saisi.

au plaisir de vous lire

   Labrisse   
14/3/2013

   MissNode   
19/3/2013
 a aimé ce texte 
Bien
B'soir Labrisse, hum après la bataille je débarque, et me retiens oulala d'aller voir tes discussions, pour déposer de suite ici trois petits mots que ton texte mérite.
De belles trouvailles : ce rythme alternant vers long/très court, qui fournit un certain érotisme à la tendresse exprimée ; ces expressions poétiques "passereau" "océane" "orfèvre" "sans murs" "paupières absorbées / mi-closes / éphémères et recherchées".

Mais... c'est inégal, entre finesse et maladresse par moment ; j'ai beaucoup moins apprécié, voire pas compris :
- à lèvre : pourquoi "à" ?
- "telle une bordure..." et "Sans yeux sur nous deux..." : un peu laborieux... et pourquoi "abolis" ?... pour pousser la rime ?
- "chat murr" mouais... bon...
- j'ai trouvé trop de virgules dans les premiers vers des deux premières strophes, qui ont rendu essoufflante mon "entrée" dans le poème.
- je ne trouve pas non plus les majuscules nécessaires, hors les débuts de vers, et "Eau"

Mais il balance bien, ton poème, et il est tendre !

   Anonyme   
20/1/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Je ne suis pas sensible à ce genre de style qui je trouve éloigne l'émotion. c'est à mon avis bien trop alambiqué.

Je vous ai pourtant lu et relu avec attention, pensant être passé à côté, mais non rien ne se passe vraiment, juste quelques phrases par-ci, par-là, mais pas l'écrit en sa totalité, surtout lorsqu'on le lit à voix haute, la lecture prend un rythme saccadé, et les maladresses ressortent, cela claudique.

Je n'aime pas du tout ce "Chat murr..., je trouve aussi bien curieux ce titre "Mon Eau" ... par rapport au développement de l'écrit.


Oniris Copyright © 2007-2020