Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
leon : Pensées
 Publié le 26/09/08  -  10 commentaires  -  1662 caractères  -  53 lectures    Autres textes du même auteur

Pensez Pensées, voulez-vous...


Pensées



Et puis voilà
Quelques pensées
Déjà fanées,
Sans lendemain
Et sans passé :
Pensées dociles,
Pensées fragiles,
Pensées sauvages,
Pensées sans âge,

Pensées dans l'ascenseur, où j'ai dormi debout,
Pensées dans le silence,
Pensées tordues, pensées cachées,
Clouées, trouées de part en part.

Pensées qu'on oubliait
Pour ne rien regretter.
Pensées rêvées, pensées trouvées,
Pensées perdues, pensées désabusées,
Pensées qu'on n'a pas eues,
Qu'on vole aux branches des arbres,
Qu'on croyait siennes,
Qu'on colle au dos des passants,
Qu'on cire comme si c'était dimanche,
Qu'on fait claquer dans le vent des discours,
Des déclarations de paix, de guerre,
Dans le dos de tous ceux qu'on enterre.

Pensées si sobres qui te viennent quand tu es ivre.
Pensées sottes, pensées chaudes,
Pensées à acheter du pain,
Pensées à nourrir le chat et sortir les poubelles,
Pensées trop fortes qui te cognent à la tête,
Pensées simples de jambes nues,
Pensées pénibles de saints sacrifices,
Chrétiennes, impudiques et parodiques,
Païennes, pathogènes ou pathétiques,
Phénoménales, éléphantesques et puis papillonnantes,
Discordantes, inutiles, illusoires.

Pensées spéciales, pensées glaciales,
Pensées trois fois plus vite,
Pensées plus loin que le bout de mon nez,
Pensées lointaines, pensées soudaines,
Pensées sauvages enfin,
Qu'on chasse à la sagaie,
Qu'on achève à la hache,
Dépecées, partagées
Nourrissantes,
Étoilées.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
26/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je ne peux vraiment pas dire pourquoi j'ai adoré cette litanie de pensée, jusqu'à la rupture qui survient avec ce païennes, où les pensées se perdent un court instant...

J'ai adoré de bout en bout jusqu'au penser qui se change en pensées.

Je crois que j'ai adoré les prises de liberté, le ton un rien cynique aussi.

Merci Léon

   ristretto   
26/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
tout pareil que isfranco
un tourbillon qui nous entraine
et nos pensées y restent scotchées

merci

   David   
27/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Leon,

J'ai bien aimé, pleins d'effets à la Prévert, mais c'est pas si facile à imiter : c'est pas lourd êt équilibré, ludique, bravo.

   Anonyme   
27/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Belle limpidité sémantique (Hein Leon !?)

Je pourrai dire aussi que cela fait énumération mais la difficulté semble franchie et ma foi cela rend bien !

S'oppose par la fluidité des mots au sens caché des métaphores et déroutement sémantique d'autres auteurs...

Poète engagé ou Poète rêveur, choix intéressant mais écriture complémentaire.

Merci Leon

   Anonyme   
27/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un inventaire tourbillonnant, presque exaspérant et donc excitant, des mots qui claquent, modernes. J'ai apprécié.

   marcelovic   
27/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour
Je vois mon cher que vous avez pensé à tout. c'est leger et fort plaisant.

   Absolue   
28/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'adore le rythme! C'est moderne et ça claque comme un drapeau!

   Lylah   
1/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
j'ai beaucoup aimé aussi cette moisson de pensées égrenées sur un rythme effrené qui tient en haleine jusqu'à la chute, moins légère, presque grave. Un beau moment de lecture !

   NICOLE   
13/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une drole de sarabande de pensées, qui se pressent, jusqu'à l'essoufflement. C'est inattendu, et surprenant. J'aime beaucoup.

   Anonyme   
13/2/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je commence par ce qui m'a déplu, ce sont ces "qu'on", vraiment pas harmonieux du tout, et puis la répétition du mot "pensées" a étouffé les miens, jusqu'à en faire presque une overdose.

J'ai enlevé ce mot "pensée", là où je je l'ai trouvé excessif, ainsi le texte s'épanouit, il est plus léger, il s'exprime et "la pensée" alors libérée, énonce bien plus clairement tous ces états-d'âme, ce qui occupe notre esprit à tout instant, variété immense et inépuisable.

L'idée est fort intéressante, et judicieuse. C'est d'une bonne facture.
Cependant il faudrait retravailler cet écrit qui le mérite parce qu'il y a de très bonnes choses, il a un bon rythme lorsqu'il est un peu allégé de ces "pensées", un peu encombré.


Oniris Copyright © 2007-2018