Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Marite : Errance en bord de mer
 Publié le 06/07/16  -  18 commentaires  -  541 caractères  -  303 lectures    Autres textes du même auteur

Une pause entre deux mondes… juste le temps d'apprivoiser les émotions.


Errance en bord de mer



Sous le soleil de mars un long frémissement
Fait moutonner la lande.
Les ajoncs, les genêts, racornis par les vents
Se préparent à renaître.

Quelques scintillements irisent la surface
Ondoyante des flots.
Bruissement cadencé effleurant le rivage.
Effluves tonifiantes.

Une île d’à côté est devenue fantôme
Sous un voile de brume.
L’horizon nébuleux emmêle ciel et mer
Captivant mon regard.

Enivrée et charmée par ces instants magiques,
Mon cœur s’est envolé.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
16/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
contemporain
Les cheveux au vent ... le bord de mer offre à qui sait voir et écouter, un spectacle à jamais renouvelé, tel mille représentations à guichet " ouvert " .
Il suffit bientôt de fermer les yeux, regarder au fond de soi, et le coeur s'envole .
Tableau apaisant que ce poème fort bien ponctué !
papipoète

   Anonyme   
24/6/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Un petit poème maritime est toujours sympathique à lire.
Une description tout en sobriété et simplicité mais ceci dit peut-être un peu trop fade. Le paysage esquissé ici manque à mon sens de fantaisie poétique.
La troisième strophe est celle que je préfère.

   MissNeko   
6/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème impressionniste marin très beau. J aurais aimé qu il soit plus long !!!
J ai aimé:
Une île d’à côté est devenue fantôme
Sous un voile de brume.

Les ajoncs, les genêts, racornis par les vents
Se préparent à renaître.

Une lecture reposante. Merci

   Hananke   
6/7/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Petit poème sympa qu'on lit comme on regarde une suite
de tableaux dans une galerie.
Quelques belles images :

Un long frémissement
Une île d'à coté est devenue fantôme

Entre autres.

Peut-être un peu court mais d'un autre coté c'est sa brièveté
qui fait son charme.

   Vincendix   
6/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une aquarelle « marine », est toujours un paysage agréable à contempler, dommage que l’image soit un peu fugitive à mon goût, ma gourmandise n’’est pas rassasiée. J’aurais apprécié quelques vers de plus, avec des oiseaux et un bateau peut-être…

   PIZZICATO   
6/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Marite
Un poème plein de fraîcheur ; un travelling panorama qui nous fait "errer" à tes côtés sur ce bord de mer.
De belles images comme " Une île d’à côté est devenue fantôme
Sous un voile de brume. "

   Robot   
6/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est descriptif mais évocateur. La structure 12/6 est intéressante par le rythme qu'elle imprime à la lecture et à l'oralité. Le piège des rimes est évité dans un poème contemporain qui s'apparente à du libre.
"Une île d'a côté est devenue fantôme" On voit bien l'image.

   Ramana   
6/7/2016
 a aimé ce texte 
Bien
C'est un tableau en teintes pastel, de ceux qu'on accroche également dans les lieux publics car ils passent partout, ne suscitent pas de questions ou de polémiques. Je préfère quand à moi les couleurs plus vives, les messages plus forts.
Mon cœur, le mien, ne s'est pas envolé à la lecture de votre texte, mais bien sûr, je conçois qu'il n'en soit pas de même pour chacun de nous, les mots comme les couleurs ne se discutant pas !

   plumette   
6/7/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Marite

je retrouve dans ce poème des images familières.
vous avez su faire exister un paysage et est-ce parce que je paratage avec vous ce goût des formes fondues en bord de mer que j'apprécie particulièrement ce dépaysement?
j'ai bien aimé également l'alternance des vers à douze
et six pieds qui imprime un rythme intéressant de ressac!

j'ai une réserve pour
" enivrée et charmée par ces instants magiques"

mon impression est que la présence explicite du poète ferme un peu l'espace qui s'était ouvert. L'évocation de la présence du poète me suffisait avec " captivant mon regard"
si j'aime bien l'idée du coeur qui s'envole, je chercherai une formulation pour cet avant dernier vers qui reste dans l'esprit des 3 strophes précédentes.

Merci de ce partage

Plumette

   Anonyme   
6/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Marite, bonjour ! Pour apprécier ce poème au delà d'un tableau marine, il faut pouvoir traduire l'incipit, les deux mondes et les émotions et j'ai dans ce domaine une longueur d'avance sur l'ensemble des lecteurs... Je n'en dirai pas plus sinon que tu as su en quelques vers bien choisis ouvrir une nouvelle page de ton histoire que je te souhaite longue et heureuse...
Seul bémol, une chute un peu plus étoffée ne m'aurait pas déplu...
Bonne continuation et merci pour cette balade côtière.

   Pouet   
6/7/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bjr Marite,

Ne m'en veuillez pas, ceci n'est que mon humble ressenti parfaitement subjectif.

Ce poème n'est pas désagréable à lire mais il ne m'emporte pas. Il est pour moi trop descriptif, trop prosaïque et en définitive trop attendu. Rien ne m'interpelle, ne me surprend, bref "mon cœur ne s'envole pas"... Chaque mot est certes à sa place, mais l'ensemble est par trop commun, une forte impression de "déjà lu". Je ne vais pas relever les vers qui me font cet effet, je devrais pratiquement tout citer. Un thème qui à mon sens mérite un peu plus "d'inédit".

Désolé mais je ne suis pas client.

Cordialement.

Edit: Mais après tout que peut bien vous faire mon avis? Ce sont mes goûts simplement. Et je comprendrai parfaitement que vous vous fichiez comme de l'an 40 de mon ressenti...
Je vois que d'autres aiment beaucoup votre poème, fiez-vous à eux, je pense. Je m'interroge quant à l'intérêt de vous laisser mon commentaire (car il ne vous sera d'aucune utilité) et plus généralement quant à ma démarche sur le site.

   leni   
6/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
c'est simple imagé
en voici un exemple

Les ajoncs, les genêts, racornis par les vents
Se préparent à renaître.

j'aime particulièrement ces deux vers

Une île d’à côté est devenue fantôme
Sous un voile de brume.

merci pour ce très beau poème Salut cordial Leni

   Vincente   
6/7/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonsoir Marite,

Votre joli poème n'a rien à prouver, il est libre de sa pensée. Il ne cherche pas la définition, il est suggestion.

Vous avez installé le lecteur dans votre béatitude, à lui de profiter de votre invitation à apprécier ce qu'il connait de ses moments d'exception "pause entre deux mondes...". Le texte pourrait paraître court, il attend sa suite empathique...

Au plaisir de vous lire.

   JulieM   
7/7/2016
Sans aucun doute charmant, ce petit poème ne m'a pas emmenée dans ces instants fugaces (mais lents) et magiques.
Sauf "Une île d’à côté est devenue fantôme
Sous un voile de brume.", seule émotion frémissante et tangible car il s'y joue un drame mystérieux. Mais ceci est tellement subjectif que je n'ose y mettre une évaluation. Les tableaux naturalistes, sont -à mon sens - en poésie les plus difficiles à donner et à recevoir.

   Anonyme   
7/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Plusieurs lectures pour mieux m'imprégner de cet instant offert en partage, et c'est simple mais tellement beau.

Vous avez su au travers de la sobriété de vos mots me faire ressentir la fragilité, l'élégance du moment. Au fil de ma lecture, le paysage me dévoile la féerie du moment, la nature s'est composée de nombreuses variantes, pour nous éblouir.

Je vous ai suivi dans votre émotion, et j'ai pris grand plaisir à la partager.

Cette composition poétique, fond et forme, contribue à apporter une certaine plénitude tant elle a une belle tempérance.

   emilia   
7/7/2016
Je suis sensible à l’atmosphère que dégage ce poème, son décor naturel qui s’harmonise à la pensée de la narratrice, « ce long frémissement » qui annonce une proche renaissance en lien avec le printemps et ses aspirations... Face à la violence des vents imposée au paysage, le regard s’apaise à observer les flots ondoyants et scintillants dans un bruissement et un effleurement qui laissent avec une certaine douceur percevoir comme un bercement ressourçant et tonifiant… Un voile de brume s’est posé sur l’île fantôme comme pour gommer ou du moins adoucir les souvenirs nostalgiques de cet « autre monde » présent dans vos pensées et j’accompagne votre regard captivé, pointé sur l’horizon entre ciel et mer pour apprivoiser vos émotions… ; merci à vous de m’avoir fait partager « l’ivresse et le charme de ces instants magiques… »

   Marite   
10/7/2016

   LaurenceSolouar   
27/5/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime beaucoup "fait moutonner la lande"
Bravo pour ce joli poème qui sent bon les embruns


Oniris Copyright © 2007-2019