Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Lariviere : Fragment du crépuscule (Morceau 36)
 Publié le 21/03/08  -  7 commentaires  -  319 caractères  -  78 lectures    Autres textes du même auteur

Fragment.


Fragment du crépuscule (Morceau 36)



Porte la vérité à ta bouche, et frotte-la à la fusion léchée de ta lampe vermeil...


Poésie, dans tes compas brûlants,
Tes halos sidérés
Ne te soumets pas aux indifférents...

Sacrifice purificateur des générations spontanées

Règle naturellement ta propre circonférence...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   nico84   
21/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Allez Lariviere, je me lance en chutant surement. J'ai cru voir dans ton fragment une poésie qui ne doit pas s'adapter aux hommes et leur évolution mais plutôt l'inverse.

Elle doit rester elle, sans trop changer et modifier pour acquérir davantage d'auditoire.

Le dernier vers me dit "Définis toi même l'intensité de ton champs d'influence et d'attraction"

Mais encore une fois, je peux être trés trés loin de la plaque.

En tout cas, je te félicite car en peu de mot, tu fais réfléchir ! La poésie est aussi un outil salvateur et libérateur, je l'ai percu dans ces mots ...

   strega   
21/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
L'art autonome, qui se suffit à lui-même, l'art ne dois pas être cette chose élitiste et sectaire que les puissants voudraient aujourd'hui nous faire croire. L'art n'est pas esclave. La poésie d'autant plus...

S'il est un art au combien sacré, s'il ne devait en rester qu'un, ce serait la poésie, à la fois populaire et dans les hautes sphères. Nous en sommes au 36è Fragments et après être passé par l'homme, l'homme et l'homme. La société, la société et l'homme. Des dérivés, des chemins détournés, nous voilà arrivés à la poésie même.

C'est spirituel, un spirituel laïque je dirai, profane... ?

Je ne sais pas s'il y a un nombre précis de Fragments Larivière, ou si il y a une part de hasard, tout au moins de non maîtrisé, mais j'ai la prétention de voir un dessein dans tout ça. Tous ces... cercles, ta trinité à toi en somme... Pour confirmer ou infirmer, je m'en vais au Fragment 33... !

Sinon, la poésie est un génie peut-être : "Porte la vérité à ta bouche, et frotte-la à la fusion léchée de ta lampe vermeil..."

Si je prends ce Fragment indépendamment des autres, il est moins frappant, dans un sens moins poétique aussi, parce que touchant du doigt un point crucial.
Si je prends ce Fragment dans l'ensemble, avec les autres, il est extraordinaire, parce que porteur, peut-être, de la structure même, ou de la raison de ces Fragments. Enfin je crois.

Comme il me semble quand même que ces Fragments sont à prendre dans leur ensemble...

Bravo... (encore) (tu vas finir par t'en lasser venant de ma petite personne :)


EDIT : Par le plus grand des hasards et extrème naïveté de ma part (:p), n'y aurait-il pas 99 Fragments... ? Et une femme va-t-elle faire son apparition bientôt peut-être non ? J'extrapole encore et anticipe, pardon... !

   Anonyme   
2/4/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
... Et écoute les murmures du passeur de plaies,

compose les saisons au rythme de l'humus...

Dispose de cette plume, le silence est ton chant.


Excuse larivière mais j'avais envie d'écrire ça, me demande pas
pourquoi après... Une bien belle "définition" "déformation" "délabrement" de la poésie...

Je regrette juste "générations spontanées", je trouve cela assez
plat comparé au reste. Le premier vers est mon préféré.

Ensuite, pourquoi aime-t-on un texte de larivière?

Sobriété complexe? Humilité didactique? Approche à distance?

Le but est atteint, ta plume giratoire...
Tu dresses le rond-point de nos contradictions.

   Anonyme   
9/4/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Porte la vérité à ta bouche... Rien qu'avec ce début j'aurais été émerveillée. Le reste ne pas pas déçue.

   Pat   
24/5/2009

   jaimme   
14/11/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
"Porte la vérité à ta bouche, et frotte-la à la fusion léchée de ta lampe vermeil...
Poésie, dans tes compas brûlants,
Tes halos sidérés
Ne te soumets pas aux indifférents...":
là j'ai copié la plus grande partie de ce poème... Mais il est de ces phrases , de ces quelques mots qui sont bien plus grands que des livres entiers!

Oui, le poète, l'auteur, l'homme, ne te soumets pas aux indifférents et rêve!

Magnifique! (je vais me contredire là: j'ai aurais voulu plus!!!)

jaimme

   Anonyme   
2/7/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
29/4/2009

Oui... j'aime bien les fragments courts.
Définitivement.

Les mots une fois de plus bien pesés. La phrase d'ouverture qui une fois de plus semble tout dire...

J'aime bien la dernière paire de vers? (on dit vers pour les slams ou pas?)

J'aime bien, comme souvent, le choix des mots qui permettent en plus de l'interprétation première... ma propre interprétation.
La poésie... l'inspiration...

Si je ne m'abuse, aussi premier fragment exclusivement "adressé", narré au tu... j'aime bien les évocations au rond, au cercle (compas/halos... circonférence)

Merci.
Es


Oniris Copyright © 2007-2022