Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
lynxly : L'attente
 Publié le 13/03/08  -  5 commentaires  -  2459 caractères  -  28 lectures    Autres textes du même auteur

Texte en prose


L'attente



Elle sourit, rigole, s'amuse ; elle est heureuse mais elle attend. Elle se dit demain, dans quelques jours, voire des mois, des années elle sera encore plus heureuse.

Il y a des jours où elle râle, pleure, se plaint ; elle est triste mais elle attend. Elle se dit demain, dans quelques jours, voire des mois, des années elle sera à nouveau heureuse.

Alors elle attend pour vivre, et subit en attendant. Elle reste passive, distante, évasive restant à tout instant entre rêve et espoir. Elle ne prend le temps de vivre que quand elle dort ; elle sourit. Dans son avancée, les yeux fermés elle ne prend le temps de se retourner. On l'appelle mais le temps lui manque alors elle ne se retourne pas.

Un jour, au réveil, elle se regarde dans le miroir et perd connaissance. Une fois remise, elle se relève et la vieille dont le visage est marqué par le temps, est encore là, face à elle. Elle la regarde, puis pleure. Elles sont toutes les deux dans la chambre, mais n'attendent pas la même chose. Il lui semble que l'autre n'attend que la mort, ce n'est pas ce qu'elle attend du moins elle ne sait plus trop.

Elle avait attendu l'homme qui se dessinait sans cesse dans ses rêves. Celui dont elle savait le sourire, le regard ; les expressions, la manière d'être ; les défauts, les qualités. Ne l'avait-elle jamais croisé ? Ou l'avait-elle rencontré sans l'avoir vu ? Pourtant elle a eu la certitude de s'être levée le matin, et couchée le soir près de lui. Elle l'avait vu sourire, pleurer, l'aimer. Son corps, elle l'avait tant parcouru, n'avait plus de secret pour elle et n'avait jamais cessé de lui donner du plaisir. D'ailleurs, chaque pièce de la maison était ornée de son portrait, des tableaux qu'elle aurait pu peindre les yeux fermés. Avait-il seulement existé ? Ou était-il seulement une partie d'elle, sortie d'un rêve, d'une imagination, d'une attente ? Leurs longues soirées de discussions, leur promenade matinale, leur silencieux repas, qu'était-ce ?

D'où venaient ces souvenirs qu'elle vivait, et revivait à toute heure de la journée ? Pourquoi ne lui avait-on jamais dit qu'elle était malade, elle qui tous les jours allait travailler ?

Sa vie et son rêve se confondaient. Il lui semblait que rien ne manquait à son existence pourtant elle avait continué à attendre.
Attendre quoi ? Elle ne le savait plus. Mais elle savait ce que la vieille femme en face d'elle attendait.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   clementine   
14/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'ai envie d'entrée de te dire bravo car vraiment cette réflexion toute en délicatesse et en nuance reflète bien ce que je pense tu as voulu dire.
Et aussi la vie de certains d'entre nous qui n'ont pas compris que le bonheur, c'est toujours aujourd'hui.
Demain est un mirage, demain est indistinct.

Rêver sa vie plutôt que de la vivre, c'est confortable sans doute et un peu fascinant mais un jour dans le miroir, c'est déjà demain.
J'aime beaucoup la dernière phrase qui résume bien tout le propos.
Bon c'est sûr d'autres l'ont dit avant,"cueillons dès aujourd'hui les roses de la vie" mais tu as très bien su en parler.
Merci et bravo.

   Anonyme   
14/3/2008
Oui, le fond me parle. La façon de l'exprimer un peu moins.

Poésie? Pas persuadé... Mais un ressenti très puissant, une sincérité touchante.

Un peu plus long et dans la catégorie "nouvelle", j'aurai certainement bien noté ce texte, dans la catégorie poésie, je préfère m'abstenir.

   Couette   
14/3/2008
Je classerais ce texte dans "réflexion" plutôt que poésie!
En tant que réflexion, quelle justesse!
Oui, nous ne vivons pas assez notre vie, à toujours repousser...on se retrouve soudain vieille ou vieux.. tout cela est bien exprimé!

   Scrib   
18/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien
C'est moderne et réfléchis...et bien tourné en plus...

   Anonyme   
15/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Progressivement se dessine comme un tableau à deux visages, côte à côte ou juxtaposé, c'est selon car ce texte est très "mouvant", il vient se confondre le rêve et la réalité.

J'aime beaucoup la manière de vous parvenez à nous captiver, j'ai trouvé à cette réflexion une certaine poésie, mais c'est le propre de la vie, tout est poésie quand on sait voir avec le cœur.

J'ai été enchanté de ma lecture, tant par le fond que par la forme, votre plume trace son chemin avec aisance.


Oniris Copyright © 2007-2022