Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Lo : Duelle
 Publié le 13/10/17  -  6 commentaires  -  1659 caractères  -  103 lectures    Autres textes du même auteur

Chant à la Muse.


Duelle



Mirage, odeur et la pensée se glisse,

Vers où ? Si loin, l’étranger souvenir

Offre au cœur lourd un sourire, délice

Ou l’asthénie, parfum prêt à ternir,

À chagriner ; crachins, tristes idées

Plombent le jour, ces cinglantes ondées

Sont les poisons, les fragrances du temps

Que gerbent l’âme et le corps consentants

À te subir, infecte phantosmie !

Souffle sur moi, fouette et tue ces instants,

Ma Muse, Amour, ô ma vie, mon amie.



Saveurs et goûts, anis, menthe et réglisse,

Originel, nectar lacté, s’unir

Au sein, douceur où j’étais seul en lice,

Absence et manque et la mort pour punir.

Blotissements aux creux de chairs fardées

D’ambre et de sel, d’hormones exsudées,

Lécher la peau, suaves rus entêtants,

Boire l’envie et ses sucs envoûtants

Laper l’humeur, fou, jusqu’à l’arythmie,

Dermes mêlés en spasmes haletants,

Ma Muse, Amour, ô ma vie, mon amie.



J’entends des voix, le mot devient complice,

Capharnaüm ! ne cesse d’agonir

Les ciels sereins quand la rengaine lice

Répand son fiel, sente à mésavenir.

Reviens Silence aux berges inondées

De cris, boucans, sonneries saccadées,

Reviens Langueur aux accents chevrotants

Cordes du vent, arpèges hésitants,

Viens chant primal, son de l’eau, accalmie,

Éteins ce mal aux rythmes insistants

Ma Muse, Amour, ô ma vie, mon amie.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eccar   
15/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
C'est beau cette suite de mots enchevêtrés. Leur sens m'échappe, et tellement que je me suis permis de les lire de bas en haut. Et bien surprise, ça marche aussi. C'est beau cette suite de mots enchevêtrés. Même si le sens de leur assemblage m'échappe encore.
Pas grave.

A vous relire.

Et bien après quelques jours, je vous ai relu et j' ai mieux compris.
Il y a de-ci, de-là, des passages mal fichus bien sûr, du rythme cassé, mais je retiendrais ceci, à la toute fin de ce poème, ces vers que je trouve magnifiques :

"Cordes du vent, arpèges hésitants,

Viens chant primal, son de l’eau, accalmie,

Éteins ce mal aux rythmes insistants

Ma Muse, Amour, ô ma vie, mon amie."

   papipoete   
13/10/2017
 a aimé ce texte 
Pas
bonjour Lo,
Votre poème ressemble à une cascade, une cataracte de lignes que je ne suis pas à même de savourer .
Je ne dirais pas que ce n'est pas beau ou pas bon comme un plat que l'on n'a jamais goûté, mais cela ne réveille pas mes sens !
Mais tel l'art abstrait, le votre enthousiasmera peut-être des amateurs ? Je vous le souhaite sincèrement .

   PIZZICATO   
14/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Les huit premiers vers m'ont laissé perplexe jusqu'à ce que jarrive à celui-ci : " À te subir, infecte phantosmie ! ".
Et là tout s'éclaire. Je connaissais le terme et n'ai pas eu besoin de me précipiter vers Wikipédia.
Par contre le sens de cette poésie devient limpide et je trouve vraiment originale la façon d'exprimer ce fardeau.
C'est du moins ce que je crois comprendre.

   Anomel   
13/10/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Odorat, goût, toucher, ouïe et le chef d'orchestre qui les ravive : le souvenir.

Je trouve intéressant, comment dans la première strophe, vous parlez de l'odeur infecte, non pas à cause de son essence, mais du souvenir qu'elle suscite.

Dans la deuxième strophe, il y a un mélange entre le goût et le toucher, et pas n'importe lequel, le toucher sensuel voire érotique ; je trouve cette strophe d'ailleurs un peu freudienne sur les bords.

La dernière strophe est celle qui me parle le moins.

   Marie-Ange   
14/10/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Je vous ai lu, puis relu. Ce n'est en rien un écrit évident.

J'avoue avoir eu encore plus de mal à vous suivre,
c'est loin d'être fluide, compréhensible, du coup
la lecture devient laborieuse.

Je me suis senti comme asphyxié par la profusion de
vos mots, d'action, d'agitation, cela donne le tournis.

Voilà, un écrit, loin d'être "reposant" à lire, par le fait
de sa complexité dans son ensemble.

   FABIO   
14/10/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour

Je ne peux pas dire que j'ai apprécié ma lecture, elle fut interloquée de trop de mots mais au delà de ça c'est surtout les fausses notes , ca sonne parfois pas du tout, même si la rime y est bien présente, les mots choisis sont peu harmonieux pour la plus part.

Merci pour votre travail


Oniris Copyright © 2007-2017