Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
lala : Le cheval et la brebis
 Publié le 09/07/15  -  12 commentaires  -  2180 caractères  -  137 lectures    Autres textes du même auteur

Fable.


Le cheval et la brebis



Un cheval épris de verdure
Broute dans son champ sans relâche,
De son centre jusqu'aux bordures,
Du chant du coq au soir, il mâche.

Une brebis belle et galante
Égarée gourmande et dodue
Installe sa panse opulente
Sur ce pré au-delà du ru.

Courtoisement ils se saluent
Et vivent en bon voisinage,
Protégés par un haut talus
Propice à de gais badinages.

Un jour les gamins du village
Au hasard de leurs jeux surgissent,
Dévient le ruisseau, l'enfeuillagent,
Pour l'enterrer avec malice.

Dame Brebis n'y prend pas garde...
Au-delà du ru elle passe
Et frôle soudain par mégarde
Cheval outré par son audace.

Comment retrouver son espace ?
Chacun revendique le champ,
Chacun se comporte en rapace,
Les propos deviennent méchants.

« Ici, mes parents ont vécu,
Quand ils ont quitté le haras. »
C'est Dame Brebis qui conclut :
« La justice décidera. »

Le vieux hibou est désigné
Et s'entoure de trois lapins.
Les litiges sont consignés,
Rendez-vous pris sous le sapin.

« Un examen de la prairie
Et un métrage minutieux
Doivent dès lors être entrepris »,
Fixent les quatre suspicieux.

« Voyez le lapin trésorier
Pour régler vos frais de justice
Et répondez à nos courriers,
comme indiqué dans la notice ! »

« Que les protagonistes quittent
Le terrain d'investigation ! »
Exige un des lapins ensuite
Sans offrir de compensation.

Ainsi chassés et démunis,
Et pour l'avenir angoissés,
Honteux, ils s'estiment punis,
Regrettent leur confort passé.

Ils n'ont commis aucun délit
Cette brebis et ce cheval
Mais pour résoudre leur conflit
Ils missionnent un tribunal.

La justice n'est pas rapide,
Elle est coûteuse et compliquée,
Y faire appel est intrépide
Sans l'avoir bien domestiquée.

Ces deux-là ne l'oublieront pas !
À trop vouloir, chacun s'abîme.
Pour s'épargner un petit pas
Ils sont devenus deux victimes.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
15/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La justice n'est pas rapide,
Elle est coûteuse et compliquée,
Y faire appel est intrépide
Sans l'avoir bien domestiquée.

Ces deux-là ne l'oublieront pas !
A trop vouloir, chacun s'abîme.
Pour s'épargner un petit pas
Ils sont devenus deux victimes.

cette fable conte bien ce qui arrive

lorsqu'on ne s'entend pas

et j'en sais quelque chose

pour un partage de succession qui s’éternise

les métaphores sont bien choisies

et le texte bien écrit est agréable

j'ai beaucoup aimé

   Anonyme   
9/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce poème, somme toute assez long, se lit pourtant agréablement jusqu'à la fin.
Les deux protagonistes, en voisins civilisés, entretiennent avec intelligence des rapports courtois. Mais voilà qu'un facétieux vient troubler la donne. La frontière entre les territoires de nos deux compères se trouve modifiée. Et aussitôt l'instinct de propriété, le besoin ancestral de défense de son territoire surgit. On en vient à se disputer et à passer devant un tribunal avec tout ce que cela comporte de désagréments, à commencer par les dépenses entraînées.
Une situation courante, parmi les humains

Pour en revenir au poème, le fait qu'il soit écrit en octosyllabes contribue à la facilité de lecture.
Tout est dit, sans lourdeur.
J'ai aimé cette fable versifiée. Bravo !

   papipoete   
10/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour lala; ha, les problèmes de voisinage et le droit de " paissage "pour un cheval et une brebis. Les voisins se rencontrent et l'un des deux fait la grimace, dit que cela ne se passera pas comme ça! Il n'y a pas moyen de s'accorder à l'amiable, la justice tranchera!
En attendant que le tribunal statue, cheval et brebis devront quitter les lieux, n'ayant plus que les yeux pour pleurer, devenus l'un et l'autre, pauvres victimes...
Les images sont si bien illustrées, on s'imagine cheval, brebis, et j'aurais pu les conseiller; ce problème régna autour de chez moi, et bien qu'un ru s'écoule tout près, il ne fut pas la cause de certains " débordements "!
Aujourd'hui " la brebis " que je fus cohabite avec " les loups " qui hurlaient ( des mots vilains, pas gentils ) et ceux-ci mangent presque dans ma main!
A l'image de votre fable, je pourrais vous imiter et narrer l'histoire du " chasseur et du gibier "!

   Pimpette   
9/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très bien réussi et très adroit!
Et drôle!

ce n'est pas,à la lecture, un grand souffle poétique, mais le sujet de la fable est bien choisi et mené jusqu'à la fin sans faiblir!

"Courtoisement ils se saluent
Et vivent en bon voisinage,
Protégés par un haut talus
Propice à de gais badinages."

...le hibou et les trois lapins sommés de rendre la justice...sont parfaits!

   Anonyme   
9/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Cette fable se laisse lire facilement, elle est écrite très fluidement. Elle est longue mais cela n'est pas une tare, car des images mentales véraces s'enchaînent rapidement dans l'esprit du lecteur, et le plongent dans le récit. On croirait voir la situation en face ! Belle réussite !

Le thème est intéressant et la morale bien choisie, et agréablement étalée sur la fin du poème; toutefois, est ce que de trop vouloir qui abîme ou de vainement vouloir le contingent ce qui correspond alors au troisième vers du dernier quatrain ? Car ce n'est pas de la passion, du désir trop intense dont vous parlez ici, si ? (ce qui est suggéré par la première moitié du second vers du dernier quatrain).

Par ailleurs le huitième et le dernier vers ne sonnent pas très bien à mon oreille (ce qui est tout à fait personnel et subjectif)

Bravo !

   Francis   
9/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Nous avons tous dans notre entourage des personnes qui auraient dû méditer cette fable !
"La justice n'est pas rapide
Elle est coûteuse et compliquée".
Hibou et lapins profitent du refus de dialogue, de l'agressivité, de l'intolérance des chevaux et brebis. L'histoire est bien structurée et agréable à lire.

   Robot   
9/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Hé pas mal du tout la rédaction de cette fable dont la morale nous laisse entendre qu'il vaut mieux chercher un accord entre soi plutôt que de rechercher un arbitrage qui ne satisfera personne.
Une version moderne de "le chat la belette et le lapin" de maître Jean.
Un poème qui a le mérite de la clarté, ne cherche pas la rime pour la rime, ce qui permet à l'histoire de se dérouler sans heurt jusqu'à sa conclusion.

   PIZZICATO   
9/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Amusante et subtile, cette fable se laisse lire avec plaisir.
Après avoir suivi les tribulations de ces sympathiques herbivores, on relit d'une toute autre façon....

   Anonyme   
9/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour lala. Une fable très morale qui nous démontre s'il en était besoin qu'un petit pas vers l'autre vaut toujours mieux qu'un long procès... .
Quelques vers pourraient sans doute être améliorés comme celui-ci :
Et un métrage minutieux
Si vous écrivez... Puis un métrage minutieux... vous évitez "Et un" pas très doux à l'oreille. Je vous fais grâce de certaines diérèses non appliquées comme dans minutieux par exemple mais dans cette catégorie ça passe bien.
Pour le reste, la base octo syllabique s'adapte bien à ce genre de récit et elle est respectée.
J'aurais plutôt vu le quatrain qui suit comme conclusion quitte à inverser les deux derniers... ou à supprimer ce dernier qui n'apporte pas grand chose à l'ensemble...mais c'est vous l'auteur.

La justice n'est pas rapide,
Elle est coûteuse et compliquée,
Y faire appel est intrépide
Sans l'avoir bien domestiquée.

Un texte sympa et bien tourné, je n'en demande pas plus !

   angelina   
9/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une belle fable bien menée avec de très belles métaphores .
J'ai vraiment beaucoup aimé .

   leni   
10/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
une Fable simple et réaliste qui se lit d'un trait

La justice n'est pas rapide,
Elle est coûteuse et compliquée,
Y faire appel est intrépide
Sans l'avoir bien domestiquée.


C'est tellement vrai

ET


A trop vouloir chacun s'abime

Tout est dit Bravo Salut cordial Leni

   lala   
10/7/2015


Oniris Copyright © 2007-2020