Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Manonce : Il est temps [concours]
 Publié le 19/10/08  -  4 commentaires  -  2362 caractères  -  8 lectures    Autres textes du même auteur

... de me laisser tranquille.


Il est temps [concours]



Ce texte est une participation au concours nº 7 : Au travail ! (informations sur ce concours).




Pourquoi faut-il que je t’écoute ?
Je voudrais être ici, tu me réclames là-bas.
Tu me tires de mon lit alors que ma nature me pousse à paresser
Rêver
Imaginer un autre quotidien.
Inactions interdites par tes règles barbares.

Quel pouvoir t’ai-je donné !
Je t’ai aimé naguère
Je t’exècre aujourd’hui.
Mais tu m’es nécessaire
Pour vivre
Dans ce monde.

°°°
Oh oui, il m’entretient et cela me révolte
Car j’ai vendu mon âme à ce diable de travail
Qui lors des épousailles avait figure d’ange.

Et,
Pour le satisfaire,
J’ai éteint tous les feux
De mes envies,
De mes autres amours.

Les fiançailles furent longues,
Passionnantes.
Nous étions accordés.

Le mariage consommé,
Le masque ayant fondu,
Je voudrais qu’il me rende tout ce qu’il m’a volé :
Ces années gaspillées à faire ses volontés.

°°°

La pente s’accentue,
La terre, mon horizon,
Me tend déjà les bras,
Tu me poursuis encore de tes assiduités.
Cesse ce harcèlement !
Rends-moi ma liberté !
Car c’est toi qui décides quand rompre le contrat.

Contente mon désir !
Ôte ces chaînes, enfin !
Je veux me disperser
Aux vents des connaissances.

Si tu me laisses un souffle
Tu redeviendras roi.
Je peux même te promettre toute ma gratitude,

Car l’âme est ainsi faite,
Tortueuse,
Oublieuse,
Trompeuse aussi parfois,
Qu’il est presque certain
Qu’après notre rupture,
Une nostalgie narquoise
Me fera regretter nos plus jeunes années.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
19/10/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Pas mauvaise cette idée de voir le travail comme uen sorte d'amant qui nous oblige.

Mais je trouve que le parallèle est un peu exagéré: on quitte plus facilement un homme (ou une femme) qu'un métier.

Je suis à moitié convaincu.

Par contre j'adhère très volontiers au style.

   Bidis   
20/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Développement un peu résigné du « perdre sa vie pour la gagner » avec, quand même, l’évocation des illusions et des enthousiasmes des débuts dans la vie…
Pas exceptionnel, ni très percutant… J'attendais beaucoup plus de Manonce.

   Melenea   
24/10/2008
J'ai bien aimé cette personnification du travail, peut être un peu moins les images qui me semblent un peu convenue. Le rythme, l'ironie me plaisent bien. J'aurai aimé encore plus de passionnel dans ce rapport de force ;)

   David   
24/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Manonce,

Un air de blues avec un peu d'humour, le travail comme une compagne, une addiction même, traitée avec tendresse, une poesie sur cette drôle de contradiction, de liberté je crois quand même.


Oniris Copyright © 2007-2019