Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
lencrier : Rebelle
 Publié le 14/05/08  -  3 commentaires  -  1535 caractères  -  22 lectures    Autres textes du même auteur

Inspiré par la remarque d'un reporter après la chute des Talibans...


Rebelle



Sa chevelure lèche le ciel ;
troupeau de gazelles

bondissantes, lapant les
steppes azurées de leur sabots

de soie.

Ses bras
découvrent les chemins
que ses doigts griffent dans l’air,

sa respiration enveloppe ses élans
comme un châle frémit par le vent,

ses lèvres et ses paupières
haletantes

enfièvrent la rocaille sèche
de la robe de ses
dérobées, Ô tellement fraîches.

Ses hanches
telles les ailes d’un papillon
fouillent
chaque recoin d’air,

traduisent
avidement une à une les
runes oubliées,
et

s’abreuvent
d’une langue qui ne
s’épanche qu’avec le corps.

Oh, laissez-la, vous !

Ses pas, pulsant le sol saoul,

brûlent de l’aquilon Afghan
la poussière en diamants,

au son de cette musique
longtemps
interdite par les Talibans.

De la rebelle en treillis, la Kalachnikov
et les grenades ont disparu,
déchue
par des perles de sueur

que ses danses
tissent en rivière

sur son cou mat ;

aux yeux de ce jeune soldat
un petit homme de pas plus de seize

elle
n’est plus qu’un
cygne dans le désert

et il en pleure.
Il en pleure des pleurs saccadés,
qui sentent si bon la liberté

car

le môme ne savait pas que c’était si beau
de voir

une femme danser.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
16/5/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Oui rendre poétique un tel sujet... Pas évident.

Une belle métaphore filée de la liberté: Voir une femme danser...

C'est une phrase, une longue phrase, qu'on se doit de murmurer

en fixant le soleil sans oublier la terre.

   clementine   
16/5/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
D'une poésie extrême!
Vraiment très beau.
Une image lumineuse malgré...
Parfois la vie vaut la peine juste que pour ce flash.
Il est difficile d'en dire plus (et inutile?).

   Anonyme   
14/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce texte est très touchant, prenant, la fin m'a bouleversé, il est écrit avec beaucoup d'élégance, vous posez de la légèreté, de la beauté, la vie libre reprend son droit. Toute la fin de votre texte vient montrer à quel point, ce qui était valable hier, comme idéologie, ne l'est plu aujourd'hui pour ce môme ... Il vient d'ouvrir les yeux ...
Votre texte interpelle, il n'a jamais été aussi parlant ...

"aux yeux de ce jeune soldat
un petit homme de pas plus de seize

elle
n’est plus qu’un
cygne dans le désert

et il en pleure.
Il en pleure des pleurs saccadés,
qui sentent si bon la liberté

car

le môme ne savait pas que c’était si beau
de voir

une femme danser."


Oniris Copyright © 2007-2020