Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Lunastrelle : Rock and rôle
 Publié le 26/11/10  -  13 commentaires  -  724 caractères  -  315 lectures    Autres textes du même auteur

...


Rock and rôle



Sur mon cœur bleu de mer, pirogue trépassée,
J’ai tant traqué le temps pour que les lents chagrins
Surgissent du futur aux tambours pèlerins,
Dont le chant se poignarde en la lune cassée.

J’ai conjuré l’Eden de mon âme lassée,
Et surpris l’autre nuit, sous quelques feux marins,
Les ténèbres dansant sur mes maux azurins
Qui couvrent ma pudeur, échine terrassée.

J’ai feulé toute seule, entre deux cauchemars,
Quelques sanglots d'antan, nuages nénuphars,
Réduite à recouvrir les étoiles fuyantes.

Mais mon spectre périt, silhouette au fusain,
Sous les coups du destin, masque à rade malsain…
Je n’ai plus jamais eu d’aquarelles sanglantes...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
2/11/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour ! Rien à dire en ce qui concerne le respect de la prosodie classique, tout y est ! Par contre je ne comprends pas le titre :
Rock and rôle ??? Je ne comprends d'ailleurs pas le sens du poème dans sa globalité et pourtant il y a de biens belles choses dans ce texte, de jolis vers voulais-je dire et de superbes tournures... Que veut dire "azurin", j'avoue mon ignorance.
Je n'ai pas aimé le jeu de mots "masque à rade malsain" d'autant qu'il arrive comme un cheveu sur la soupe...
Je ne retiendrai donc qu'une belle écriture mais est-ce suffisant pour un poème ?

   framato   
7/11/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'aime bien la modernité de cette poésie classique, dont le titre sonne bien moderne... J'ai tant traqué le temps, est un exemple de la sonorité rock de ce texte.
Le revers de la médaille c'est justement que les dominantes de sons peuvent être lassante. ée, an, ain...

Il est un peu dommage de ne pas avoir varié un peu plus, et je trouve maladroit d'avoir repris la rime en in dans le dernier tercet. Une regret aussi qu'elle soit juste suffisante en zain/çain...
Agréable à lire au final, même si le sens ne me semble pas bien évident...

   Maëlle   
16/11/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
Le titre me semble tellement loin du texte que ça me perturbe complétement.
Pour le reste, j'ai l'impression d'avoir déjà lu ce genre de chose un peu trop souvent. Désolée.

   Anonyme   
17/11/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
je ne vois pas trop le rapport du titre avec le texte, j'ai dû passer à coté...
la dernière strophe m'a fait saisir le sens de ce poème, j'ai donc relu et eu une autre interprétation, je préfère donc ce nouveau regard qui m'offre une autre dimension du poème.

le narrateur me fait penser à un fantôme errant, à la recherche d'émotion perdus. les couleurs et la détresse se mêlent et fusionnent.
une puissance des mots qui frappe en plein poitrine, alors il est peut-être là le rapport avec le titre. j'aime beaucoup cette ambiance à la fois sombre et évanescente dont le désespoir suinte sous les lignes.

désolée je n'y connais rien au classique donc je ne peux dire si la forme est réussi ou non, mais j'ai aimé le ton angoissé et l'athmosphère.

   Leo   
19/11/2010
 a aimé ce texte 
Pas
Incontestablement, un texte très travaillé. Mais trop travaillé aussi, et il en perd à la fois de la fluidité, de la spontanéité et du sens : on a du mal à en suivre le périple, à se laisser entraîner par l'auteur, on est contraint de revenir en arrière, de chercher des repères, des points d'ancrage. Il en devient presque laborieux, les images et les mots ne "coulent" pas naturellement.

Je regrette quelques mots ou passages qui n'apportent pas grand-chose à la poésie ("maux azurins" ou "masque à rade" par exemple), ou isolés et mal servis par leur suite ("j'ai feulé" serait excellent – belle image – s'il était accompagné par une ou deux assonances qui rappellent ce feulement).

Une jolie idée, mais une réalisation qui demande à être reprise et mieux réfléchie.

   Mr-Barnabooth   
26/11/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Je n'ai pas non plus compris le sens de ton titre, mais ce n'est pas grave. Le titre appartient à l'auteur et je connais ton amour pour l'invention des jeux de mots.

j'ai bien aimé ma lecture et le rythme est impeccable. Plus un petit coup de coeur pour le ver :"... J'ai tant traqué le temps pour que les lents chagrins ..." riche en allitération.

Mais j'ai aussi du mal à comprendre le sens de ton poème et du coup à me l'approprier dans dans une émotion personnel.

   Jlem   
26/11/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'apprécie le texte, qui nécessite une réelle introspection, il faut vivre chaque vers pour s'imprégner du contenu, il suggère beaucoup de choses en nous laissant voguer entre les images.

Une lecture rapide n'est pas appropriée, je trouve que c'est tant mieux, puisque c'est un sonnet, on lui permet d'être riche en sens et en image (même s'il en est des plus 'fluide' de sens que beaucoup peuvent préférer, dont moi selon son contenu bien sûr, mais ce sonnet-ci retentit bien tel qu'il est, il me plait).

Peut-être un rythme entrecoupé qui freine la lecture ? (retirer une virgule pas forcément nécessaire en milieu de vers peut améliorer grandement la fluidité, mais on aurait aussi du mal à s'en séparer car apporte également quelque chose).

Lecture agréable finalement, j'y ai ressenti comme une errance, puis un recul, je ne regrette pas être passé par là (le titre n'est p'tèt pas approprié c'est vrai, mais bon les titres hein...).

   Nemo   
3/12/2010
Bonjour Lunastrelle :

[zin] et [sin] : inacceptable dans un sonnet en "poésie classique";
le son [in] se trouve déjà à l'hémistiche du vers 13
et a déjà été utilisé dans les quatrains.

Amicalement,
P.

   Lechat   
3/12/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Lunastrelle

Très poétique. On reste dans l'évocation tout au long du texte et même si rien, ou pas grand chose, n'a de sens mot à mot, l'ensemble offre une atmosphère prenante. Avec une chute surprenante.
En revanche, je ne comprends pas trop les jeux de mot du titre et de "masque à rade" qui ne collent pas avec le ton attristé du poème !

   Lunastrelle   
4/12/2010

   Anonyme   
3/1/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir Lunastelle;
Très beau et on pense au rêve à l'onirisme,beaucoup d'images,
merci à toi.

   hevoeh   
8/10/2011
Commentaire modéré

   hevoeh   
8/10/2011
Quelle unité dans ce sonnet!

Et puisqu'il faut argumenter pour ne pas voir son commentaire disparaitre, voici:

le champ lexical faisant référence à l'eau, la mer, les plantes marines (nénuphars) apparaissent dans chacun des quatrains et des deux tercets.

même le mot mascarade a subit la transformation: masque à rade;

et on sait ce que c'est qu'une rade.

   Anonyme   
21/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Même après avoir lu vos explications, je ne trouve pas vraiment à mon goût de relation avec votre titre et ce qui suit. Votre phrasé n'est sans doute pas assez explicite.

Vous avez une très belle plume, très élégante, mais bien trop hermétique, vous dîtes sans dire. J'ai un peu l'impression que vous vous "cachez" derrière les mots. Vous donnez à lire que ce que vous voulez.

Comme titre j'aurais plutôt vu "Masque à rade", cela correspond bien plus au ressenti qui peut poindre après une lecture qui doit être très attentive, parce que rien n'est évident, vous brouillez les pistes.

Je salue par ma notation la forme plus que le fond, qui là encore ne m'a pas conquis.


Oniris Copyright © 2007-2020