Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Menvussa : Elle danse [concours]
 Publié le 05/09/09  -  15 commentaires  -  1769 caractères  -  142 lectures    Autres textes du même auteur

Vision sur une piste de danse.


Elle danse [concours]



Ce texte est une participation au concours nº 9 : Le personnage (informations sur ce concours).




La musique m’assourdit et je suis,
Un peu las, accoudé au comptoir.
Elle danse.
Elle semble pénétrée par le rythme endiablé.
La musique la berce, l’entraîne mais ne la possède pas.
Elle danse librement, sans contrainte aucune,
Belle et provocante, tout en restant elle-même.
J’aime à penser qu’elle danse pour moi,
Qui la regarde…
Sirotant un soda.

Ses longs cheveux soyeux caressent le bas de son dos,
Ondulant au rythme de ses reins
Elle danse simplement, rien d’extravagant,
Seule, sensuelle, presque érotique.
Parfois, un pas l’amène à se tourner vers moi
Je croise son regard. Ses yeux gris-verts
Possèdent cette nuance de sensualité et de classe,
Sa bouche finement dessinée s’entrouvre
Me laisse entrevoir la blancheur de ses dents.
Toute de noir vêtue, elle est féline.

Elle me captive, m’hypnotise
Me sourit discrètement du bout des lèvres,
Pour exciter ma convoitise,
Puis brusquement se tourne vers un autre,
S’avance presque soumise
Et d’une volte s’éloigne.
Elle danse et j’ai mal.

Soudain, elle vient vers moi.
La voilà qui glisse sur la piste,
Son regard me transperce
Elle me touche, me sourit, se frotte à moi avec légèreté.
Elle m’offre la caresse de son corps,
Sous les regards furtifs de danseurs étonnés.
Puis repart aussitôt au milieu de la piste.
Me reste un souvenir, une espèce de vide
Je reprends un soda.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
6/9/2009
je sais pas trop, y a des fois, je me sens à bout d'arguments... c'est un peu le cas ici. Et tu m'en vois navrée. J'ai pas trop de rythme... et c'est dommage pour une chanson qui parle de danse(use).
J'ai pas trop d'émotions non plus... et je sais pas pourquoi, je le trouve peu poétique, à la lecture... je sais pas... je noterai ptêt plus tard, quand j'aurai relu... ou pas... mitigée 2L... je sais pas, j'ai l'impression que tu nous parle de sensualité sans la décrire, que tu nous parle de danse sans nous la faire danser...ça me perturbe.

   Anonyme   
6/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour,

je n'ai pas vu de poésie dans ce texte qui pourrait à mon sens être retravaillé pour devenir une chanson ou bien une courte nouvelle.
La scène est assez banale, mais pas désagréable, avec une sorte d'universalité (quel homme n'a pas vécu ce genre de scène ?) qui me sembe plus appropriée pour l'écriture d'une chansonnette, mais ce n'est que mon avis.
Je trouve, et c'est aussi très personnel, que pour un poème, l'écriture manque singulièrement d'exigence et d'inventivité.
Bonne continuation.

   Bidis   
6/9/2009
Bien sûr, on voit la fille qui danse dans une discothèque et je la trouve bien décrite, mais je trouve que ce n'est pas vraiment un poème. Un poème, à mon avis, demande soit des vers et du rythme, soit des mots magiques, scotchant, originaux et quand il y a les deux, waouah !...
Pour moi, ceci est comme le début poétique d'une nouvelle et le personnage serait, en fait, celui... du narrateur. Après le dancing, il s'en va autre part, il lui arrive quelque chose ou bien il erre, pense à sa vie, son passé, que sais-je.
Un excellent début de nouvelle, bien écrit et poétique...
Je n'évalue donc pas.

   ristretto   
7/9/2009
bonjour Menvussa

un texte qui retient l'attention, un peu hypnotique comme ta danseuse
jusqu'au bout ..
mais je rejoins l'avis d'autres commentateurs, je ne le perçois pas comme une prose poétique. pourtant je l'aime ce buveur solitaire,
et j'aimerais bien connaitre la suite de son monologue.
une touche roman américain
à bientôt

   brabant   
8/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Vous êtes trop raisonnable, Menvussa, siroter un soda, devant une créature de flamme, vous avez éteint l'incendie! Avec de l'eau de feu, du bourbon pur malt - un Jack Daniels ou un Four Roses - la boisson du maïs, vous eussiez été son pigeonnier!
Reprendre un soda, mais c'était vous faire pigeonner! par cette colombe baladeuse.
Venez faire un tour dans le Nord, c'est la patrie des colombophiles!
Amicalement

   Anonyme   
9/9/2009
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Je ne vois pas de poésie ici. Je pense que la disposition en vers n'apporte rien du tout au texte. Pour moi c'est une description en prose. Sinon, on la regarde aussi cette fille en sirotant un soda...(ou pas) mais bon. Rien de très original ni de très accrocheur ici, pour ma part. Une prochaine fois.

   David   
10/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Menvussa,

La musique assourdissante, le "rythme endiablée" du début disparaissent totalement dans les vers suivant, la danse semble plutôt lascive : "berce", "ondulant", "rien d'extravagant", "glisse", de nombreux passages semblent à cntre pied de ce début. J'ai pensé à un soudaine prise de conscience de l'environnement pour le narrateur, comme s'il sortait d'un songe, au début, et prenait conscience de l'environnement.

"soda", qui finit le poème et le premier passage, fait penser à saudade, un mot pour la mélancolie. Je reste un peu marqué par le faux départ, mais une atmosphère se dégage quand même.

   Anonyme   
12/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Ambiance polar. Gérard Philippe est au comptoir, une soularde pour un soir se déhanche. J'ai apprécié ici l'ambiance et la modernité ici.

   Melenea   
13/9/2009
Comme un cliché, une scène dans une boite de nuit... Mais je reste sur ma faim car je n'ai pas trouvé le récit poétique, juste analytique... et donc...

   Selenim   
16/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Je n'ai pas trouvé la poésie dans ce texte. Une description, fort réussie, mais une description malgré tout.
Il manque l'envolée, le souffle poétique. Je suis resté sur terre, agglutiné au comptoir et ni la musique ni la donzelle n'ont pu me faire léviter.

Selenim

   Anonyme   
17/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour Menvussa

Ne trouvant pas ici ce dont je me souvenais dans les autres poèmes de l'auteur, je suis allée les relire. Ce serait dommage de les oublier ces deux autres productions (Sans queue ni tête et Travail) qui sont délicieuses ! et nettement plus pétillantes que ce bien sage verre de soda.
Trop influencé par les contraintes de ce concours, l'auteur a semble-t-il mis son élan et sa verve en réserve.
Je suis un peu déçue.
Bonne route cependant !

   Anonyme   
17/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Le contexte et l'histoire me plaisent, j'ai eu envie de m'y laisser prendre et ça a presque marché, malheureusement de nombreux passages m'ont paru un peu plats ou clichés. Il y a aussi la répétition de "sensuelle" et "sensualité" à trois vers de distance ...
Bon j'ai bien aimé quand même, mais il manquait ce petit "plus" d'originalité, qui aurait pu être créé peut-être par des images un peu plus recherchées ?

   Maëlle   
22/9/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je ne suis pas persuadée sur la forme poétique: cette description là aurait tout autant de force en prose, comme nouvelle...

Disons que la routine (la reprise des éléments) joue - un peu - pour ce côté là.

Je suis, par contre, tout à fait admirative de la description - qui n'est pas tant celle de la danseuse que de l'observateur. Une belle création de personnage.

   rmfl   
20/11/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Une Esméralda envoutée!
L'ambiance est bien rendue je trouve.
Je trouve que certains vers cassent le rythme, comme le 5. vers /1.strophe et 1. vers /2.strophe et 4.vers /dernière strophe.

   Anonyme   
25/6/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Peu à peu je la voix prendre forme cette "danseuse" envoûtante bien involontairement.

Votre texte est davantage descriptif que poétique, c'est là le vécu d'une relation invoquée accidentelle.
Pour ma part, je n'aurais pas ajouté la dernière strophe,
elle me paraît être de trop.

C'est un bon récit, bien rythmé, qui se laisse lire et relire.
Mais c'est sans plus.


Oniris Copyright © 2007-2019