Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Lotier : Avec modération
 Publié le 03/03/14  -  17 commentaires  -  752 caractères  -  302 lectures    Autres textes du même auteur

Moderato cantabile…


Avec modération



Faire un sonnet qui sonne, un verre dans le nez,
Suppose un vrai talent qu’au grand jamais vous n’eûtes.
À vouloir déclamer, tout en sifflant des flûtes,
Il ne peut en sortir que des vers avinés.

Ces rimes, vous les fîtes dans l’estaminet,
Sur le fond d’un sous-bock, en une ou deux minutes,
Et le quatrain naquit juste avant votre chute,
Où vous beuglâtes, fier : « Patron, c’est ma tournée ! »

Bacchus au pied du bar, les rimes enlacées
Vous laissâtes filer, grommelant un tercet
Pour donner du ressort à votre humeur guerrière.

Marotique ou français, vous hésitâtes tant
Que le souffle éthylique était le seul restant
Quand vous vîtes l’issue, vidant le Picon bière.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ioledane   
11/2/2014
 a aimé ce texte 
Bien
J’aime bien la dérision de ce poème, et l’emploi d’un savoureux passé simple devenu rare à la deuxième personne du pluriel.

Un coup de cœur en particulier pour le deuxième verre, pardon, vers ;-), « Bacchus au pied du bar » et « grommelant un tercet ».

Moins aimé en revanche la phrase « les rimes enlacées / Vous laissâtes filer » (inversion assez artificielle). Quant au second tercet, j’ai dû le lire plusieurs fois pour le comprendre et l’apprécier pleinement.

Dommage pour la césure du vers 5 (même si c'est du néoclassique).

Dans l’ensemble, j’ai eu plaisir à lire ce texte plein d’humour et plutôt bien ficelé.

   David   
11/2/2014
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Holà, le beau costard pour l'heureux élu :) mais je ne suis pas client de ce genre d'ironie à l'inconnu, rire d'un bouc émissaire, je l'ai fait et j'en garde un très mauvais souvenir. On peut rire de tout avec tous le monde en les menaçant d'une arme de destruction massive, sinon pour un humour du partage, chacun doit finir par connaitre le fin mot de la blague et en poésie plus particulièrement comme ici, ce n'est pas un sous-genre mais comme le "bon sentiment", l'émotion se répond à elle-même.

   Miguel   
21/2/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Petit sonnet à la gouaille sympathique, qui rappelle "Le bon gros Saint Amant et son compère Farret", avec son atmosphère de taverne et sa tonalité épicurienne, et son passé simple qui ne se prend pas au sérieux. Les vers sont mélodieux, les images expressives, et le tout donne envie de trinquer, pas à l'eau ferrugineuse bien sûr. Seule la rime "tercet/ enlacées" chagrine le trop classique que je suis ; ça, je ne m'y fais pas.

   troupi   
23/2/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La lourdeur du texte (par ses conjugaisons surtout) est parfaite pour
emmener le lecteur dans des vapeurs avinées. En ce sens je trouve le texte fort bien écrit.
Il faut s'amuser à le déclamer en mimant la situation : c'est franchement irrésistible. Je dis bravo pour ce moment de jubilation offert.

   leni   
3/3/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
A lotier
L'art du dérisoire Vous les fîtes et beuglâtes...Oui la journée la plus perdue est celle où on a pas ri

Quand vous vîtes l’issue, vidant le Picon bière.
J'aime sans modération
Bravo!!!
Leni

   Hananke   
3/3/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Lotier

Ce sonnet nous rappelle Verlaine derrière l'absynthe mais là
s'arrête la comparaison quoique j'aime bien le fond du poème
(pas le verre).
Beaucoup d'humour même si personnellement les passés simples
me lassent quelque peu.
Bref, un bon sonnet où j'aurais quand même préféré une prosodie se rapprochant plus du classique.

Bien à vous.

Hananké

   Anonyme   
3/3/2014
Salut Lotier

C'est sans modération que j'applaudis à ce sonnet pas si simple.
Vous optâtes fort pertinemment pour la forme contemporaine. Vous pûtes ainsi user des assonances. Mais mîtes un point d'honneur à ciseler des alexandrins dûment hémistichés.

C'est d'autant plus louable que de votre propre aveu vous le composâtes en torchant des Picon bière.
Boisson redoutable s'il faut en croire les protagonistes de l'inoubliable "Un singe en hiver"

Merci donc cher Lotier et bravo pour ce sonnet aussi savoureux que bibinatoire.

   Arielle   
3/3/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai apprécié sans modération ces 14 vers levés en l'honneur de Bacchus. Le passé simple, dans ce contexte, pétille d'une fraîcheur ironique de bon aloi.

Le sonnet marotique ne serait-il plus français après quelques tournées ? On ne le dira pas à Marot, cela l'attristerait ;-)

   Robot   
3/3/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"vous hésitâtes tant" "beuglâtes" "naquit" rien que pour ce passé simple je suis fan de votre poème. Ah ce passé simple si décrié, surtout par ceux qui ne savent pas - plus - l'utiliser. Alors on le dit désuet et même suranné, ou prétentieux et artificiel... Pourtant, c'est un mode qui permet d'éviter toutes les affreuses répétitions des auxiliaires avoir et être du passé composé et du plus que parfait. Et c'est ce qui fit que sonnât votre sonnet.
Et sur le fond, j'ai apprécié la dérision de votre texte.

   myndie   
3/3/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Lotier

et bravo pour ce texte qui réussit l'exploit de combiner un sonnet de fort belle facture avec le burlesque d'une situation. On est chez Rabelais, dans une univers de soiffard/braillard.
Et quelle bonne idée de ciseler les phrases à l'ancienne grâce à l'emploi du passé simple, qui sonne comme la figuration des aspirations ratées de ce pauvre poète!
Loin de s'en trouver plombée, cette poésie poivrote, par la gaieté que vous y instillez, s'envole, légère et pétillante.
On en redemande une tournée!

Bien à vous,

   senglar   
3/3/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Lotier,


Pourquoi le (-) :

- Quelque chose ne va pas avec le "en" superfétatoire des flûtes sifflées de 'Il ne peut en sortir..."

- J'aurais préféré le '''dos''' d'un sous-bock (ou l'avers) et '''quelques''' minutes (mais il faut 12 syllabes)

- Pourquoi une humeur guerrière alors que ce poète improvisé offre une tournée ? '''humeur pompière''' ?

- Bon, le Picon bière aura malgré tout fait une petite B.A., la pratique du sonnet étant préférable à celle de la chicane... et un joli créneau.

Merci :)))

brabant

   AhmedElMarsao   
3/3/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Sonnet superbe à lire et à déclamer sans modération avec ou sans verre à la main. Tout a été dit dans les commentaires de ceux qui ont précédé le mien.
Un petit bémol ou plutôt deux:
- le titre:je ne vois pas le rapport avec le texte sinon le jeu de mot que je trouve par ailleurs gratuit. Tout compte fait j'aurais préféré "sans modération"
- le verbe "faire" répété dans le poème deux fois (au début du premier quatrain et à la fin du premier hémistiche, premier vers, second quatrain). Je trouve qu'il détone par rapport au style enlevé du sonnet et me paraît par conséquent plutôt "prosaïque par rapport à l'ensemble.

   Damy   
3/3/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Oui, j'aime bien, c'est rigolo et il fallait le faire. Thème traité avec beaucoup d'originalité.
S'il fallait que je fasse une réserve (oui ? Il le faut ? Bon) ce serait la même que celle de Senglar sur l'adjectif "guerrière" et que celle de Ioledane sur la limpidité trouble du dernier tercet.

Merci pour l'amusement, ça ne se refuse pas ;-)

   Anonyme   
4/3/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ah ! Que j'aime le passé simple. Peu employé, il est de suite précieux.
je ne suis pas du tout spécialiste de l'écriture classique. Aussi, je ne peux sans doute pas apprécier vraiment cette poésie "contemporaine" qui ressemble beaucoup pour moi à un sonnet.

Est-ce de l'auto-dérision ? Une satire ?
Ne goûtant pas le Picon bière, surtout dans des flûtes, je me suis laissée sobrement entraîner par la musique de votre œuvre et je vous dis bravo.

   Marite   
4/3/2014
Amusant et plaisant bien sûr. Mais ce poème est justement l'illustration parfaite de ce qui me met mal à l'aise avec la classification en "poésie contemporaine" : une facilité pour contourner les règles u classique. Bon, il est vrai qu'avec l'esprit embrumé par les vapeurs de l'estaminet, difficile de se concentrer sur la forme. Alors cela me laisse une impression de "vite fait" ... Dommage.

   Purana   
4/3/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je suis ravie de voir mon temps préféré, le "passé simple", utilisé par un poète contemporain. Ici, ce temps sonne bien et le look est magnifique !

À mon cours de français, même si on nous apprend ce temps, les enseignants soulignent qu'il s'agit d'un temps qui est en train de mourir et que nous ne devrions pas nous inquiéter à ce sujet pour les examens.
Dommage, car ce temps est facile à apprendre pour le non-francophones. De plus je le trouve tellement beau et passionnant.

Eh bien ... pour moi: Vive le "passé simple" !

Au cours des derniers jours, j'ai étudié intensivement les règles de la poésie.
À vrai dire, je ne vois pas encore pourquoi ce poème n'est pas classé dans la rubrique néoclassique. Mais peut-être devrais-je approfondir le sujet.

Une chose est sûre : j'aime la forme ainsi que le fond, quel que soit le style !

   Lotier   
21/4/2014
Bonjour,
Un petit mot dans le forum dédié :
http://www.oniris.be/forum/a-propos-de-avec-moderation-t18811s0.html
Bien cordialement,
Lotier


Oniris Copyright © 2007-2022