Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
David : Ici en mémoire
 Publié le 24/07/08  -  6 commentaires  -  940 caractères  -  48 lectures    Autres textes du même auteur

Poème spatio-temporel mais pas cosmique non plus.


Ici en mémoire



La fine trame d’oubli, sous un regard d’orpailleur
Tourbillonne les instants dans la ronde qui les sasse.
Passe au travers du tamis, du sable comme de l’heure
Caracolent en restant des cristaux pris dans la nasse.

D’un grain se drape éblouis, aussi riche qu’un tailleur
Souvenir d’or éperdu, la fève que rien n’écosse
Comme un moment bien précis, ce reflet acupuncteur
Prend sa place de rébus pour le temps de ce négoce.

Les iris à la folie, c’est un secret d’empailleur
Sont des bouches à foison tant avides en prémisse.
Entre un vide et l’agonie, n’ont d’yeux que cette ferveur
Une plaie comme un poison, dans un effroi d’artifice.

Mais il n’y a de sursis, de mémoire ou bien d’ailleurs
Dans ce rapt indifférent un secret de poupée russe
Qu’en des haltes obscurcies, un rêve comme une peur
Est ici ce maintenant, que lui demander de plus ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Alikezo   
24/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un exercice de mémoire passé au crible fin. J'ai du relire et je relirai plusieurs fois pour m'imprégner de ce rébus d'images, (oh non pas rebut). Me laisse suggèrer que la capture des souvenirs et de la mémoire reste une quête bien vaine (artifice?)...Une tension produite par cette valse de sens que vient apaiser la chute : "est ici ce maintenant"...
J'ai beaucoup aimé.

   daphlanote   
4/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Joliment métaphorique, comme "toujours" ai-je envie de dire. Ces comparaisons (allégorie ? métaphore filée, en tout cas ^^) semblent devenir une spécialité.

Un seul regret face à cela : j'ai l'impression de ne trouver qu'un niveau de lecture, outre celui qui parait surréaliste. Une impression de trop peu alors. Mais bon, ceci dit, ça reste aussi bien. J'ai juste moins apprécié.

*daph, espérante*

   Melenea   
24/7/2008
Je l'ai lu et relu, et me manque l'émotion...
J'aime achoppement des mots, les images qui se succèdent mais le tout reste froid. Je ne saurai dire pourquoi, quand je trouve la maitrise des mots peut être trop parfaite justement...

Mél

   marogne   
26/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un sentiment un peu comme celui de Melenea. J'ai du relire plusieurs fois la première strophe pour en apprécier la subtilité, ensuite, le pli était pris et j'ai bien apprécié la suite.

Une belle réflexion sur le mécanisme de la mémoire, un jeu intellectuel fin, dans une belle écriture.

   Anonyme   
27/7/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"ici, en mémoire", me vient comme un secret d'empailleur, qui aurait refusé de laisser vivre mes souvenirs ... Qui aurait fait une sélection drastique des cases de mon cerveau.
Ce texte est assez chirurgical dans sa forme, on peut chipoter sur le nombre de pieds, bien sur, mais il me plait et me parle.
"dans ce rapt indifférent un secret de poupée russe" ...
On laisse s'entrouvir un pan de sa cervelle de moineau, et voilà que d'autre pans se bousculent au portillon ? Alors que faire ? Privilégier les artifices ? Mais ça risque de s'enflammer !
Bravo
Pierji

EDIT : ma pauvre titefee, je crois bien que nous sommes logés à même enseigne : alzeimer me guette et me menace, ainsi que mon PC !!! mais le soleil de l' Ardèche est aussi traitre que les soleils qui brillent au fond de tes yeux ( quoi ? moi ? Non je drague pas ! )

   TITEFEE   
27/7/2008
je dois vieillir,,,,,,,,,,,,,, sec
car j'ai eu du mal à analyser les logiques subjectives de ta poésie. Je me suis simplement aller à écouter la musique des mots, mais j'avoue que je ne trouvais pas beaucoup de sens parfois...
crois-tu que l'Alzheimer me guette, cher David ? ou alors le soleil de l'ardèche

en tous les cas je l'ai enregistrée pour pouvoir aussi me la repasser

attention le lien ne reste qu'un mois

http://dl.free.fr/qSwaxpG92


Oniris Copyright © 2007-2018