Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
marcelovic : Tourment d'angelet : l'enfant des cieux d'ailleurs
 Publié le 14/11/13  -  4 commentaires  -  1682 caractères  -  71 lectures    Autres textes du même auteur

Je te souhaite, ô monde,
tout le bonheur que tu me prends…


Tourment d'angelet : l'enfant des cieux d'ailleurs



Est-ce vraiment là mon temps
Dans ces bidules qui courent
Le bruit et la fumée
Ces rues tapies de mouise

Où sont donc les charrettes ?
Où les mulets têtus
Que montaient de doux moines
Où les ont-ils conduits ?

Où tous ces prés verts
Où nous courions enfants ?
Où es-tu gai enfant
Oui toi-même que j’étais ?

Est-ce vraiment là mon peuple
Ô vous tous gens pressés ?
Les hommes font peine à voir
Et ne savent plus pleurer.

Et l’hiver toujours triste
Foyers sans cheminée
Vous vient-il donc encore
L’ermite de rouge vêtu ?

Qu’en disent les tout-petits ?
Que disais-tu enfant ?
Qu’en dis-tu aujourd’hui
Enfant gai que j’étais ?



Les roses de ta jeunesse
Ont-elles toutes fané ?
Ou est-ce qu’avec l’ivresse
Tu les as égarées
Entre les feuillets secs
De l’arbre des destinées ?

Et quand tu veilles au soir
Devant ces verres de vin
Quand tu vas dans le noir
Te croises-tu en chemin ?
Demeure-t-il en toi
L’ombre d’un vain espoir,
L’espoir illusoire
D’un meilleur jour demain ?

Ce qui te manque le plus
Toi qui dors, toi cadavre
N’est-ce pas ses lèvres mûres
Ses dents blanches comme du marbre
L’amour, tu l’as laissé
Donné de ton vivant
Et le temps est ton tourment…

Étranger, solitaire,
Malade, indécis,
Inaccessible, ambitieux,
Flegmatique, idéaliste,
Faux Hommes, bons diables,
Enfants, vieillards…

Je te souhaite au monde
Tout le bonheur que tu me prends.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Robot   
26/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je me suis laissé gagné par le déroulé de ces vers, une sorte de lenteur qui fait ressortir l'incompréhension, l'attente de réponse.
Bien apprécié entre autres:
"Les roses de ta jeunesse
Ont-elles toutes fané ?
Ou est-ce qu’avec l’ivresse
Tu les as égarées
Entre les feuillets secs
De l’arbre des destinées ?"
Mis à part ce dernier vers avec la lourdeur : "De l'arbre des destinées" Je verrais bien - de l'arbre aux destinées. -
Un peu griffé par le double hiatus:
"Où es tu gai enfant"
Autre remarque:
"Donné de ton vivant
Et le temps est ton tourment…"
Pourquoi ne pas mettre un point ou point virgule après vivant pour supprimer le "Et" sur le vers suivant qui sera rendu plus affirmatif.

   Anonyme   
3/11/2013
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Je reste très perplexe devant ce poème au contenu passéiste et amer, d'un dualisme simpliste où le présent n'est proposé que comme enfer et pourriture tandis qu'avant c'était le bon tant avec les charrettes tirées par des ânes têtus chevauchés par des bons moines.
Oui, au début, on se dit qu'un petit coup de nostalgie, ça peut être sympa pour commencer la journée, mais très vite, la potion devient indigeste. De plus.le systématise de la forme interrogative achève complètement de plomber l'ensemble.

   PIZZICATO   
14/11/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un poème empli de nostalgie du temps d'avant, mais surtout d'amertume profonde au vu de l'évolution de la société actuelle.
Bien sûr le constat est attristant, préoccupant.

Mais ne doit on pas tenter de trouver des solutions plutôt que de regretter le temps passé. Il y a quand même de bonnes choses...

   senglar   
14/11/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Marcelovic,


ça va de rebond en rebondissement tout en s'enroulant et en se déroulant, et à mon avis, mon ouïe, ma lecture, ça rebondit bien et ça s'endéroule fluidement.

Charmant et grave, léger et profond, avec un parcours musical comme d'une comptine, j'y ai retrouvé mes moutons :)

Senglar-Brabant


Oniris Copyright © 2007-2020