Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Lariviere : Pour quelle fleur
 Publié le 06/01/16  -  18 commentaires  -  968 caractères  -  478 lectures    Autres textes du même auteur

...


Pour quelle fleur



Pour quelle fleur
Un sourire qui brille
La vie se fane ; et
Ce sont les espoirs
Qui s'effondrent
Entre deux hoquets
La lune
Une rognure d'ongle
Qui tombe
Sur le bitume
Le froid
La brume jaune
À l'aune
Des réverbères
Forêts de herses
Et de caresses
Averse
De joies
De doigts
De tendresses
Battus en brèche
C'est la bataille
Des souvenirs
Sur ce banc
À la dérive
Du temps
À la dérive
Du monde
Les fleurs sont des bouquets
D'amertume
L'amour
Est une plume
Ou un cadenas
Mais certainement pas
Un jouet pour enfant
L'amour
Au goût
Du jour
Est un objet coupant
Comme un diamant
Carbonisé
La roue du réel
Trace sa voie
À travers cœur
Sonne le glas
Au jardin
Des délices
Les cicatrices
Se suivent
Et ne se referment pas


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
6/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Forme qui me plaît, elle donne l'impression que les mots sont des maillons, liés et liants. De plus ce texte ne manque pas d'images surprenantes, il renferme un ressenti attachant.

   jamesbebeart   
26/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Beau texte en forme de comptine pour adultes qui trouve son épanouissement en forme libre.

   Anonyme   
6/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Superbe poème plein mais alors plein de poésie au sens où l'on peut (il me semble) le lire comme on veut (un peu comme l'on regarderait un paysage, on peut prendre autant d'instantanés que l'on veut, y revenir, zoomer dans un sens ou dans l'autre, toujours il y a quelque chose d'autre à voir) et chaque objet signifié raisonne comme une note de musique (cf comme dans : https://www.youtube.com/watch?v=8as_BN5h5YQ). Mais donc, vers après vers, ou par petits groupes de vers, rien n'est imposé, on peut mêler son propre souffle à celui de l'écriture...c'est étonnant (je pense tout haut…) .
Sur le fond ça parle d'amour et de la vie qui passe, je comprends pour quelle fleur bât (encore) ce cœur...mais sans doute y a-t-il plus que cela.
En tout cas rien que pour la musique de ce texte bravo et merci.
Cordialement
C.

   papipoete   
6/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Larivière; j'aime ces "jets d'écritures", qu'une plume "sergent-major" aurait pu faire, sur le papier à carreaux d'un cahier de lettres.
Dommage (pour moi), que virgules et consorts n'en ponctuent pas le rythme, et me rendraient ainsi la bonne lecture.
Mais je parviens pourtant, en m'appliquant, à effeuiller les pétales de vos fleurs.

   Pouet   
7/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte assez différent de ce que j'ai pu lire généralement de l'auteur.

Un texte que j'aurais (presque) pu écrire... :)

J'aime beaucoup "La lune/Une rognure d'ongle/Qui tombe/Sur le bitume" ainsi que "Sur ce banc/A la dérive/ Du temps

Parfois un poil "sirupeux" à mon goût mais ça fait du bien de s'épancher, j'y ai cédé aussi parfois... "L'amour-cadenas" fait un peu "réchauffé" aussi je trouve mais bon qui aime bien cherche la petite bête velue.

Sinon oui l'amour certainement une course de fond où il est facile de se casser la gueule.

Sympatoche du Larivière en mode romantique.

Au plaisir.

Edith: je m'interroge sur ce point virgule tout seul... Comme le narrateur?

Je relis et je me dis que le rythme n'est pas mal du tout.

Ap luce

   Anonyme   
6/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le choix des vers courts donne un rythme soutenu au poème, renforce pour le lecteur le sentiment d'état d'urgence à dire de l'auteur( et capte par là-même son attention) et ces brefs segments conduisent à l'intime du poète, à sa voix propre, non aplanie par des formes héritées.
Paradoxalement, et malgré la brièveté de vie de ces vers à la lecture, de très belles images s'en détachent et s'impriment longtemps dans l'esprit du lecteur.
J'aime beaucoup les échos de cette apparente simplicité.
Merci

   Anonyme   
6/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Vraiment pas mal, cette fleur que vous nous adressez, d'une poésie libre comme le vent ou comme la plume qui voltige. Au gré des mots parsemés, on s'étonne, on est touché, on sourit, on s'attriste parfois, on frémit...comme la feuille sous la brise!
Bravo!

   Camlai   
6/1/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir,
Je ne suis habituellement pas très à l'aise avec cette forme de poème et plus particulièrement avec les vers très courts. Mais lorsque c'est réussi j'en suis émerveillé. Aragon est remarquable dans ce domaine car il en fait quelque chose de très calme.
Votre poème n'est pas du même genre. Je l'ai trouvé assez "violent" ou du moins tumultueux (L'averse de doigt, la rognure qui tombe, la bataille des souvenirs, la dérive du monde...) Les images sont en effet originales et le ton donne bel et bien l'impression d'une "comptine pour adulte" ou alors d'une chanson de Léo Ferré.
"L'amour (...)
Mais certainement pas
Un jouet pour enfant"
Il y a une espèce de brutalité qui fait davantage penser à Desnos qu'à Aragon. Et Dieu combien j'aime Desnos.
Bon poème avec une forme qui n'est pas aisée à manier.

   Robot   
7/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Lari,
Une question en préalable d'un lecteur peu connaisseur du libre: qu'aurait changé au texte la suppression du point virgule, unique ponctuation du texte puis le glissement du "et" de la fin du vers 2 sur le début du vers 3..
Cela posé je dois dire qu'ayant trouvé mon propre rythme j'ai découvert beaucoup de profondeur à ce texte qui est en fait selon ma lecture une suite d'interrogations sur le temps qui passe et sur ce qu'il fait de nos souvenirs dans une réalité nouvelle transformée mais tout aussi vraie.
Un texte que j'ai eu plaisir à lire pour y trouver ma propre signification.

   LeopoldPartisan   
7/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
merci car pour moi c'est simplement parfait, je suis à nouveau totalement en phase avec cette écriture qui m'encourage tout simplement à ne pas baisser ni les bras ni la garde.

Putain nous sommes en 2016 et il y a encore quelques poètes qui avancent encore contre vent et marée...

"Les fleurs sont des bouquets
D'amertume
L'amour
Est une plume
Ou un cadenas
Mais certainement pas
Un jouet pour enfant"

antologique

Merci mon véritable frère d'encre

   mina   
11/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une forme en complète harmonie avec les images égrenées, et quelles images! J'ai particulièrement aimé ; la lune comme une rognure d'ongle, et l'amour , plume ou cadenas, des mots simples mais une grande puissance d'évocation. On ressort de cette lecture plus léger mais aussi avec un je ne sais quoi de douce tristesse, peut être due à l'alternance de mots exprimant quelque chose de négatif et d'autres plus positifs; herses, caresses/ cicatrices, délices... Bravo!

   jfmoods   
13/1/2016
Le poème s'effiloche, affichant une discontinuité de perceptions. Peut-être tente-t-il aussi de figurer, dans ses noirs ou dans ses blancs, un calligramme. Une pièce d'échecs ?

La relation amoureuse contient sa fin dans son commencement (antithèses : « Un sourire qui brille / La vie se fane », « Forêts de herses / Et de caresses », « Sonne le glas / Au jardin / Des délices », rejet explicite : « des bouquets / D'amertume », alternative insoluble de l'idéal à sa réalisation dans le temps : « une plume / Ou un cadenas »). C'est une utopie vouée au rebut (enjambement qui épouse la chute progressive : « La lune / Une rognure d'ongle / Qui tombe / Sur le bitume »). C'est un mouvement d'expansion et de rétractation qu'alourdit encore la gradation anaphorique...

« Averse
De joies
De doigts
De tendresses
Battus en brèche
C'est la bataille
Des souvenirs
Sur ce banc
À la dérive
Du temps
À la dérive
Du monde »

La métaphore (« La roue du réel ») remet immédiatement en mémoire le « Bonheur bête » de Michaux...

« Le malheur va revenir.
Son grand essieu ne peut être bien loin. »

Le détournement de proverbe...

« Les cicatrices
Se suivent
Et ne se referment pas »

… clôt magnifiquement le poème.

Merci pour ce partage !

   luciole   
23/1/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Pourquoi avoir mis un point virgule comme unique ponctuation ?
La lune rognure d'ongle : il me semble avoir déjà vu (lu) cette image quelque part.
Le"bouquet d'amertume"ne me surprend pas quand on parle d'amour.
Je ne sais pas trop quoi dire : ces mots ne manquent pas de poésie
mais je ne suis pas surprise, ni émue.

   Ananas   
31/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ça claque, ça fait mal, ça résonne et ça répond à sa propre interrogation sans qu'une réponse ne se profile malgré tout à l'horizon...

Ode à la vacuité, ou à la profondeur? (c'est une question sans en être une, pure rhétorique, l'auteur m'excusera)

J'aime la ponctuation, juste... à point (virgule) ...

Un écho réaliste qui trouve sa force dans les vers :

"L'amour
Est une plume
Ou un cadenas
Mais certainement pas
Un jouet pour enfant"

Un rythme fou. Avec tout ce que ça implique.

Merci.

   Lulu   
25/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Lariviere,

J'adore le titre "Pour quelle fleur" et l'espoir qu'il appelle, comme s'il s'agissait d'un appel au large, malgré les mots emprunts de mélancolie : "Pour quelle fleur /Un sourire qui brille / La vie se fane ; et /Ce sont les espoirs / Qui s'effondrent" ; de mélancolie donc, voire de pessimisme, si l'on vous suit jusqu'au bout avec ces "cicatrices" [qui] "Se suivent / Et ne se referment pas".

J'ai été étonnée par l'image de la rognure d'ongle..., mais j'ai beaucoup aimé la suite qui livre jusqu'à une "bataille de souvenirs" des sensations et de la densité dans ce qui est vécu.

"Pour quelle fleur ?" Eh bien je répondrais pour celle qui nous fait voir au-delà des vicissitudes quotidiennes la beauté d'être au monde quand on se laisse volontiers à poétiser. Cette fleur, même si elle peut sembler éphémère, a aussi le mérite de nous faire exister.

Merci pour ce poème, et cette réflexion.

   Brume   
12/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Larivière,

Le titre déjà est sublime.

Les vers s'enchaînent et défilent rapidement mais ne me font pas oublier leur essence. J'ai lu votre poème comme un flasback.
J'ai été enchantée par chacune de vos images, vraiment très belles, pleine de sensibilité.
Belle découverte.

   Proseuse   
11/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Pour quelle fleur ? c' est un tel bouquet que le choix est bien grand !
Un poème qui ressemble à une envolée de pétales multicolores .. ça vole dans tous les sens et c' est réellement très beau !
Le point virgule, ne me gêne pas , à vrai dire je n' ai jamais su quoi en faire de ces points virgules , alors, je suis très admirative de ceux qui savent les utiliser ! ( sourire) en revanche le "et" m' a un peu surpris ... un peu comme si , de cet endroit-là, il "tenait" le fil de toute la poésie ! en tout les cas merci pour ce beau moment de poésie et bonne soirée

   BlCTD   
13/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
La forme de ce poème donne une impression de vitesse, de fuite même vers la fin.
Le message est passé:
"Au jardin
Des délices
Les cicatrices
Se suivent
Et ne se referment pas"

Merci du partage


Oniris Copyright © 2007-2018