Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
margueritec : Écaillures
 Publié le 07/04/15  -  6 commentaires  -  708 caractères  -  206 lectures    Autres textes du même auteur

Portrait d'une amie.


Écaillures



d'un geste rageur
tu presses
vers la toile bise
de tes fantasmes
la turgescence des tubes
coulures noires
coulures blanches
longues traînées spermatiques
que la chaleur australe
délitera un jour

lagunes
palmiers
raies manta
tourbillonnent dans tes mains
fulgurance multicolore
sur tes toiles d'ivoire


entre ces deux univers
un amour s'effaçant
dans une rivière au printemps fougueux




les écaillures noires et blanches
lambeaux de tes peurs primitives
ont dénudé la toile bise



tu sublimes les appétits
de ton amour solitude


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Robot   
17/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
De ce portrait émane, au delà des couleurs et de la toile une image intérieure.
J'aime bien les brisures de rythme apportée par par l'irrégularité des mètres et les séquences différentes des strophes et des espacements.
Évocation pour moi d'une plage des mers du sud, ou un portraitiste s'exerce à retrouver sur sa toile l'évocation d'une absente.
Mais là c'est mon imagination qui fonctionne et c'est peut être ce qu'il y a de plus sensible dans ce texte: Amener le lecteur à voir plus loin que ce qu'il lit.

   myndie   
7/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Margueritec

Avec l'incipit, nous étions prévenus mais c'est bien plus qu'un portrait que tu nous offres.
Tu nous entraînes dans une sorte de régression vertigineuse; nous voilà en train de regarder un tableau qui nous montre un peintre en train de peindre son propre tableau.
L'écriture est brève mais elle transcende mot à mot ce tableau où co-existent désir, érotisme, amour, angoisse, solitude et sans doute bien d'autres choses.
Il y a de la magie dans tes images, il y a de la magie dans ta démarche poétique. Les mots ne sont pas choisis pour désigner les objets mais pour peindre l'effet produit, pour révéler des états d'âme, la violence d'un désir :
« la turgescence des tubes
coulures noires
coulures blanches
longues traînées spermatiques »

et même tout ce qu'il nous plaît d'y voir.

En fin de compte, le tableau se donne à voir comme un poème et le poème se donne à lire comme un tableau.
Une approche mallarméenne qui m'enchante.
C'est un très beau poème.

   Purana   
7/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
À la première lecture, j'ai été impressionnée par la beauté des mots et par la façon dont ils se suivent : stables, presque statiques, mais avec des mouvements subtils utilisés pour nous donner l'envie de regarder et de suivre ce qui se passe là-haut.
C'est comme les oiseaux migrateurs, volant dans une formation précise où chaque mot devient à son tour le leader.

Puis je l'ai lu et relu et à chaque fois je l'ai aimé un peu plus.

Des images magnifiques :
"Vastes lambeaux de tes peurs virginales"

Et…
"longues traînées spermatiques
que la chaleur australe
délitera un jour"
Cela m'a énormément touchée.

Les deux derniers vers
"sirène tu sublimes les appétits
de ton amour douleur"
sont simplement sublimes !

Merci pour ce poème sensible et touchant.

Purana

   Francis   
7/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Plume ou pinceau ont jonglé avec les couleurs pour atteindre parfois un bouquet exotique ou érotique. Les mots se bousculent, se cognent comme pressés de vivre, d'éclore. L'ensemble est rythmé, ciselé. J'ai aimé.

   Bleuterre   
8/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un texte qui met en scène la créativité, plein de sensibilité et d'images fortes.
De plus, il me fait voyager dans un espace exotique et érotique, où finalement, la création a rendez vous avec la solitude pour mieux sublimer ses émotions.
Les mots sont jetés là, on croirait au hasard, comme les coulures d'encre, ce que permet la poésie libre, et cependant, on sens derrière un réel travail d'agencement.
Bravo.

   Anonyme   
8/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un beau portrait dessiné à coups de pinceaux subtils et colorés.
Le peintre joue donc du pinceau au gré de ses humeurs et de son inspiration.

Quelle toile !


Oniris Copyright © 2007-2020