Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Maëlle : Voyages [concours]
 Publié le 06/09/09  -  26 commentaires  -  1308 caractères  -  411 lectures    Autres textes du même auteur

Portrait en paysage.


Voyages [concours]



Ce texte est une participation au concours nº 9 : Le personnage (informations sur ce concours).




Il est une rivière où promènent mes doigts, madame.
Les eaux en ont blanchi. Elles furent naguère
Peuplées d’algues brunes et de poissons brillants.

Il est une prairie où mes lèvres s’attardent, madame.
L’orage a raviné un sol qui fut égal, et creusé des sillons.
Elle n’est que plus riante. L’herbe sur ces coteaux est douce et tiède encor.

Il est une vallée où mes yeux caracolent.
L’ombre y est attirante, la lumière éblouit
Quand le soleil s’y mire. Deux tours insolentes la dominent et la gardent.

Il est de vastes plaines balayées par le vent
Qui porte en son sillage souvenirs de fleurs, de fruits, de ville entière
Et lorsque la pluie tombe, le chant d'une terre humide.

Il est de ces voyages dont on ne revient pas, madame.
Pourrais-je vous prier de faire que celui-là ne puisse avoir de fin ?
Vous seule savez l'atlas qui peut guider mes pas.





Merci à Léo pour sa relecture bienveillante.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
6/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup ... Il y a un petit côté 'René char', je trouve.

J'aimerais pouvoir écrire des poèmes de ce genre.

Mon passage préféré est :

'Il est de vastes plaines balayées par le vent
Qui porte en son sillage souvenirs de fleurs, de fruits, de ville entière
Et lorsque la pluie tombe, le chant d'une terre humide. '

J'ai eu des visions d'oiseau en plein vol à la lecture de ces vers.

Merci.

   Lapsus   
6/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Beaucoup de tendresse retenue et de délicatesse dans cette évocation amoureuse.
Il est heureux de savoir que le temps n'a pas suffi à épuiser les ressources et richesses "géographiques" de Madame. Rien que ce titre déjà, associé à l'intimité des relations suggérées, nous plonge en un âge charmant et révolu.

   Anonyme   
6/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème plein de mélancolie et de tendresse, évocateur des voyages passés et à venir. Tous ont été et seront magnifiques si l'on part accompagné de celui ou celle qui possède "l'atlas qui peut guider mes pas".

J'aimerais dire quel passage je préfère, mais je ne parviens pas à me décider.

Merci pour cette bal(l)ade et ses images si belles.

   Anonyme   
6/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Maelle
Sans le commentaire de lapsus jamais je n'y aurais pensé. Je suis passée devant ce portrait les premières fois sans y rien voir de particulier. Eclairée par lapsus, pas de problème, la toile est superbe et c'est superbement dit. Même... Même si lapsus m'a guidée sur une voie qui n'est pas celle de l'auteur, tant pis, j'adopte ce point de vue, et me régale de la tournure délicate et combien subtile de ces lignes.

   Alexandre   
6/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Maëlle ! J'ai beaucoup aimé cette balade anatomique toute en pudeur et délicatesse et cette chute empreinte de mélancolie.
Un bien beau voyage qui aurait pu se conclure par "Vous êtes belle, Madame!" Amicalement. Alexandre

   Anonyme   
6/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"Il est de ces voyages dont on ne revient pas"... effectivement.
Et il est de ces textes dont ont ne ressort pas indemne, mais avec je ne sais quelle couleur ou quelle lueur en plus au fond de l'oeil, qui vous persiste sur la rétine encore un bon moment.

J'ai adoré ces paysage, ces fleurs, ces fruits, ces jeux d'ombre et de lumière, et ces odeurs de terre humide. Cette cohérence dans le vocabulaire employé, cette "écologie de l'amour".
J'ai adoré aussi ce "madame" un peu suranné, si délicat, si plein et si rond, dont tu n'as pas abusé. J'aime que tu n'aies pas utilisé ce procédé à chaque strophe.

Superbe manière de feuilleter le temps qui passe au parchemin du corps de l'être aimé. Quelle tendresse, quelle poésie !
Je suis totalement sous le charme, et je serais bien en peine de dire ce que je n'aime pas.

   Anonyme   
6/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai AdOré....

Incroyablement poétique, tout à fait superbe dans le rythme, dans les images, dans la justesse des souffles et des intonations... J'aime beaucoup Maëlle dans la poésie.

Beaucoup de tendresse, de sensations presque physiques à la lecture, et des phrases justes. J'aime particulièrement le dernier tercet...

Merci

   xuanvincent   
6/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Mon commentaire s'est malencontreusement "envolé"....

Je souhaitais dire que j'ai bien apprécié ce portrait de femme, pour son originalité, son écriture aussi (très bien écrit).

Un voyage peu banal, sensuel et pudique à la fois.

Il m'a semblé voir là un peu un texte épistolaire à la manière du Siècle des Lumières.

Le thème du concours par ailleurs m'a paru bien traité.

   Anonyme   
6/9/2009
Un poème d'amour (saphique?) qui fonctionne par sa mécanique bien huilée, surtout en ce qui concerne le rythme.

Le jeu -classique- entre paysage et portrait humain fait naître de justes et suaves images, plutôt riches sur leurs sensations.

Mais c'est étrange je ne décolle pas d'un sentiment de choses téléphonées et désuettes.

   jaimme   
6/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Est-ce qu'un paysage vieillit? Non, il s'enrichit de nos mains et de nos yeux, de nos caresses. De nos désirs.
Mais comme vous seul(e) avez l'atlas...
Alors je pense à mon paysage, à moi.

Splendide: "Pourrais-je vous prier de faire que celui-là ne puisse avoir de fin ?"
Entre autres.

   Bidis   
7/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Poème subtil et élégant comme le sont souvent les textes de Maelle. De plus, celui-ci est spécialement beau.
Rien à dire, sauf que, pour moi, le personnage est comme une projection de l'amour qu'il a inspiré, il n'est pas vraiment (objectivement) dessiné. Mais c'est quelque chose de tellement courant maintenant, dans ce concours...

   Eric-Paul   
7/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
je n'ai pas trop aimé les "Algues Brunes"... mais j'adore l'idée que la passion fasse fi des empreintes du temps sur le corps de nos aimées.

   pieralun   
7/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Plus je relis ton poème et plus je pense à Barbara.
Il est dons forcément musical. les mots y sont choisis, leurs associations et leurs multiples sens me plongent dans une réflexion appartenant à la douceur et au rêve.
Un texte d'une grande poésie

   Marite   
7/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Merci Maëlle pour ce merveilleux voyage. Les choses de la Vie dites de cette manière ne sont pas désuètes ou révolues et je suis prête à parier que nombre de femmes aimeraient qu’ un pareil chant leur soit dédié.
J’ai aimé les premiers vers de chaque strophe : « Il est une rivière… il est une prairie…, il est une vallée…, il est de vastes plaines… » Ils ont fait resurgir de mes souvenirs une chanson de Maxime le Forestier (de plus de 30ans):
« Je connais un pays, on dirait un jardin
Je peux y vivre nu(e) sans avoir jamais froid
Quand je ferme les yeux
j’y trouve sous mes doigts
Tous les chemins.
J’ai le fond de tes yeux
pour y puiser de l’eau,
La couleur de ta peau
pour y lire les saisons
Le creux de ton épaule
pour ligne d’horizon
Et tout autour de moi tes bras font le décor … etc …etc »
La mélodie, les mots, tout est … intemporel.
« Voyages » va aussi je crois trouver sa place dans ma mémoire.

   misumena   
7/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ode aux amants fidèles malgré les pointillés qui les mènent vers un âge où peut-être se perdrait le plaisir. Mais non, il est toujours là, parce que plus que de chair, ce poème parle d'amour. C'est émouvant.
Merci, Maëlle.

   Anonyme   
9/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Pour ma part je n'ai pas été particulièrement transcendé ici. Je vais dénoter, je m'en excuse. Le "madame", qui rythme le début notamment, je le trouve trop "froid" et distant (évidemment voulu) mais aussi un poil "vieilli", je sais pas, j'accroche pas trop à ce "madame"... Trop "commun" aussi, bref.
Après, la description contenue dans le corps du poème, la personnification de la nature, je l'ai trouvé trop sage, presque convenue.
J'ai bien aimé le découpage du poème, la recherche de rythme et de ruptures, mais les mots, l'expression, ne sont pas parvenus à me toucher réellement.
La qualité d'écriture est toutefois bien présente mais pour le "ressenti" je demeure un peu à l'écart.

   David   
10/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Maelle,

Le personnage serait un corps féminin. En tout cas beaucoup de légèreté pour ce poème très romantique, un tableau ne pourrait rendre le même effet je crois.

   Anonyme   
12/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Gracieux, classieux, classe. Grande classe. Cela emprunte à la poésie italienne, à Pétrarque un rythme ternaire dans les tercets. Une poésie tout en rythme, tout en courtoisie, une sensualité presque tue. A tous points de vue j'ai vraiment apprécié.

   Melenea   
13/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime bien l'idée, et j'aime bien ce madame, qui met une sorte de distance pour un texte qui demande de la proximité et une connaissance plus qu'intime.
Il est empreint de douceur et de joie sereine.
De la sensualité et comme une demande discrète de félicité...

Il y a juste l'image d'algues brunes qui me plait moins.

   jamesbebeart   
16/9/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Maëlle,
Voilà un texte qui me sied bien ; son élégance, sa musique... une vraie réussite ! Merci pour cette lecture.

   Selenim   
16/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Simplement beau. Heureusement qu'il y a eu le "madame" pour m'aiguiller sur ce délicat effleurement féminin.
Le plus épatant, c'est le travail hallucinant pour traduire en phrases simples cette multitudes d'émotions.

Les différents niveaux de lecture se succèdent à chaque découverte, parfois même se superposent sur la même lecture.

Selenim

   Anonyme   
17/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai pensé à ces paroles : "La femme qui est dans mon lit / N'a plus vingt ans depuis longtemps ..." J'ai trouvé ce portrait touchant et plutôt réussi ! Et j'en apprécie particulièrement le dernier tercet.

   alifanfaron   
7/9/2011
Commentaire modéré

   alifanfaron   
7/9/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un rythme égale à la douceur des formes. Un titre astucieux et des images très parlantes. Un ton qui part vers la désinvolture mais tout à la fois empreint de respect avec la redondance de ce "Madame". Une vraie réussite.

   placebo   
28/10/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Mon voyage a commencé avec les cheveux, le front, mais après j'hésite sur la route à suivre :)

J'ai bien aimé l'ensemble, quelques mots un peu moins.

Les "algues" me semblaient peu flatteuses, mais je comprends que c'est à la fois pour la sonorité, le "brunes" et la métaphore donc… difficile de se passer d'un mot comme celui-là et pourtant il y avait peut-être d'autres formulations :)

Les "sillons" sont un peu classiques, j'aime bien la manière dont tu as développé le champ lexical autour par contre.

"Il est de ces voyages dont on ne revient pas, madame.
Pourrais-je vous prier de faire que celui-là ne puisse avoir de fin ?
Vous seule savez l'atlas qui peut guider mes pas"

j'aime beaucoup le premiers vers, je trouve le deuxième lourd, "l'atlas" ne me plait pas trop.

Bonne continuation,
placebo

   rmfl   
24/11/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Dans l'ensemble, j' aime beaucoup. Mais je me heurte à une construction: qu'à la 2. et 3. strophes le long vers soit le dernier, ce qui ne rompt pas le rythme je trouve, mais qu'à la 4. et 5. strophes, le long vers soit en seconde ligne.
Je trouve l'écriture de ce poème élégante, d'une douceur agréable et coulante.
Moi je dis bravo

   MissNeko   
18/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Que c est beau et délicat. Une belle invitation pour un"voyage" à deux au pays de l'amour.
Merci


Oniris Copyright © 2007-2017