Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
LenineBosquet : Fluctuence
 Publié le 17/12/17  -  7 commentaires  -  825 caractères  -  192 lectures    Autres textes du même auteur

Métamorphose.


Fluctuence



La brume infeste tout. Places et boulevards
Paraissent s'estomper dans l'épaisse suée,
Comme un rêve au réveil, au soleil la buée ;
Le monde est vaporeux, des idées aux regards.

Lugdunum la lugubre, aux si denses brouillards,
Se vautre, love et coule en l'opaque nuée
D'écume et de coton. La ville s'est muée
En mer se hérissant de lots d'îlots épars.

Dans l'océan-décor quelques mouettes surnagent,
Exocets bondissant par-dessus les naufrages ;
La basilique est nef, une tour fait fanal.

Des Pentes au Plateau, ça plane entre deux fleuves ;
Flottent leurs habitants mais sans qu'ils s'en émeuvent :
C'est qu'en novembre, à Lyon, cela reste banal.



Les Pentes et le Plateau sont deux quartiers de la Croix-Rousse.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   TheDreamer   
3/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Poésie néo-classique du fait de la terminaison « ées » sur le mot « idées » dans le corps du 4e vers (terminaison non autorisée en classique, tout comme « ies », « ues », exceptées à la rime) et de la non-concordance des consonnes finales sur les 2 premiers vers du 1er et du 2nd tercet (surnagent/naufrages ; fleuves/émeuvent) qui ne sauraient rimer en classique.

Un sonnet qui nous dévoile la ville de Lyon sous un aspect fantomatique. Je retiens ce passage :

« . La ville s'est muée
En mer se hérissant de lots d'îlots épars ».

Merci.

   PIZZICATO   
17/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Des images intéressantes pour évoquer Lyon sous la brume.
" Se vautre, love et coule en l'opaque nuée
D'écume et de coton."

- " Dans l'océan-décor quelques mouettes surnagent "
- " C'est qu'en novembre, à Lyon, cela reste banal ". Il n'est pas dans mon habitude de m'exprimer sur la métrique, mais ici, ces deux vers me semblent comporter 13 syllabes...

   papipoete   
17/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour LenineBosquet
Fourvière regarde la nonchalante Lugdunum, qui se vautre à ses pieds entre Rhône et Saône ; les mouettes au ras des flots semblent exocets, et les habitants grands ou gones flottent entre les deux fleuves .
NB l'auteur ne devait pas avoir le coeur gai, ce jour où il vit la grande cité " infestée " de brume, ville " lugubre " se lovant tel un monstrueux serpent, au bas de la " croix rousse " !
Il est vrai que novembre n'est pas le meilleur mois pour l'attrait d'une ville traversée par un fleuve ( ici, 2 ), mais quel endroit identiquement situé, subjugue ... en novembre ?
Le 9e vers avec ses 13 pieds, fait un " croc en jambe " au néo-classique !

   Donaldo75   
17/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour LenineBosquet,

Ce poème évoque bien ce qu'est la ville de Lyon telle que je l'ai connu il y a pas mal d'années déjà. Je me suis bien retrouvé dans tes mots, la brume, la suée, la buée, le vaporeux.

Les Lyonnais ne s'émeuvent de rien, visiblement. Et s'ils lisaient ce poème, que diraient-ils ? Qu'il est fin, subtil, évocateur, authentique ? Je ne sais pas. Pour eux, ce serait banal, un poème bien tourné.

Bravo

Donald

   Anonyme   
18/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je connais et reconnais "La brume infeste tout', à Lyon que diriez-vous, si je vous parlais de Dijon, où cela dure pendant de très longs mois, "aux si denses brouillards", que l'on se demande si nous allons en voir bientôt la fin, c'est très déprimant.

Vous avez très bien décrit l'ambiance que crée ce phénomène accompagnant les paysages de certain(e)s villes, villages en ces mois d'hiver. C'est vrai que "cela reste banal", cette atmosphère cotonneuse où "Flottent leurs habitants mais sans qu'ils s'en émeuvent."

J'ai lu et relu avec beaucoup de plaisir et d'attention, cette"Fluctuence", vous avez su nous la dépeindre tout à fait conforme à ce qu'elle est, pénétrante, enveloppante, envahissante, sculptant l'environnement au grès de sa fantaisie.

   luciole   
19/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème qui parle à mon cœur de lyonnais. Le premier tercet m'a rappelé l'affiche de la biennale avec ses exocets. Le brouillard s'invite souvent à Lyon, c'est vrai et le deuxième quatrain le dit bien.
Connaissez-vous une ville plus belle et plus sinistre que Lyon ? Je ne sais pas pourquoi j'ai cette phrase de Tardi-Malet (120, rue de la Gare ) dans la tête. Ville mélancolique.

   Vincendix   
9/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
Je n’avais pas lu ce texte, m’attendant à un style à la « Renaud » que je n’apprécie pas trop car j’estime, peut-être à tort qu’il est faussement « zonard».
Une circonstance précise m’a incité à le lire et, heureuse surprise, je découvre un sonnet de bonne facture, bien différent de ce que l’ai lu de vous dans le passé.
Qui aime bien châtie bien, c’est ce que je retiens de vos vers. Je ne connais pas Lyon sous cet angle, j’ai probablement eu de la chance lors de mes visites, j’ai trouvé cette ville très agréable avec son cadre, ses deux cours d’eau, ses collines et son architecture.
Vincent


Oniris Copyright © 2007-2018