Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
lencrier : Parures
 Publié le 10/04/08  -  6 commentaires  -  532 caractères  -  25 lectures    Autres textes du même auteur

Extrait des "Chroniques À l'Encre de Chine"


Parures



Dans ces villes
dont les rues

ruissellent
et
rebondissent
sur
leurs épaules,

au détour d’un tournant,
en
clin d’œil sans temps,

elles se découvrent
parfois

de leurs tas de briques
révélant un jardin
à
l’Anglaise,

des villages
cendrillonés
parés

de pierres ridées,

un couvent
où le
lierre s’égare

sans égards
pour
Celui qui passe
et essouffle l’âme.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ariumette   
10/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai beaucoup aimé les mots de ce poème. C'est la forme qui me gène, ces coupures étranges... C'est sûr tu l'as voulu mais ça dérange ma petite lecture (déjà vieille, j'aime mon petit confort lol). Au plaisir de te lire à nouveau.

   Anonyme   
10/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien
la variation trisyllabe-monosyllabe crée un rythme particulier du promeneur hésitant ou prenant son temps.
Parfois des ruptures comme des arrêts pour contempler "Au détour d'un tournant"...
La finale " et essouffle l'âme" semble être la clef du poème, celle qui ouvre la porte du repos ("rebondissent sur leurs épaules")

   clementine   
10/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai bien aimé la ballade et j'ai été ce promeneur admiratif et un peu las.

   TITEFEE   
11/4/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
tous ces villages formatés, qui s'oublient derrière leurs barrières inutiles...
où sont les gens, les enfants, les chats paresseux et les chiens fugueurs ?
on passe très vite d'une rue à l'autre, dans ces rues sans âme.

alors pour cela j'ai bien aimé que parfois l'on s'arrête sur un mot pour essayer de voir si la vie existe...

conclusion ! j'ai aiméééééééé

   titi1951   
14/4/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
Moi aussi c'est coupure me gene un peu; J'ai peiné à entré dans ta ville; Sous une autre forme ce poeme aurait ete très court.
A te relire sous d'autre forme

   Anonyme   
23/2/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Des images insolites posées par ci par là, quand le regard s'attarde juste un peu, il garde en mémoire ces petits détails, charmes étranges de l'observation, les villes et villages regorgent de trésor en tout genre, que la nature habille à sa manière.

Pour mieux nous faire partager, ces singularités, ce texte semble avoir pris une forme un peu étonnante, mais qui fait que l'ensemble est en harmonie, formant une agréable lecture.


Oniris Copyright © 2007-2019