Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
madawaza : La vallée de la mort
 Publié le 08/11/16  -  7 commentaires  -  1983 caractères  -  281 lectures    Autres textes du même auteur

Ce n'est qu'un instantané.


La vallée de la mort



Ce n'est qu'un instantané
Il faut le réviser
et le relativiser.

On travers'ra la vallée de la mort
avec un putain d'arc-en-ciel
Au-dessus de la tête.
On évit'ra les dents d'l'alligator
Qui brillent blanches en éternel
Pour sourire au poète.
C'est la route
Qu'il nous faut prendre
Au-delà des idées perdues,
Des ciels de cendres
Chaudes des mots qui se sont connus
C'est le doute
Qui fait reprendre
La main qui se tient à l'affût
De trois mots tendres
Qui ne dis'nt que l'inattendu.

On mettra la cape du matador
Pour s'enivrer du goût du duel
Et du sang de la bête.
On rira du tourbillon du condor,
De son regard trop irréel
Qui scrute le poète.
C'est le chemin
D'un autre ailleurs,
Plus loin que les mots entendus
Juste les rires,
Les vrais, pas les sous-entendus.
C'est le malin,
L'usurpateur,
L'idée qui vient en impromptue
Pour séduire
Celui qui sort des mots perdus.

On s'moqu'ra du conquistador
Avec sa foi de l'immortel
De ses mots de poète.
On rira de nos corps-à-corps,
De nos péchés qu'on dit véniels
Et on fera la fête.
J'ai plus de doute
J'sais où te prendre
Tout près d'un petit coin de rue,
On va le faire.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Proseuse   
22/10/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bon, je n' ai sans doute pas tout compris et les "chansons" du coup, j' ai un peu de mal à commenter, j' ai trouvé beaux certains passages, sans en chercher le sens , mais juste pour ce qu' ils m' évoquaient , par exemple:

On travers'ra la vallée de la mort
avec un putain d'arc-en-ciel
Au dessus de la tête.
On évit'ra les dents d' l'alligator
Qui brillent blanches en éternel
Pour sourire au poète.

En revanche, j' ai été gênée par la succession de "du" et "de" dans :

Pour s'enivrer -du- goût -du- -du-el
Et -du- sang -de- la bête.

en même temps, je ne suis pas spécialiste du tout en ce qui concerne la chanson et cela peut-être un "plus" musicalement parlant ? je n' en sais rien !

je n' ai surtout pas compris le dernier vers ??
Merci du partage

   MissNeko   
8/11/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bon j avoue avoir eu du mal à tout comprendre
Je n ai pas aimé le couplet du matador : s'enivrer du sang de la bête ...

Tout reste très nébuleux pour moi !
A vous relire

   Pouet   
9/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bsr,

J'aime bien ce poème assez énigmatique mais pas tant que ça finalement.

Enfin moi mon interprétation est celle d'un type jeune certainement qui va partir pour "la grande aventure" pourquoi pas une fugue avec sa dulcinée, pourquoi pas une prostituée qu'il va "sauver" de cette vie là (à cause du "petit coin de rue" de la fin) mais bon là je m'égare peut-être... Et donc il nous raconte les bonheurs et embûches à venir.

C'est mon interprétation en tout cas, voilà. Je suis peut-être complètement à côté de la plaque mais j'aime bien le texte comme ça, après tout comme on dit, le texte "n'appartient plus" à son auteur après publication...

L'alternance de mots du langage familier et d'autres emplois plus "poétiques" donnent une belle impression, cela retranscrit très bien métaphoriquement l'existence, ses hauts et ses bas, ses beautés, ses laideurs, tout n'est pas toujours rose ni gris et cela se ressent bien dans ce poème. Ce mélange des genres fonctionne donc parfaitement ici, il ne semble pas être posé là artificiellement mais avoir une réelle raison d'être.

Bref j'ai bien aimé lire, c'est vif et assez intense.

Au plaisir

   Sodapop   
8/11/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Je ne parviens pas vraiment à apprécier ce texte dans lequel, trop de mélanges de styles son utilisés, à mon sens. On retrouve un langage parfois assez poétique, mais qui côtoie tout d'un coup, des termes trop familiers qui enlèvent la dimension poétique dans son ensemble. C'est un avis très personnel, mais encore une fois, je n'accroche pas du tout avec les mots contractés à la lecture. Bien qu'il s'agisse ici d'une chanson, ou d'un slam, des vers parfois plutôt bien tentés, mais qui retombent comme un soufflé lorsqu'on prend en compte, encore une fois, l'ensemble du texte.

   funambule   
9/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
A relativiser... sans doute mais j'imagine surtout à peaufiner, non pour plus de clarté mais pour plus de "coulant", pour une énergie mieux maitrisée; je pense (pour autant) qu'il y a très peu à retoucher, quelques articles ici et là, revoir certaines formulations qui font un peu froncer les sourcils, un poil plus de présent (pour la proximité avec le lecteur).

Sinon, toujours cette audace dans la structure qui est la patte de l'auteur... et le fond qui mêle une certaine désillusion, un fatalisme étrange mâtiné de soif d'espoir, d'opposer l'instant à l'éternité (ou l'idée qu'on s'en fait); un message émerveillé tout autant que désenchanté. Chaque pas n'est pas certain de préparer le suivant mais il a valeur en soi, il est plus important que les précédents parce qu'il est celui qui compte à l'instant "T". J'y vois un lien entre la vie à l'échelle "cosmique" et la "petite vie" qui se bat pour tenir sa place dans le grand puzzle, sans illusion mais avec cette soif inextinguible.

   Anonyme   
10/11/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Bonsoir,

Personnellement, je n'aurais pas mis ce poème dans la catégorie chansons et slams, mais bon, ça peut se discuter.

Je n'ai pas accroché avec ce poème, que ce soit dans les tournures de phrases ou dans l'atmosphère qu'il dégage.

Wall-E

   HadrienM   
21/11/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Promenade du langage populaire plutôt plaisante. L'ambition poétique n'y est pas, selon moi.

La vallée de la mort n'est pas profonde dans ce poème. La vallée des larmes n'existe pas.

Bien à toi,


Oniris Copyright © 2007-2020