Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Lulu : Près de nos îles
 Publié le 02/06/16  -  21 commentaires  -  779 caractères  -  416 lectures    Autres textes du même auteur

Un souvenir…


Près de nos îles



Mêlant mon corps à l’averse
Je cours sur le sentier où tu m’as rejointe
Défendant la falaise nue
De mes vêtements de fleurs
L’abri n’est pas loin
Peut-être saurons-nous nous taire
Toucher le cœur des grottes

Brillantes en-deçà de l’horizon
Les vagues accueillent la lumière du monde
Où chaque parcelle d’îles accroche ses nuages

Au grand jour
La mer offre ses flous de marées
Au bras de chemins parsemés d’amour

Comme l’horloge de la terre nous surprend
Je sais que nos aveux dissèquent le temps
Au fil d’un frêle ponton de bois
Où tu me souris de nous savoir si seuls

Alors
Livrés à nous-mêmes
Je ne tergiverse plus
Et t'emporte dans mon havre de sève


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
14/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Des ingrédients simples, la pluie, des pierres, de l'eau, des nuages, le temps qui passe (et 'nous surprend') et cela marche. J'aime beaucoup l'espèce de flottement que procure votre poème, ses douces ruptures.
'Où tu m'as rejointe' a heurté mon oreille.
Merci à vous.

   Anonyme   
18/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème agréable à lire.

Il y a dans ce texte de jolies trouvailles: "Comme l’horloge de la terre nous surprend
Je sais que nos aveux dissèquent le temps"

je trouve ces vers très beaux, légers et évocateurs.

D'autres prties sont moins fluides, moins jolies aussi: "Livrés à nous-mêmes
Je ne tergiverse plus
Et t'emporte dans mon havre de sève"
c'est lourd je trouve, et pas très évocateur pour moi.

Dans l'ensemble je suis sensible à ce poème qui me semble parler d'amour, d'une rencontre amoureuse peut-être, dans des îles que je situe (sans raisons) en Bretagne.

   Robot   
2/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte agréable, sans fioriture, c'est justement cette apparente simplicité que j'aime sans avoir toujours à se triturer les méninges. Mais bien sûr, comme ici, il faut que l'ensemble soit évocateur.

Un tout petit bémol, "au fil d'un frêle ponton" Je ne suis pas sûr de ce que peut suggérer le fil d'un ponton. En général "au fil" est plutôt utilisé pour des objets plus fluide, le temps, l'eau, les jours.

Mais ça n'enlève rien à mon plaisir de lecture.

   Hananke   
2/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Petit poème sympathique où l'auteur se remémore un souvenir.

Quelques belles images :

Défendant la falaise nue
De mes vêtements de fleurs

Les vagues accueillent la lumière du monde
Où chaque parcelle d’îles accroche ses nuages

Ce que j'aime moins :
Peut-être saurons-nous nous taire
Toucher le cœur des grottes

Voilà, pour moi ce que la poésie dite libérée devrait être,
tout en simplicité, sans prise de tête et qui n'empêche
pas les belles images.

   plumette   
2/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour lulu

une très agréable lecture, en silence , puis à voix haute pour entendre le son des consonnes.
De belles images à dominante d'eau et de paysages marins, c'est du moins les images qui persistent pour moi,

et puis certains vers plus forts que d'autres:
" comme l'horloge de la terre nous surprend
je sais que nos aveux dissèquent le temps"

je suis plus réservée pour les deux derniers vers comme si le mot "tergiverse" et le " havre de sève" nuisaient un peu à la simplicité de l'ensemble.

Merci pour ce plaisir de lecture et cette évasion.

Plumette

   Anonyme   
2/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai lu, et reçu ce poème comme un souffle. C'est léger, tendre, sans prétention, on a envie d'être amoureux, tout simplement.
Il n'y a même pas à tergiverser, j'aime votre poème, et ai été sensible aux images émanant de ce dernier.
Merci.

   Pouet   
3/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bjr,

J'aime assez ce poème même si je le trouve parfois à la limite de la grandiloquence: "la lumière du monde" (majuscule à monde?) ou "chemins parsemés d'amour" par exemple.

Je pense que la première partie est la plus réussie, jusqu'à "grotte", c'est vraiment bien vu, bon le mélange "corps-nature" n'est pas révolutionnaire mais c'est particulièrement bien réussi ici.

Je suis un peu moins séduit par la suite puis franchement déçu par la fin. Le "je ne tergiverse plus" casse vraiment l'ensemble, trop prosaïque, un peu lourd, cela donne un coup d'arrêt à ma lecture. La fin est importante et là, elle ne me parle pas c'est dommage.

De bonnes choses donc, un "souffle poétique" et de moins bonnes (pour moi).

Bonne continuation, au plaisir de vous lire.

edit: Je relis et me dis que ma notation est un peu sévère d'autant que j'aime bien ce passage que je n'avais pas cité:

"Comme l’horloge de la terre nous surprend
Je sais que nos aveux dissèquent le temps"

Du coup j'enlève ma flèche vers le bas... :)

Suis un imbécile qui change d'avis, non mais! ;)

   leni   
3/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
excuse mon retard un texte simple qui dit la vie à sa façon c'est joliment écrit
Des vers qui me plaisent le plus simplement du monde

Les vagues accueillent la lumière du monde
Où chaque parcelle d’îles accroche ses nuages


La mer offre ses flous de marées
Au bras de chemins parsemés d’amour


j'ai un doute pour interpréter le dernier vers

merci pour cet agréable moment de lecture

mon salut cordial LENI

   hersen   
3/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"Où tu me souris de nous savoir si seuls..."

Plein de choses magnifiques comme celles-ci dans votre poème, Lulu.

J'aime beaucoup ce texte, j'en adore l'atmosphère. Et puis, quand on peut défendre une falaise nue de nos habits de fleurs, on peut tout.

Une grande force se dégage de la dernière strophe qui vient comme une évidence.

merci Lulu !

   Anonyme   
3/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Lulu,
Quel plaisir de lire ces vers plein de lumière, de chaleur (malgré l'averse), d'eau, d'amour...
La mer, les vagues, des îles au loin, invitation au voyage, au plaisir tendre, tout est sourire, échanges sensuels de gestes, de mots...
J'ai particulièrement aimé: " Brillantes en-deçà de l’horizon
Les vagues accueillent la lumière du monde
Où chaque parcelle d’îles accroche ses nuages",
cette image est magnifique, une photographie étincelante pour moi qui adore les bords de mer.
Beau souvenir que vous nous donnez à croquer !
Un seul petit ( oh très petit) reproche, votre poème manque un peu de ce chant des vagues qui bercent les caresses et le rêve des amants.
Merci tout de même pour ce dernier vers, un rien... mmh.
A vous relire avec toujours autant de bonheur.

   Marite   
3/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Lulu ! De très belles images se dessinent au fil de la lecture de ces vers libres. Ce qui m'a, un peu, arrêtée dans la découverte de ce souvenir c'est l'expression " vêtements de fleurs ". Mais après ... quel enchantement !
La dernière strophe enlève de la magie à ces instants précieux qui enchantent la mémoire.

   emilia   
3/6/2016
Un charmant souvenir joliment imagé et suggestif pour un rendez-vous amoureux vers lequel la narratrice s’empressait de se rendre, comme si la nature et le décor propice du lieu se rendaient complices en offrant leurs « chemins parsemés d’amour… / Près de nos îles… », avec ce pronom possessif qui traduit bien la familiarité du couple qui s’y retrouve, sans crainte de l’averse, sachant qu’un abri privilégié les attend, où ils seront seuls et libres de se livrer l’un à l’autre, enivrés des senteurs marines qui apportent leur souffle vivifiant et plein de fraîcheur, quand les vagues s’irisent « de la lumière du monde… » ; merci pour ce partage…

   Lulu   
7/6/2016

   Vincente   
10/6/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Bonsoir Lulu,
Vous animez votre poème d'une telle délicatesse que j'ai surtout vu la première fois un souvenir fort agréable se suffisant à lui-même pour sa narration, spontanée (vous la dites au présent), douce et nostalgique. Quelques mots et vers m'avaient cependant séduit :
"Mêlant mon corps à l'averse" "Toucher le cœur des grottes" "Où tu me souris de nous savoir si seuls" "Mon havre de sève".

Séduit justement et intrigué, puisque que dès mon incursion suivante, j'ai découvert que la plupart des vers étaient chargés de la finesse d'un sens second et de la discrétion de son expression, et j'ai savouré "Défendant la falaise nue - De mes vêtements de fleurs".
J'avais lu "saurons-nous nous terre" dans un lapsus doux fruit de votre piège tendu, au lieu de "nous taire - Toucher le cœur des grottes"... Je ne vais pas réécrire chaque vers pour les ré-entendre, mais j'en serais tenté, comme pour "Au fil d'un frêle ponton de bois" qui mène et amène votre rencontre jusqu'à ce dernier vers extatique !
Merci pour ce radieux partage.

   Lylah   
13/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

J'ai bien aimé ce poème... jusqu'à "Où tu me souris de nous savoir si seuls".
Pour moi, il aurait été plus "subtil" d'en rester là. Tout était suggéré et laissait le lecteur vagabonder à sa guise pour la suite. Trop d'explicite tue la poésie, parfois. C'est en tous cas ce qui s'est passé pour moi avec cette dernière strophe...
Mais le moment de lecture reste agréable !

   Jean_Meneault   
23/6/2016
Avec ce poème vous nous faîtes vivre un moment de votre histoire.

La poétique de votre écrit a le pouvoir de faire ressentir, mêlant la finesse descriptive et le flou, indispensable pour laisser au lecteur le soin de se perde autant qu'il se retrouve.

L'entremêlement sentiments/paysage est un classique. Ce n'est toutefois pas un reproche que je fais au texte, étant moi-même sensible au fort potentiel d'évocation des lieux.

Ce poème à figure d'instantané est pour moi une jolie réussite.

   Anonyme   
24/6/2016
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Aprés lecture et relecture, je ne trouve rien ....,mais alors rien...
Pas d'émotion à lire ces "vers" (qui n'en sont pas d'ailleurs)
Même pas désolé !

   LJB   
26/6/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Il y a dans ce poème ce que je recherche dans la poésie : la vie.

J'aime cette peinture délicate d'un instant, ce léger souffle de romantisme qui se faufile sur nos côtes jusqu'à remonter sur nos joues. Le paysage s'anime avec ces personnages et je me suis laissé emporter par le flot des mots.

   Kvalcade   
12/7/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Lulu

Avec un tel titre je m'attendais à déménager et à m'installer direct sous le cocotier à attendre qu'une noix en tombe.
C'est joli et bien écrit mais ça ne me parle pas, ne remue rien en moi.
Il y a de jolies choses mais c'est trop... lourd.
Au bras de chemin parsemé d'amour... je vois pas. Par contre "Je sais que nos aveux dissèquent le temps" ça c'est magnifique et tellement vrai.
Merci

   Paul777   
10/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime définitivement votre poésie

   Leverbal   
12/12/2016
Le style est maîtrisé, même si je trouve que l'usage de certains mots dissonants fonctionne moins bien que dans Nuances. Peut-être à cause de la thématique plus convenue?


Oniris Copyright © 2007-2020