Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
marogne : Impressions du soleil levant (1)
 Publié le 08/03/08  -  7 commentaires  -  4206 caractères  -  16 lectures    Autres textes du même auteur

Voyages au Japon, des images, floues, comme un léger goût d'exotisme, de découverte et de respect.


Impressions du soleil levant (1)



- I -


Bois et béton, harmonie. Comme suspendu au sommet. Espace et lumière, un rayon de soleil sur le miroir d’eau. Tous baissent la voix, respectueux. Un rameau de prunier se dresse vers les cieux, ultime cri de vie.


- II -


La mort, ultime beauté, le geste maintes fois répété, ne pas faillir. Sur sa réputation immaculée, le don du pourpre.
Ainsi, le samouraï tombe au printemps, fleur de cerisier emportée par la brise dans sa plus grande beauté.


- III -


Uniformité des visages fermés, tendus vers le même objectif. On ne peut résister, vagues après vagues humaines, si inhumaines.
Silence, étonnamment !
Puissance et tristesse des pas résonnant dans les couloirs, début de la journée.


- IV-


Claire, elle coule dans l'obscurité, arrachant des éclats au soleil. L'enfant agenouillé, sa pièce dans la main, baptême profane, purification ou lucre, la laisse s'écouler, ravi, entre ses doigts.


- V -


Dans leurs veines le temps a laissé son empreinte. Sous la main sourd l'œuvre patiente de la nature.
Terrassés, ils gardent leur espoir d'éternité.
Ils ouvrent la voie du sacré, écrasant de leur majesté le passant, portes toujours ouvertes sur le mystère et la sérénité.


- VI -


Une petite flamme, tremblante ; des dizaines de lanternes de pierre, sophistiquées, tribut aux dieux ou à la renommée.
Sable noir dans l'allée, pas légers.
Or, rouge et noir du temple.
Une petite flamme.
Une petite flamme, tremblante, mais combien puissante.
Une petite flamme, souvenir d’Hiroshima.


- VII -


Tant que presque innombrables, tous semblables, naïfs.
Sur les têtes lissées par le temps, posés.
Une colonie de bambins nains aux visages de vieillards, figés dans un sourire glacial.
Des poupées diaboliques.
Rouges et blancs, tous pareils, vision prémonitoire de l'enfer ?


- VIII -


Tous attendent, comme devant un précipice.
Les couleurs changent, et c’est un maelström qui se déchaîne, subit, vorace, puissant. Un tourbillon d’êtres, des mouvements contradictoires, irrésistible comme l’inondation.
Les couleurs changent.
Tout se fige, c’est maintenant le ballet des mécaniques.


- IX -


Violet est le ciel.
Bleu profond, la mer baigne le vert des pins tourmentés sur l’ocre de la plage.
Blancs, les murs du château portent l’or des casques des samouraïs, art et guerre, violence et beauté.


- X -


Terre brute, le feu fige les défauts, formes approximatives.
L’art est recherche de l’unique, sublimation de la matière.
Le geste, parfait, doit être oublié.


- XI -


Jeunesse et années.
Un couple et lui seul.
Guenilles et habits.
Rencontre imprévue, relation improbable, un carrefour.
Tradition et modernité, unis par le geste de politesse millénaire.
On se courbe, on s’incline.


- XII -


Noir et dentelles.
Chaînes et godillots.
Treillis, jupettes roses, escarpins dorés et clous.
La foule passe.
Groupes gothiques aux faces d’angelots.


______________________________________________________

(1) Restaurant du Prinz Hôtel, Shinagawa, Tokyo
(2) Fleur de cerisier emportée par le vent dans les jardins du palais impérial
(3) Gare de Shinagawa, Tokyo. Huit heures du matin.
(4) Temple « zeni arai benten », Kamakura
(5) Le tori du temple de Meiji, Tokyo
(6) Le toshogu, Ueno, Tokyo
(7) Temple Zozo ji, Roppongi, Tokyo
(8) Croisement de la gare de Shibuya, Tokyo
(9) Glycine en fleur, Château de Karatsu, Ile de Kyushu
(10) Céramique de karatsu, Île de Kyushu
(11) Au milieu d’un carrefour, près de ASAKUSA, Tokyo
(12) Entrée du parc Meiji, Tokyo


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
9/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
j'aime cette manière d'écrire, où le mot, précis, ne se cherche pas
étonnante et vivifiante prose
toute en impressions, en petites touches subtiles d'aquarelle

   Anonyme   
9/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Agréable impression de passer d'une couleur à une autre, d'un tableau à un autre tableau, d'une scène à une autre. J'ai bien aimé.

   jensairien   
10/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
un très bon moment de lecture. Une écriture prégnante. J’ai beaucoup aimé ces petits tableaux peints en touches légères et parfumées. Ma préférence se porte sur la huitième strophe, croisement de la gare de Shibuya.

   widjet   
16/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Je ne lis pas assez marogne et j'ai bien tort.
En quelques instantanées, l'auteur parle poétiquement des chocs, des contraires, des extrêmes, des et de la différence(s) des uns, de l'indifférence des autres.
Peinture de la société dans une palette de couleurs aux contrastes saisissant. Je ne suis pas calé en la matière mais cela ne m'empêche pas d'apprécier et de saluer le talent évident de ce peintre littéraire.

W

   Anonyme   
17/3/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Du coup suis allé lire le premier opus. Un brin moins puissant à mon sens mais tout de même très bon... Ici mon choix se porte sur la gare de Shibuya. Savoureux!

Edit: J'avais pas lu les commentaires précédents, jensairien aime
le même que moi, comme quoi...

   Bidis   
22/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Marogne semble avoir la faculté d'adapter son talent à ce qu'il côtoie. Ceci est très représentatif du Japon, je trouve.
Et quelque chose dans cette culture ne me plaît pas du tout : trop de raffinement, je suppose, pour la vieille bête que je suis. Ou trop de perfection dans le trait. Je ne sais pas.
Mais le texte est excellent.

   Anonyme   
26/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Marogne. De très jolis tableaux empreints de délicatesse...
Vraiment...et de très belles images. Je n'y suis pas allée, mais on m'a ramené des photos, et je les ai reconnues... Merci de cette si belle description. Quant à moi, j'ai préféré : fleur de cerisier, glycine et château ainsi que glycine en fleurs...


Oniris Copyright © 2007-2020