Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Lunar-K : Miracle à Béthanie [concours]
 Publié le 14/05/12  -  4 commentaires  -  1216 caractères  -  135 lectures    Autres textes du même auteur

« Cette maladie n’aboutira pas à la mort, mais elle servira à la gloire de Dieu,
afin qu’à travers elle la gloire du Fils de Dieu soit révélée. »
(Jean 11, 4)


Miracle à Béthanie [concours]



Ce texte est une participation au concours n°14 : Relations textuelles consenties ! (informations sur ce concours).




foudre au corps… cri silencieux aux battants de ma nuque…
devant les spectres qui hantent toujours les longues heures du manque,
je me compose des noirceurs, des épreuves que plus rien ne projette – douleurs, ombres bleues,
légères depuis l’os –
expirant mon désir lorsque nos forces inavouables se conjuguent,
des chemins de traverse s’érigent, intégrant les pourtours des organes absents,
reflètent l’ordre rance des replis d’un plaisir,
et ma faim,
d’une toute autre grandeur, d’une toute autre figure, si fragile
(odeur incolore et abstraite qui se love pour animer les cadavres gisant le long des avenues),
se perd, là, sous la neige où le ciel grise la neige,
tels des lambeaux de chair arrachés, morts,
face au passé déversant ses lots de peines, ses blessures, son aurore rougeoyant à jamais ;
et mon devenir coupé net comme si la conscience ne pouvait s’éprouver qu’au milieu des repos


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   MonsieurF   
3/5/2012
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Je suis très dubitatif devant ce texte.

Je ne connais ou ne me souviens pas de la nouvelle dont il est extrait, mais j'imagine qu'elle traite de la résurrection de Lazare ?

Le texte en lui même est bien écrit je trouve, avec un style efficace, percutant, de belles choses ("odeur incolore et abstraite qui se love pour animer les cadavres gisant le long des avenues),"), mais je me demande de quoi il parle vraiment.

Est-ce ce que ressent Lazare au moment de sa résurrection ? Son corps qui ce re-remplit de substance vitale ?
C'est la chose qui me vient mais je n'en suis vraiment pas sur parce que les indices sont parfois assez peu explicites (pour moi).

Un texte donc que j'aime pour son style, mais qui est parfois peu clair.

   wancyrs   
15/5/2012
Salut Lunar,

Un autre pas vers la quête du Graal anti-littérature... Ici, comme dans beaucoup de quêtes, un élément domine sur l'ensemble, c'est la démarche d'écriture. Selon moi, il manque d'équilibre entre recherche littéraire(ou anti-littéraire) et production d'émotion, ce qui donne un résultat plutôt "frustrant", à moins que ce ne soit le but de la démarche...

Pourquoi je dis "frustrant" ? Parce que le texte est conçu tel que c'est à l'instant où on croit le comprendre qu'on perd le fil de la réflexion, un peu comme une chose qu'on nous tend, et au moment où nous voulons la saisir, on nous la retire...

Le texte est une énigme, et sa structuration se rapproche plus de la charade. Des éléments sont fournis de façon éparse, et il faut agencer pour trouver... La ponctuation est non-conventionnelle ; ici, on a une très longue phrase, qui ne s'achève presque pas(absence du point final), comme un libellé sans fin. En plus, j'aurais vu une virgule après les tirets d'incise, mais je ne sais si ce manque est voulu ou si c'est une erreur...

Parlant de la structure du texte, c'est une prose sans l'être vraiment. Il est fait de vers, mais, non seulement leur répartition est inégale, leur morcellement syntaxique aussi est bizarre... Une fois de plus, il faudra se mettre dans la logique du texte, ou dans celle de l'auteur pour décrypter le message, et pour le moment je n'ai pas assez de cordes à ma luth...

Désolé, faudra expliquer encore, et peut-être qu'avec le temps, imprégné de cette logique d'anti-litterature, je comprendrais aisément les autres textes.

Pour le moment, je ne note pas, ce serait injuste.

Cordial'mine

Wan

   Anonyme   
21/5/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai pris connaissance du concours, mais ne connais pas assez les auteurs ni les écrits pour faire la relation entre votre prose et un autre texte.
Cependant cette prose a retenu mon attention.
J'ai apprécié votre style pour présenter cette douleur, cette maladie, votre écriture mêlant des mots directs et des images.
Ainsi que la fin évoquant l'état de conscience aiguisé et ce questionnement sur la vie.

   Marie-Ange   
20/3/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Ce qui m'a d'abord gêné c'est la forme, le texte est pourtant ponctué, mais il m'apparait comme un "tas" de mots, peut-être est-ce le même de majuscules.

Pour le fond, je n'ai pas accroché, le phrasé m'a tenu complètement à distance. Il est bien trop hermétique. Pour essayer d'en saisir le sens j'ai cherché un fil conducteur, mais rien à l'horizon, plus je lis et plus ma compréhension se trouve mise à rude épreuves, sans aucun résultat. Les mots qui me sont présentés ne me projettent pas davantage d'images "éclairantes".


Oniris Copyright © 2007-2017