Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Luz : Le vieux chien
 Publié le 29/04/22  -  12 commentaires  -  715 caractères  -  199 lectures    Autres textes du même auteur

Il ne s’agit pas d’un poème sur la chasse, mais d’un poème sur un chien qui dort sous les abeilles de l’univers…


Le vieux chien



Bercé par un tilleul d’abeilles,
le vieux chien dort dans un halo de soleil.

Des soubresauts agitent ses flancs
où semble encore briller la poussière des sentiers.
Il grogne un songe de course par les halliers,
pourchassant garennes et oiseaux buissonniers.

Il déboule d’un coteau de bruyères,
gorge hurlante sous l’odeur d’un faisan,
puis cabriole à travers les tourbières,
vif et puissant comme un éclair de vent.

Enfin, son corps murmure, se détend.
Il rêve qu’il happe les boutons-d’or
et les gouttes vert pâle de l’aurore,
sa joie virevolte dans la lumière.

Il dort dans un rond d’univers.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
13/4/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
À part l'image malencontreuse à mes yeux de la poussière des sentiers qui brillerait dans le pelage du chien (sauf poussière monégasque venue du golf, je ne me représente pas une telle richesse d'aspect), j'ai trouvé votre poème évocateur et plutôt bien tourné. Je me dis que les assonances quasi systématiques en fin de vers n'étaient pas forcément utiles, qu'elles donnent une espèce de raideur à l'ensemble, mais vous faites quoi vous voulez, hein, auteur ou autrice !
Une autre remarque, après j'arrête les râleries :
cabriole à travers les tourbières,
vif et puissant comme un éclair de vent.
Pourquoi "comme" un éclair de vent ? Ça me plairait, moi, le chien qui cabriole, éclair de vent… La mise en relation frontale des deux êtres, chien et vent, m'intéresserait davantage que cette médiation lourdaude (selon moi) par "comme". Bien sûr, je le répète, vous êtes l'auteur ou l'autrice souverain(e). Simple avis de lectrice.

Avis qui est que le poème se bonifie à mesure que j'avance dans ma lecture. Le dernier vers me transporte ! J'y ressens une ode à l'unité cosmique, et ça arrache. Pensé-je.

   Mintaka   
29/4/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Luz, la poésie libre est libre, je donne donc uniquement mon avis de lecteur, un peu comme quand je relis un poème que je viens d'écrire et que je me dis" Bon, c'est quoi qui va ou qui va pas dans mon truc?"
Je me lance donc à fond dans mon subjectif: j'ajouterais ou supprimerais des rimes qui reviennent d'une façon trop irrégulière; j'aurais également modifié quelques locutions ou articles qui ont l'avantage d'expliciter mais les inconvénients d'alourdir..je m'explique.
Par exemple: "le vieux chien dort, halo de soleil" "semble encore briller poussières de chantier" "vif et puissant, éclair de vent" " il dort en rond d'univers" etc. Ceci rend le texte moins clair mais de mon point de vue mieux imagé. Mais ce n'est qu'un avis d'amateur.
Vous pourrez trouver celà trés nul aussi et ce n'est qu'un échange de ma part qui peut-être n'a rien compris à votre message.
Pour le reste les images marchent bien et la poésie est là.
Merci et au plaisir

   papipoete   
29/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Luz
J'ai songé un court instant, au " dormeur du val ", puis non votre chien qui dort simplement sous un vénérable tilleul. Il court après les abeilles et les garennes débusqués au hasard de sa ballade ; il fait des cabrioles comme pour toucher les papillons... dans son sommeil, et puis son corps reprend son calme après avoir tant batifolé en rêve.
NB un chien qui joue tout gaillard, et qui fait des songes endormis sur ses exploits de la journée ! C'est bien raconté, et on voit bien ce compagnon montrer, même endormi qu'il est heureux...
Ironie du sort, Maddy notre petite cavalier king charles, se meurt... nous attendons l'appel de la vétérinaire qui la garda cette nuit ; si elle n'a pas trépassé cette nuit, nous devrons prendre une décision... que sa maîtresse prépare au milieu d'un flot de larmes.
Votre texte est très touchant, comme dans la 3e strophe.

   Pouet   
29/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut,

Luz ou le poète de la nature, de l'instant bucolique, de la contemplation profonde.

J'ai beaucoup aimé ce chien qui dort et de ce regard posé sur son rêve, un rêve de rêve en quelque sorte.

Le dernier vers est très beau, il nous offre un monde parmi les mondes.

La forme m'a semblé juste, l'observation fine. Je me suis fort bien représenté la scène, pour moi le poème est réussi.

   AnnaPanizzi   
29/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Luz,

De bien belles tournures pour ce chien aux abeilles.

Ah, les gouttes vert pale de l'aurore... Magnifique

Je n'ai pas grand chose à vous dire d'autre, vous lire est amplement suffisant

Anna

   Miguel   
29/4/2022
Comme je n'aime guère les chiens (on m'a sorti cent fois des bêtises comme : "Quand on n'aime pas les chiens on n'aime pas les hommes", etc), je ne suis pas très sensible au thème de ce poème. Mais je lui reconnais des qualités poétiques indéniables. De belles images, des évocations gracieuses. Je souris de la sage précaution de l'auteur, qui a jugé bon, pour couper court à toute polémique enflammée (voilà quelqu'un qui connaît son monde onirien), d'écarter le sujet de la chasse.

   Cyrill   
29/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Étonnant tilleul d’abeille pour démarrer ce poème que je lis, si j’ai bien compris, comme un rêve de vieux chien, à la retraite semble-t-il.
Un rêve avec des images flottantes qui vont d’une scène de pourchasse à celle d’une quasi communion avec la nature, l’univers même, comme l’indique le dernier vers, très beau.
On se demande même s’il ne vient pas de s’éteindre, dans la lumière de sa vieillesse.
Cet être m’a touché, je me suis senti en empathie avec lui et avec les images qui occupent sa pensée. Très visuelles, lumineuses et colorées : boutons-d’or, gouttes vert pâle.

   Atom   
29/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très belle évocation. Le tableau est bien retranscrit. On l'imagine très bien ce vieux chien dormant sous un tilleul.
J'ai pensé à un moment à un dormeur du val version canine mais non et c'est tant mieux.
On dirait qu'il rêve de sa jeunesse fougueuse et que maintenant sa vie n'est que repos sous le ronron du soleil. Comme une retraite bien méritée : )

   plumette   
29/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
ce que j'aime aussi dans ce poème, outre ses images et ses mots, c'est l'empathie du poète avec l'animal.

Simple, mais raffiné. Le seul vers un peu plus compliqué à la lecture et à l'oreille est pour moi "il grogne un songe de course par les halliers", disons qu'il a fallu que je cherche la définition du mot "hallier" pour qu'apparaisse l'image du chien frayant son chemin dans les buissons.

Il n'empêche, comme souvent, un plaisir de lecture immédiat !

   pieralun   
1/5/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
J’aime beaucoup le rêve de ce vieux chien.

Très imagé et tellement joli: un tilleul d’abeilles.

Non, réellement il n’y arien à jeter, tout est poétique, l’image de la poussière qui s’élève du flanc lors d’un soubresaut du chien, la course du vieil animal qui rêve qu’il court à la vitesse du vent, les couleurs et la lumière du dernier quatrain.

J’ai adoré

   Cat   
1/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Qui a un chien peut comprendre ses soubresauts lorsque endormi ses rêves l'entraînent ''pourchassant garennes et oiseaux buissonniers''.

Un spectacle attendrissant, que celui de ce chien qui ''dort dans un rond d'univers'', que le poète a su capter et rendre avec toute son empathie envers l'un des plus fidèles amis de l'homme.

J'aime beaucoup ce réaliste et poétique ''Bercé par un tilleul d'abeilles''.

Dans le courant du mois de mai, c'est ainsi que se met à vibrer l'arbre, des nuées d'abeilles venant butiner le délicieux nectar du tilleul en fleurs sous le soleil. Pas question d'en perdre une goutte. Le vrombissement provoqué par les ouvrières au travail attire inexorablement l'oreille, tandis que dessous le chien ronronne en poursuivant ses rêves...

Merci infiniment, Luz, pour cette jolie envolée oniricobucolique.

   hersen   
4/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les poèmes sur les vieux chiens, un sujet courant. Le titre ma arrêtée.
mais j'aurais dû savoir qu'un Luz traite des choses de la nature autrement, qu'il a le ffeling affûté pour en parler.
l'angle choisi pour évoquer ce vieux chiens est très touchant, car en imaginant ses rêves ponctués de soubresauts, l'auteur nous fait revivre la vie de ce chien, le plus heureux des chiens.
Donc mon apriori tombe à l'eau ! (mais quand même, je n'aime pas trop le titre)
merci de la lecture !


Oniris Copyright © 2007-2022