Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Luz : Le train hors du monde
 Publié le 03/11/17  -  8 commentaires  -  897 caractères  -  131 lectures    Autres textes du même auteur

Souvenir du viaduc des Farges en Corrèze.


Le train hors du monde



Le train s’est arrêté sur un viaduc, au milieu de la nuit ;
au fond de la vallée trois feux sont alignés.
L’immobilité feutre tous les bruits.

Un militaire s’endort sous son béret bleu.
Son copain débraillé est parti fumer
après avoir gobé une douzaine d’œufs.

Un grand type sec et blanc, collé à sa valise,
regarde fixement l’extrémité de l’allée ;
son œil tente de s’agripper à un souvenir fugace.

Je passe la tête par la fenêtre ;
à l’avant du train une lanterne rouge-humide
clignote et se balance sans cesse.

Le brouillard s’épaissit, effaçant les lumières,
les vitres et le précipice des douglas ;
la forêt, peu à peu, s’enfonce dans le vide.

Un nuage dense enserre le wagon ;
nos corps prisonniers de sa carcasse
pénètrent dans le silence d’un rêve en suspension.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   LeopoldPartisan   
19/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
texte pour le moins intéressant qui sous une plume bien encrée dans la réalité nous fait rêver. C'est simple et en même temps complexe avec de très belles images et un dernier vers de toute beauté : "pénètrent dans le silence d’un rêve en suspension. "
J'adhère vraiment à ce genre de poésie qui m'enmène un peu à la manière d'un Jacques Prévert.
Merci pour ce partage et ces personnages de train qui lui donne toute sa consistence.

   papipoete   
3/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Luz,
les troufions ont déserté la ville, et les trains ne chargent plus du kaki, à raz-bord de ses wagons .
NB Une image nostalgique du train qui s'ébranlait, comme surchargé par un bataillon entier . De la fumée sortait en volutes des voitures et peu à peu, le train disparaissait dans le brouillard .
Par moment, l'auteur effraie en parlant de précipice, et " ces corps prisonniers de la carcasse ", mais je crois comprendre que ce voyage est en fait le centre d'un rêve ?
" la lanterne rouge-humide " en tête de train doit situer l'histoire, au temps des escarbilles et du " tchou-tchou " de la locomotive !

   PIZZICATO   
3/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Est-ce un souhait que l'auteur pût formuler lors de ce voyage ?
Voir le train s'arrêter sur ce viaduc afin de pouvoir contempler le paysage comme une canopée.

" Un militaire s’endort sous son béret bleu.
Son copain débraillé est parti fumer "

"Un grand type sec et blanc, collé à sa valise,
regarde fixement l’extrémité de l’allée " Des images typiques de la vie passagère d'un train, à une certaine époque.

" Le brouillard s’épaissit, effaçant les lumières,
les vitres et le précipice des douglas ;
la forêt, peu à peu, s’enfonce dans le vide. " Beau passage

   Fowltus   
4/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Stoppé sur ce pont, comme hésitant à franchir le pas, à s'avancer 'hors du monde', le train dans lequel vous conviez le lecteur, et au regard des premières strophes plutôt descriptives, quasi 'naturalistes', ce train donc où vont les choses immédiates que vous entreposez me laissent augurer un banal voyage.
La dernière strophe est là pour me dire que non... et je la crois.
La promesse du titre commence là.
Merci.

   solo974   
3/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Luz,

J'aime beaucoup votre poème, au titre particulièrement bien choisi : l'emploi de l'article de notoriété ("Le train") lui confère d'emblée, en effet, une universalité.
L'usage du présent de narration contribue aussi grandement à rendre cette scène immuable et atemporelle.
J'ai beaucoup apprécié, enfin, le mélange des registres de langue ("copain", "gobé", "type" // "feutre", "fugace", "rêve") : il favorise, selon moi, le passage progressif du réalisme à l'onirisme.
Très bonne continuation à vous et au plaisir,
Solo974

   Quidonc   
4/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Luz,

Un train hors du monde, un train hors du temps. On ne sait ni d'où il vient, ni où il va. C'est très ... éthéré comme sensation.
Je l'appréhende en 2 lectures.
Une première relativement terre à terre. Un quidam dans un train qui attend que le train redémarre et qui est déjà très poétique. Un instant de vie.
La deuxième, j'imagine le train du passage qui nous conduit ver autre chose, vers l’au delà. Qui questionne mais sans peur...
Quoi qu'il en soit j'ai beaucoup aimé

Merci

   Lylah   
15/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Quel agréable voyage dans ce " rêve en suspension" !
Souvenir ou rêve ? C'est la magie du poète...

De belles images, parmi lesquelles, j'ai particulièrement aimé :
son œil tente de s’agripper à un souvenir fugace et le " lanterne rouge-humide".

Et bien sûr les deux derniers vers...

   jhc   
19/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Luz,
"en suspension" Bien réussi. Très visuel. Accroché au regard. La sensation est là. l'écriture efficace. Que ce soit un peu daté renforce l'impression onirique. Je vous ai suivi dans ce rêve, malgré le poids de ma carcasse.
à bientôt,
jh


Oniris Copyright © 2007-2017