Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Lavy : La geôle de mes pensées
 Publié le 19/10/08  -  4 commentaires  -  714 caractères  -  51 lectures    Autres textes du même auteur

Écrire "la laideur" est une beauté plus belle...


La geôle de mes pensées



Dans un gouffre fourchu, la faucheuse fauchait
Les âmes corrompues et les âmes suprêmes,
Accusant les pendus : leur blâme d’être blêmes,
Ces têtes suspendues, Charognes, rayonnaient.

Et toi semblable aoûtat - l’atout tout à fait laid -
Tu es toujours la même, un thème de dilemme :
Putride pourriture, vantarde Bohème
Danse sur les blessures des cœurs qui t’aimaient.

Fatale, drue, dure, féroce ma nature
N’usurpe mon ardeur ou le mal que j’endure...
Fuis charmante allure vers l’urne et nous irons...

Illusionniste mort qui dévore mon corps,
Ô malheur que j’adore ! arbore tes trésors,
Dans l’enfer de mes pensées ils respireront.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
25/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Beaucoup de fantaisie dans la forme, un sonnet pour ses cauchemars ?

Le "Et" du début est peut être en trop dans ce vers :

"Et toi semblable aoûtat - l’atout tout à fait laid -"

Sans blabla, la toutou, c'est drôle, mais j'ai compté treize syllabes.

   ANCELLY   
25/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien
C'est le dernier vers qui me gène le plus : heptasyllabe plus pentasyllabe... Le compte est bon mais où est la césure, de rigueur en poésie classique ?
C'est sombre, ces pensées mais il ne peut pas toujours faire beau...

   mimich   
12/11/2008
Je n'ai pas bien compris l'idée générale.

Je pense que ce texte n'a rien de "classique" ni dans le fond ni surtout dans la forme.La prosodie est à revoir et aussi la syntaxe.
Comme j'ai pris la résolution de ne froisser personne, je m'abstiens de toute autre appéciation.Nous devons tous penser à nous améliorer par le travail.

   Anonyme   
5/2/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Je n'arrive pas vraiment à me sentir à l'aise avec cet écrit. Elle me semble bien sombre "La geôle de mes pensées", mais bien sûr cela fait partie intégrante de la vie. Il est toujours plus difficile d'assimiler des pensées aussi troublantes.

Je ne trouve pas judicieux "la faucheuse fauchait".
Le vocabulaire voulu est très marqué, et marquant. L'effet qu'il produit est déconcertant, déstabilisant. Le ton est donné.

Dans ce poème, la forme doit être retravaillée, il y a des erreurs de versifications.


Oniris Copyright © 2007-2020