Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
violoncelle : Aubade
 Publié le 24/07/08  -  12 commentaires  -  896 caractères  -  113 lectures    Autres textes du même auteur

Appassionato...


Aubade



À la saison que l'on dit morte
Son cœur a battu en secret
Un vent s'est glissé sous sa porte
L'amour soudain lui apparaît

Il a les mains et le visage
D'un ange au doux nom de présage
Il est la beauté du voyage
D'un adagio vers un adage

Il a la force et la finesse
Il a la prestance et l'ivresse
D'un billet doux
Qu'on lui adresse

Ces mots fougueux qui la frissonnent
Jaillis puissants de sa main d'homme
Ces mots qui coulent après l'automne
Ont la folie qui l'arraisonne

Ce billet fou, elle le relit :
"Rencontrons-nous... Jeudi vous dit ?"
D'un simple mot papier froissé
Son cœur a brûlé en janvier

À la saison que l'on dit morte
Son cœur a battu en secret
Un vent s'est glissé sous sa porte
L'amour soudain lui apparaît

Vertige...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
24/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Merci à vous violoncelle

Quel beau concert !
Douce mélodie de mots simples et beaux.

Une aubade ! Le matin dès l'aube ?

Beaucoup aimé le " Ces mots...ont la folie qui l'arraisonne"

Oui tu as raison. Restez folle. Restons fous.

Surtout ne changez rien.

Euh si tout de même. J'aurais aimé que une reprise strophique (la dernière) avec quelques variations..
Mon goût pour la musique sans doute..

   Anonyme   
24/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un bel automne, doux, musical, demi-saison et demi-teinte.

Joli et touchant.

   strega   
24/7/2008
 a aimé ce texte 
Passionnément
Qu'est-ce que vous voulez dire après ça franchement.

Voilà un poème qui est tout sauf mièvre. Je ne sais pas si ça vient du décor, des mots choisis, des rimes choisies, mais mon dieu que j'ai trouvé ce poème magnifique.

J'ai beau lire et relire, je ne trouve rien à redire. A la première lecture, le "vertige" final m'avait fait une drôle d'impression, et puis non, bien sur que non. Il est parfait ce vertige.

Je ne peux pas être plus constructive que ça, désolée. (enfin, si constructive je suis d'habitude hein :p)

Violoncelle bravo et merci.

   Melenea   
24/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Se lit comme une tendre musique d'hiver où l'espoir apparait dans les lignes d'un doux billet... Et se termine sur la note finale d'un vertige...

"Ces mots qui coulent après l'automne
Ont la folie qui l'arraisonne" et "son coeur a brûlé en janvier" j'adore...

Mél

   belaid63   
24/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bien dit simplement sans fioritures
superbe et beau
bravo violoncelle

   Absolue   
25/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Comme Emyrs83 j'aurais aimé de petits changements dans les derniers vers mais l'ensemble m'a ravie! C'est doux, c'est simple et ça met du baume au coeur...

   Athanor   
25/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Superbe !
J'aime l'image de l'échange espistolaire sous une porte secrète.
Et puis :
"...D'un adagio vers un adage..."
"...Ont la folie qui l'arraisonne..."

Néanmoins, je regrette de ne pas en savoir plus sur l'homme.
La dernière strophe (reprise de la première) aurait pu être modifiée sur ses deux derniers vers.

   lotus   
25/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime beaucoup la simplicité qui se dégage...

Lotus

   Flupke   
11/3/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Oh que c’est beau !!!
Vertige de l’amour. J’ai bien aimé :
La folie qui l’arraisonne
A la saison que l’on dit morte

   Anonyme   
29/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème très bien rythmé. Très agréable à lire.
Un fond assez commun, l'expression n'est pas révolutionnaire non plus mais qu'importe.
Un texte limpide et efficace.

   Menvussa   
29/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un grand merci à Notrac pour avoir fait ressurgir ce poème. Agréable et doux comme un fruit défendu.

   Damy   
12/4/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
Je suis toujours embêté de lire dans la catégorie classique un poème qui n'en est pas. Ou alors il est plein d'erreurs sur les rimes notamment.

Je ne suis pas très ému par cette liaison épistolaire, pourtant passionnée.


Oniris Copyright © 2007-2019