Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
marogne : Soleil couchant, Images (X) : Tulum
 Publié le 24/07/08  -  5 commentaires  -  762 caractères  -  79 lectures    Autres textes du même auteur

La fin d'un cycle...


Soleil couchant, Images (X) : Tulum



Sur l’eau turquoise, le soleil se couche,
Son sang répandu, le soir illumine,
Blanc, immaculé, le corail rumine
Sa mort fait sable, son rocher, sa souche.

Des profondeurs du temps perce un cri
Il surgit de la pourpre, silencieux
Inutile, vain, dédaigné des cieux
Sûr que jamais sera payé le prix.

Pierres austères, palais délaissés,
Témoins de la folie, et de la grâce,
Des temps immobiles, rêvés, qui passent,
Du repentir, et des espoirs cassés.

Le soleil chauffe le sable, tropiques,
Lunettes noires et huile solaire,
Comme une insulte à ceux qui sont sans mère,
Ils sont là, leur plaisir, seul viatique.



18/07/2008 TGV entre Paris et Aix


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
24/7/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
j'ai eu du mal à vraiment tout comprendre et analyser. Je n'ai pas vraiment accroché. Il m'a manqué quelque chose. Dans la dernière strophe j'ai bien aimé les deux premiers vers mais le troisième a changé la lecture.

   Anonyme   
25/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bon, je suis partagé. Tout d'abord je trouve que ce texte est un des plus "poétiques" que j'ai pu lire de cette série. Une explosion de couleurs, ça j'aime beaucoup. En revanche, la dernière strophe ne m'enchante guère. Je n'ai pas aimé le rapprochement entre "l'huile solaire" et "Comme une insulte à ceux qui sont sans mère". Même si je crois en saisir le sens. On peut comparer cela aux touristes qui venaient se faire bronzer sur les plages d'Asie du sud-est juste après le tsunami et qui s'étonnaient en sirotant une Bud de la désolation du paysage en étant persuadés qu'ils faisaient une bonne action, car l'argent du tourisme aiderait à la reconstruction du pays... Toutefois je trouve que cette dernière strophe tranche trop avec le reste, le contraste ne fonctonne pas pour ma part.
Ensuite je me demande si les répétitions de "sable", "soleil" et "temps" n'auraient pas pu être évitées...?

Dans l'ensemble je salue tout de même l'effort évident fourni sur la forme pour ne pas délaisser l'aspect poétique... Bien sûr de ce fait, on perd en explication, en "vérité historique" et on prend le risque de ne pas être compris du tout... Pas évident tout cela...

   Melenea   
25/7/2008
j'aime beaucoup des trois premières strophes, beaucoup moins la dernière que je ne comprend pas vraiment, et qui me semble, à mon goût sans rapport avec les 3 premières, comme indépendante. Sans doute pour faire un contraste avec la poésie du début, mais comme je ne la comprends pas, le contraste pour moi se résume à l'éffet inverse...

Mél

   David   
26/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Marogne,

Il n'y aurait pas un oubli d'accent dans ce vers :

"Il surgit de la pourpre, silencieux"

Je lirais plutôt - Il surgit de là -

Il y a un mouvement du soleil qui se couche au cri qui remonte des profondeur, qui passe sur les ruines et finit sur les touristes. Il y a aussi l'image du corail qui se meurt comme les ruines, et la photo devrait arriver ?

   Bidis   
28/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Les trois premières strophes m'ont ramenée à la poésie magique des "Soleil Levant". Mais les derniers vers, s'ils m'ont beaucoup touchée quant au sens, m'ont fait désagréablement retomber sur terre.


Oniris Copyright © 2007-2019