Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Luniknat : Je t'aurais donné jusqu'à ma vie
 Publié le 14/07/07  -  4 commentaires  -  5707 caractères  -  80 lectures    Autres textes du même auteur

Même si je sais que tu ne m'aimes plus et que tu ne m'as jamais aimée, voici ma réponse à notre histoire...


Je t'aurais donné jusqu'à ma vie



Comme toi, j’ai été l’aînée d’une famille nombreuse mais avec des triplés
Comme toi, l’amour m’a manqué parce qu’il fallait le partager.
Comme toi, j’ai grandi plus ou moins seule et je me suis éduquée
Comme toi j’ai des cicatrices ouvertes sur mon cœur blessé.

Tes souffrances n’ont peut-être rien à voir avec les miennes,
Mais nous en portons tous les deux des traces profondes et certaines.
Nous voulons ce que l’on ne pouvait pas nous offrir
Nous avons été meurtris et avons commencé à souffrir.
Moi, plus forte que toi, j’ai choisi la voie de la sagesse,
Celle qui ouvre plus souvent les portes mais n’enlève en rien la détresse.
Je voyais bien que j’étais différente des autres,
Mais qu’est-ce que j’y pouvais ? C’était pas ma faute.
Pendant que mes camarades jouaient et profitaient de leur enfance,
Moi, je devais être une petite maman et décupler mes forces.
Je n’ai jamais eu la naïveté et la crédulité d’un enfant,
J’étais vouée à donner un exemple parfait et convainquant.
Voilà pourquoi je suis si sérieuse et pourquoi je ne sais pas « me lâcher »
Je n’ai jamais pu exploiter ce que j’ai au fond du ventre et ce qui me plaît.
Suite à ça, j’ai voulu que ma vie soit belle et parfaite pour oublier ma jeunesse
J’ai cru avoir réussi mais aujourd’hui encore je prends des coups et j’me ramasse.

Je t’ai rencontré et rien ne m’attirait en toi, mais quelque chose m’appelait
Une voix me disait qu’il fallait que je te connaisse mieux et c’est ce que j’ai fait.
Cette même voix me disait que tu souffrais et que je pouvais t’aider
Je ne sais pas qui elle était ni pourquoi c’est à moi qu’elle parlait…
Mais je l’ai écoutée et avec le temps, je me suis rendue compte qu’elle ne se trompait pas.
J’ai vu ce que personne jusqu’ici n’avait osé imaginer en toi.
Va-t’en savoir pourquoi je me suis sentie investie de cette mission,
Qui était de te délivrer de ta punition ?
Je ne sais pas...; tout ce que je sais, c’est qu’aujourd’hui,
On est là toi et moi, incapables de se rapprocher à cause de ce non-dit.
Je ne te demande pas de faire des plans sur la lune avec moi,
Ni même de savoir ce que l’on sera dans quelques mois.
Mais juste essayer de me faire confiance pour que je t’aide à voir la vie plus belle ;
Même si au bout du compte c’est avec une autre que tu iras déployer tes ailes.

Ton silence ne t’a jamais aidé jusqu’à présent,
Au contraire il a détruit tous tes espoirs tellement facilement.
Je suis ta chance, cette fille que tu as rencontrée sans qu’un jour,
Tu te doutes que tu pourrais aller plus loin que la faire rire en lui jouant des tours.
Celle qui n’a pas hésité à sacrifier sa vie pour te secourir
Celle qui n’attend qu’une chose de toi : te rendre heureux et te faire rire.
Je n’attends même plus d’amour de toi... non,
Je n’attends plus rien, si ce n’est que tu te libères de ton mal en vomissant son nom.
Expulse cette noirceur qui te ronge depuis tant de temps,
Sclérose cette force malsaine qui te pousse à passer à côté de ta vie si souvent.

Même si tu ne me parles pas à moi, il faut que tu puisses vaincre ton mal,
Tu ne peux pas rester esclave d’une chose, d’un souvenir ou d’un acte immoral,
Tu es plus fort que ça, plus fort que ce que tu ne peux imaginer
Tu es toi et ça, personne ne pourra jamais te l’enlever.
Tu es vrai, sincère, tu es tendre et généreux, tu es beau parce que tu es attendrissant
Tu es un Homme et tu ES tout simplement.
Tu n’as pas le droit de te laisser écraser par le poids du passé, ni par des sentiments,
Tu dois avancer et lâcher les regrets trop lourds, évidemment.

En dépit de tout ce que tu m’as fait vivre, j’ai encore la force de croire en toi
Et de pouvoir te faire confiance à nouveau, mais pour ça,
Il faut que tu te réveilles de ta léthargie passive.
Il faut que tu prennes ta vie en main, c’est pas difficile mais là, tu toucheras la rive.
Quoi que ce mal puisse être, il ne détruira jamais les espoirs que j’ai mis en toi.
Il ne passera jamais au-delà de mes convictions et de ma foi
Je sais que tu es capable de te sortir de tout ça et que tu vas tout faire pour y arriver,
Si tu n’as pas confiance en toi, je saurais te l’apporter.
Je veux vraiment être ton épaule pour te soulager et te porter.
Il faut qu’avec moi tu puisses te laisser aller.
Comme je te l’ai dit, mes sentiments sont trop forts pour être encore atteints
Je suis au-dessus de tout ce mal parce que moi, je ne veux que ton bien.


Si seulement il savait à quel point je peux faire tout un tas de choses pour lui
Si seulement il savait combien je peux l’aider et lui offrir une belle vie
Même si celle-ci ne dure que quelques mois ou quelques années,
Au moins, on aura eu le privilège d’y avoir goûté et d’avoir apprécié.
Dire ce qu’on a au fond du cœur est toujours difficile parce que les mots sont sincères
Dire ce qu’on a au fond de l’âme semble impossible parce les mots nous lacèrent.
Mais quand en face on a quelqu’un qu’on aime, on peut tout lui dire,
La preuve, je lui ai parlé d’un tas de choses que je n’avais dites à personne, sans mentir.
J’étais un monstre et il m’a rendue princesse, juste avec un peu d’attention.
Je voudrais lui rendre le même bonheur et j’aurais reçu une grande satisfaction.
Tu es un monstre et tu n’aimes pas ce que tu es, certes,
Mais depuis quand la Belle ne peut-elle plus aimer la Bête ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   nico84   
4/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Poéme qui me touche plus que les autres car je me remémore des souvenirs, des anciennes souffrances et un ange, un jour m'a secouru ...

   Ariumette   
17/2/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Un joli slam meme si je regrette les repetitions et parfois le manque d'images... Mais tu sembles avoir voulu rester dans le direct... Au plaisir de te lire a nouveau !

   monlokiana   
27/11/2011
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Touchant, très touchant...
Je ne sais pas quoi en dire j'ai adoré tout simplement:
Mais...
J'ai trouvé lourd ce passage:

Nous voulons ce que l’on ne pouvait pas nous offrir

Si j'avais à dire le passage le plus touchant, selon moi, se serait bien celui là:

Je ne te demande pas de faire des plans sur la lune avec moi,
Ni même de savoir ce que l’on sera dans quelques mois.
Mais juste essayer de me faire confiance pour que je t’aide à voir la vie plus belle ;
Même si au bout du compte c’est avec une autre que tu iras déployer tes ailes.

J'aimerais bien écouté cette chanson, elle donnerait un plus à tout ça. En attendant, je mets la grande note, ça m'a beaucoup touché et le titre me plait bien...

Quelqu'un m'a dit que j'étais romantique...Arg, et si cétait vrai? o_O'

Merci beaucoup!

   Anonyme   
25/2/2017
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
C'est laborieusement très long, c'est davantage un texte confidence qu'une chanson ou un slam. La teneur des propos ne m'ont pas plu, il est mis en évidence tout le compliqué d'une relation sur un ton un peu trop donneur de leçon. Le "moi, je ...", n'a jamais été d'un grand secours.

Je n'aime pas vraiment tout ce "déballage", une main tendue, ou une épaule bienveillant, c'est être présente sans se faire ressentir comme indispensable pour l'autre. De plus votre vécu, n'est pas le sien. Vous vous en êtes sorti, tant mieux, mais lui simplement ne voit pas les choses de la même manière. Vous n'avez pas à vous mettre à sa place. D'après votre écrit, j'ai ressenti, que vous l'enfermiez dans un autre carcan.

Que vous êtes présomptueuse, "Je voudrais lui rendre le même bonheur et j’aurais reçu une grande satisfaction."

Je comprends bien plus sa démarche que la vôtre.


Oniris Copyright © 2007-2020