Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
macaron : Forteresse [concours]
 Publié le 20/12/11  -  5 commentaires  -  1334 caractères  -  121 lectures    Autres textes du même auteur

Il n'y a plus grand-chose entre eux. Pourtant, il reste…


Forteresse [concours]



Ce texte est une participation au concours n°12 : Chansons (informations sur ce concours).





Il reste des zones d’ombre
En cette fin d’automne.
Peu importe ce soir je sombre,
Je n’attends plus personne.
Ton cœur est une forteresse
Qu’il me faut assiéger.
Ma vie, une sécheresse.
Pourquoi me vouloir le cacher ?

Et je bois des hectolitres
De patience et de raison.
Je vois dans le pauvre pitre,
Sa faiblesse et sa résignation.
Ton cœur est une forteresse
Que je devrais assiéger.
Ma vie, une sécheresse.
Qui viendra la réhydrater ?

Je veux cette fille blonde
Enrubannée de sa jeunesse.
Toucher du bout de mes ongles
La flamme rose de sa tendresse.
Ton cœur est une forteresse
Que je ne peux assiéger.
Ma vie, une sécheresse.
Pourquoi ne pas la désaltérer ?

Il neigera demain sans doute,
Mais je ne peux m’en aller.
Tout filera comme cette route,
Qui n’en finit pas de serpenter.
Ton cœur est une forteresse
Que je ne veux plus assiéger.
Ma vie, une sécheresse.
Pourquoi ne pas m’y noyer ?

Pourquoi ne pas m’y noyer ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   wancyrs   
7/11/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
La construction de certaines phrases les rendent difficiles à prononcer : "Pourquoi me vouloir le cacher ?" Pourquoi pas écrire simplement : Pourquoi vouloir se le cacher ? ça reprendrait l'idée et serait plus correcte syntaxiquement parlant...

Je parlerai de ponctuation et élagage des strophe. Par exemple dans la première strophe :

Il reste des zones d’ombre
En cette fin d’automne.
Peu importe ce soir je sombre,
Je n’attends plus personne.

Que dire si on l'écrivait ainsi :

Il reste des zones d’ombre
En cette fin d’automne
Qu'importe si ce soir je sombre,
Je n’attends plus personne.

N'est-ce pas déjà mieux ?

Quant au sujet, envier et ensuite se résigner à force de se frotter à un mur, c'est un sujet rabattu mais traité avec élégance ici. Reste à corriger ces fautes de rythme pour avoir une belle mélodie

   placebo   
20/12/2011
Hum, il y a deux notions dans le refrain, le cœur-forteresse et la vie-sécheresse. Le premier est assez banal (mais ça ne veut rien dire sur le texte, je parle du thème en général et ce n'est pas un reproche, au contraire, dans une chanson) quand le second me semble mal formulé (je suppose, mais c'est peut-être ce refrain qui vous a orienté sur le champ lexical de la soif après, pas toujours des plus fins je trouve)

- Une tournure pas très heureuse : "pourquoi me vouloir le cacher ?"
- La métrique est irrégulière. Deuxième strophe : beaucoup en 7, un vers en 8, un en 9 (il me semble). Ça n'empêche pas vraiment de trouver une mélodie dans ma tête mais rend la chose un peu plus difficile
- Peut-être (mais c'est présentation / personnel) séparer le refrain du reste ?
- ongles et blonde de riment pas même s'il y a assonance
- Par moment, j'ai eu du mal à comprendre de qui on parlait "Je vois dans le pauvre pitre," il parle de lui-même à la troisième personne ? (je suppose le narrateur masculin, ce que "je veux cette fille" viendrait confirmer)
- pour revenir sur cette sécheresse, autant le mot de la fin me plait (se noyer dans sa sécheresse de vie) autant réhydrater et désaltérer une sécheresse, je trouve ça moyen.

Bon, je ne m'y connais pas non plus beaucoup en chanson alors faut pas tout prendre comptant, mais je trouve le texte un peu égoïste au sens lamentation, ce qui m'inspire rarement de l'intérêt et encore plus rarement de l'émotion (je parle du texte, pas de l'auteur ^^).

Bonne continuation,
placebo

Edit : j'ai pas mis de note dans le cadre du concours, je préfère retirer celle de l'EL

   fouzh   
20/12/2011
bonjour macaron
en general ce qui rend une chanson interessante
se sont les images qu'elle nous mettent dans les yeux

une sorte de voyage imaginaire qui nous emporte,joncher de poesie
on peu manier les mots comme ont le veut dans une chanson
faire prendre des tournures surprenante au vers que l'ont alignent

surtout pour donner de l originalité a un sujet milles et milles fois
exprimé

je suis desolé de vous le dire que tout ce que j'attend d'une chanson n est pas dans la votre

"ton coeur est une forteresse"franchement

   brabant   
20/12/2011
Bonjour Macaron,


Je ne sais plus de quel délai ont disposé les auteurs pour composer leur(s) chanson(s) dans le cadre du concours, mais je crois que dans bien des cas (temps de décider, choix du thème,...), il n'a pas dû leur rester beaucoup de temps pour fignoler, peaufiner leur(s) texte(s), prendre du recul.

Bon, c'était le jeu, hein ! Je ne reproche rien à personne. Ce concours était un merveilleux cadeau et une merveilleuse opportunité. Mais je n'y ai pas participé à cause de ça : peur d'être pris de court, de ne pas être véritablement inspiré, de ne pas en être capable sur auto-commande.

C'est un peu tout cela que je ressens ici, au travers de quelques paroles et expressions pas très heureuses :
"Pourquoi me vouloir le cacher ?"
"... des hectolitres
de patience et de raison"
"réhydrater"
"Toucher du bout de mes ongles" [du bout (des) ongles (?)]

L'image de fin est originale : se noyer dans la sécheresse. Mais, si le thème s'y prête, les sonorités du texte ne me semblent pas d'une chanson. De plus, il me semble qu'il s'agit de l'amour d'un vieux pour une "jeunesse", il est donc rassurant qu'il soit rejeté. Mais peut-être que je me trompe...
J'ai un peu l'impression d'avoir affaire à une oeuvre de commande ici, d'où, à mon sens, un caractère un peu forcé, emprunté du texte.

Je n'évalue pas au vu de ces circonstances trop superficielles pour moi, qui n'enlèvent rien je le répète au grand mérite de ce concours.

   funambule   
21/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
A peaufiner sans doute, même avec quelques élisions il me semble difficile à rectifier complètement la métrique. Le (presque) 7/6 du début me plaisait bien et me paraît être une bonne base de travail.

Après c'est pas si mal, l'approche rythmique n'est pas celle de la poésie et j'entends bien ça dans le cadencé des mots... même si quelques maladresses, déjà soulignées, émaillent le texte. Si c'est un essai, je le trouve très encourageant. Je dirais pour conclure qu'il faut simplifier le plus possible le travail du compositeur... pour lui donner envie (mais faut pas tout leur mâcher quand même, ça les ramollirait).


Oniris Copyright © 2007-2017